Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 07:00

La Ville de Saint-Lazare, en Montérégie, a fait appel à la firme de sécurité privée VCS Investigation pour assurer plus de présence dans ses rues. Comme beaucoup de municipalités, c'est la Sûreté du Québec (SQ) qui couvre son territoire, mais les citoyens reprochent à la SQ de ne pas être assez présente.

Un texte de Thomas Gerbet

« On ne voit pas beaucoup la Sûreté du Québec quand il y a un problème », se plaint une résidente de Saint-Lazare. « On paie pour la SQ, mais ils sont trop occupés ailleurs », déplore une autre. Selon une source municipale de la région de Soulanges, seules trois voitures de patrouille de la police provinciale sillonneraient le territoire de 11 municipalités aux alentours. Saint-Lazare s'étend à elle seule sur 67 kilomètres carrés.

« La SQ doit prioriser », explique le directeur général de Saint-Lazare, Serge Tremblay. « S'il y a un accident de voiture sur la [route] 201 et qu'on appelle pour un règlement de nuisance, ça peut prendre un certain temps avant que la police arrive. Les gens ont le temps de finir leur party ». Il tient à préciser qu'il ne critique pas les services offerts par la SQ.

« Nos patrouilleurs ne remplacent pas les policiers, ils viennent compléter leur travail. » — Serge Tremblay, directeur général de Saint-Lazare

La Sûreté du Québec n'a pas voulu nous accorder d'entrevue, mais précise qu'elle maintient « une bonne collaboration » avec les patrouilleurs. Plusieurs municipalités fonctionnent déjà avec des compagnies privées, comme Pincourt, Dorval ou encore Ville Mont-Royal et l'arrondissement Outremont. Saint-Lazare a investi 35 000 $ pour ce projet-pilote qui se terminera à la mi-septembre et pourrait être reconduit.

Pouvoirs des patrouilleurs privés

Les agents de VCS Investigation ne sont pas armés et n'ont pas de pouvoir d'arrestation. Ils peuvent en revanche détenir un suspect en attendant l'arrivée des policiers. « Ils ont des pouvoirs de citoyens », mentionne le président de la fédération des policiers municipaux du Québec, Denis Côté.

Les patrouilleurs privés ont en revanche le pouvoir de remettre des constats d'infraction en vertu des règlements municipaux. À Saint-Lazare, ils surveillent particulièrement le stationnement, l'utilisation abusive des parcs et l'arrosage.

Les patrouilleurs peuvent avertir un automobiliste qui ne respecte pas le Code de la sécurité routière. Ils échangent des informations avec la SQ en permanence. Il n'a pas été possible de savoir si la Sûreté du Québec transmet des informations ou des dossiers aux patrouilleurs privés.

Les agents de sécurité sont titulaires d'un permis remis par le Bureau de la sécurité privée, mais ils n'ont pas reçu une formation aussi poussée que les policiers. « Les policiers ont la formation et sont imputables. Si un citoyen est insatisfait, il peut porter plainte en déontologie », rappelle le président de la fédération des policiers municipaux du Québec. Selon Denis Côté, si les communautés sont insatisfaites, elles devraient plutôt unir leurs voix pour réclamer plus de services de la police publique.

Partager cet article

Publié par 83-629
commenter cet article

commentaires

JL 25/08/2014 17:18

Bonjour,
Vu que la sécurité privée se trouve au même code que la police nationale et municipale ainsi que la gendarmerie et la sécurité civile il me semble que nous devons commencer déjà à nous préparer pour ce genre de prestation dans un avenir pas si lointain…
Cdlt,