Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:00

Et oui, comme le précise cet article de presse ... l'obligation d'une tenue spécifique est obligatoire pour les "portiers" ou "videurs": C'est à dire une tenue avec au minimum 2 insignes ! Même pour un service interne ...

******************************************************************************

L es vigiles doivent montrer patte blanche pour exercer leur profession dans le cadre de la loi.

À la suite de nombreux problèmes survenus, ces derniers temps, avec les vigiles à la sortie des boîtes de nuit, mais aussi sur des animations organisées par des privés ou des communes, le conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps) et les gendarmes ont entamé une campagne de visites dans l'Hérault. Samedi dernier, c'est un établissement de Valras qui a été inspecté sans que les responsables ne soient mis au courant. Il a été constaté trois infractions, l'exercice de l'activité de surveillance sans autorisation, l'emploi de personnel non titulaire de la carte professionnelle et le port de tenues non conformes à l'activité.

Des agents non diplômés

"L'activité de la sécurité privée explose, explique un membre des forces de l'ordre présent sur l'opération, notamment à l'occasion des fêtes de villages où on fait appel à des services de sécurité privée quand il n'y a pas de police municipale, mais aussi à la sortie des établissements de nuit où nous avons eu des problèmes cet été sur le littoral. C'est pourquoi nous avons fait appel au Cnaps." Le résultat des visites sur le terrain est sans appel. La plupart des agents de sécurité ne sont pas diplômés. Ils n'ont donc pas le droit de porter d'uniforme siglé de la mention “sécurité”, ni même un tee-shirt. Ils sont pour la plupart, seulement des physionomistes et peuvent juste signaler à de vrais agents, les personnes sur lesquelles ils ont un doute. "Ces contrôles sont, dans un premier temps, pédagogiques. Certains établissements peuvent de bonne foi embaucher ce personnel. Il l'est aussi pour nous car travailler avec le Cnaps nous apporte un appui technique", ajoute encore le membre des forces de l'ordre.

D'autres contrôles prévus

Sur Valras, l'établissement visé avait fait l'objet de plusieurs signalements de violence de la part des vigiles et soi-disant agents de sécurité. Le Cnaps a tout vérifié et établi un constat. Le gérant devra, désormais, se mettre en conformité avec la loi avant que les ennuis ne commencent.La réglementation vaut aussi pour les fêtes de village ou autre Feria sur lesquelles il y a fort à parier que tout le personnel employé n'est pas formé. "Il y a un énorme besoin de moraliser la profession, mais aussi de contrôler les vigiles des boîtes qui commettent des infractions en toute impunité. Toutes ces personnes peuvent s'attendre à de nouveaux contrôles", souligne un policier.La moralisation mise en œuvre permettra aussi aux communes de ne plus se voir facturer des services non apportés par des personnels non diplômés. Un bon moyen de faire face aux abus. Attention, le prochain contrôle est pour très bientôt.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires