Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 09:00

C’est un ancien agent de sécurité qui le dénonce : chez au moins deux enseignes prestigieuses de la capitale, les vigiles accepteraient des pots-de-vin en échange de marchandises. Aujourd’hui viré par sa porte, il dénonce, sous couvert d’anonymat, la manière dont cela se passe.

« Il existe du vol organisé dans les magasins bruxellois. » C’est Pierre (prénom d’emprunt), ancien agent de sécurité pour plusieurs grandes enseignes de vêtements et de maroquinerie, qui l’affirme. En échange d’argent, des vigiles ferment les yeux sur des faits de vol, voire y contribuent. Licencié par sa boîte il y a sept mois, l’homme de 27 ans, sous couvert d’anonymat, sort du bois.

« Les vols se faisaient en interne », affirme-t-il. « Certains vigiles recevaient des enveloppes en échange de marchandises, pendant leurs heures de pause ou en fin de journée. On parle de sommes d’environ 400 ou 500 euros par enveloppe. J’ai assisté moi-même à ces échanges. » Pierre a d’ailleurs lui aussi été sollicité. Il n’a toutefois pas accepté de jouer à ce petit jeu. « On m’a proposé aussi des enveloppes mais ça ne m’intéresse pas. Je ne mange pas de ce pain-là. Il n’est pas question que je nourrisse ma famille avec de l’argent sale. »

L’homme a pu constater ce phénomène inquiétant à plusieurs reprises dans différentes boutiques où il a été travaillé : une célèbre marque de vêtements au City 2 d’abord, à Louise et Porte de Namur ensuite ; et une non moins prestigieuse marque de maroquinerie sur le boulevard de Waterloo, où des pièces « peuvent coûter 2.000 ou 3.000 euros », insiste notre interlocuteur pour situer le préjudice. « Tous les agents ne sont pas concernés. Mais sur les 80 gardiens que comptait la société qui m’employait, il devait bien y en avoir vingt qui participaient à ces vols. »

> Plus d’infos à lire dans La Capitale Bruxelles de ce lundi.

Partager cet article

commentaires

Etude sécurité incendie 21/03/2016 10:56

Notre bureau d'études incendie est conscient de l’importance de l’enjeu , et nous faisons de votre sécurité ainsi que celle de vos biens notre principal permanent soucis. Nous vous assurons compétences et maitrises techniques en mettant à votre disposition un savoir-faire complet dans toutes les fonctions de la sécurité incendie.

Fabien 08/09/2014 16:36

Quand on voit les salaires qu'on nous donne par rapport aux responsabilités qu'on a, cela ne me choque pas. Faire des nuits, en service de 12h, sans reconnaissance, et tout ça pour un SMIC amélioré, pourquoi ne devrions nous pas prendre ce qu'on nous donne.

AF 05/09/2014 15:32

c'est bien pour cela qu'il faut remplacer les agents et employés par des drones, robots, machines automatiques et autres...

AF 08/09/2014 12:08

C'était de l'ironie jeune et élégant bipède, de l'ironie. Mais pour avoir été confronté à ces problèmes à très grande échelle à l'international, je peux te dire que moins tu déploies d'agents de sécurité...moins tu as de problèmes (il n'y a pas que les vols...).

SsaVaPaLaTeT? 05/09/2014 19:57

la sureté electronique est efficace jusqu'à ce qu'on la contourne.
Un prof de techno nous disait : "Tout ce qui est fait par l'homme, est défaisable pas l'homme"...
Alors, croire que l'on résoudra tous les problêmes de vols, sureté, sécurité par de l'électronique, est une pure branllette (un L ou 2 L à branllette ??) de l'esprit, destinée à vendre des dizaines de milliers d'euros de merdiers électronique à des incompétents notoires.
C'est un complément, comme le Maître Chien tient et dirige son compagnon à 4 pattes ///

PavuPaprix 05/09/2014 12:59

Complicité, racket, on a vu des salariés de magasin, la peur au ventre à cause de graves menaces, faire du lissage en caisse (article pas comptabilisé sur le ticket).
Combien de salariés, directeurs, adjoints ou clients complices volent également sans vergogne nos chers commerçants ? La caméra régulièrement en panne ou déplacée, pas de contrôles de sortie, etc, etc...
La direction tombais souvent sur le c.l quand on leur amenait la preuve des vols commis avec du personnel à qui ils donnaient toute confiance.
Tout cela a un coût, et c'est pas en payant des agents de sécurité au rabais, qu'ils amélioreront le montant de leur démarque inconnue...

AF 05/09/2014 12:38

Partout dans le monde, les gardiens, vigiles et autres agents de sécurité sont très impliqués dans les vols (de manière active ou passive).