Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 21:28

La branche d'Al-Qaïda en Somalie appelle dans une vidéo à conduire des attaques dans des centres commerciaux occidentaux. Les Quatre temps, à la Défense, et le forum des Halles du Châtelet sont nommément visés.

Les menaces d'attaques terroristes à venir pèsent sur les centres commerciaux occidentaux. Dimanche, la branche d'Al-Qaïda en Somalie - les shebab - a diffusé une vidéo dans laquelle elle appelle à conduire des attaques similaires à celle du Mall Westgate à Nairobi, au Kenya, qui avait fait 67 morts et plus du double de blessés en septembre 2013.

image: http://imageceu1.247realmedia.com/0/default/empty.gif

Les terroristes visent nommément le gigantesque Mall of America du Minnesota, Oxford Street à Londres, ou encore le West Edmonton Mall au Canada, pays où un complot de tuerie de masse a été déjoué à la Saint-Valentin. Sur l'écran, derrière le porte-parole des shebab, sont également inscrits les noms des Quatre Temps, à la Défense (92), et du forum des Halles, à Paris.

Agents et vidéosurveillance

A la suite de ces menaces, la sécurité des deux quartiers shopping d'Ile-de-France a été revue à la hausse, en concertation avec les autorités de police, sans pour autant impliquer de changement majeur. Il faut dire que depuis les attentats de Paris de janvier dernier, les services de sécurité sont déjà sur le qui-vive sur ces sites considérés comme sensibles au même titre que les aéroports, par exemple.

"Nous avons renforcé la présence humaine sur nos deux centres, détaille Benjamin Griveaux, directeur de la communication d'Unibail-Rodamco, propriétaire entre autres des Quatre temps et du forum des Halles. Tout est mis en oeuvre pour garantir à nos clients et à nos salariés un niveau de sécurité maximum." Pour le géant européen de l'immobilier commercial, les agents postés aux entrées et dans les allées des centres constituent aujourd'hui encore la solution "la plus efficace et la plus visible".

En complément, des systèmes de vidéoprotection, en lien direct avec la préfecture de police de Paris, assurent la prévention de tout acte terroriste (repérer un suspect, retracer un itinéraire...). "Avec ces nouveaux outils, précise Franck Charton, délégué général de Périfem, association technique du commerce et de la distribution, on a des yeux partout et on mène des rondes virtuelles élargies."

Présence dissuasive et préventive

Sophie* travaille au Cnit, à la Défense, qui jouxte les Quatre Temps, où elle a l'habitude de flâner pendant ses pauses déjeuner. "Depuis ce matin, confie-t-elle à L'Express, des agents de sécurité font ouvrir les sacs pour contrôler leur contenu." Ces hommes habillés en noir avec un brassard orange fluo floqué "sécurité" sont salariés d'entreprises de sécurité privée. On en dénombre 3900 en France. Les gestionnaires des grandes surfaces font appel à leur service pour sécuriser l'intérieur de leurs établissements.

Leur présence suffit-elle à rassurer les clients? Unibail-Rodamco estime que oui. Sophie n'est pas du même avis. "Je me dis qu'un attentat ne sera pas déjoué de cette façon." Du coté de la sécurité privée, on vante avant tout une présence "dissuasive et préventive". Olivier Duran, directeur de la communication du Snes, le syndicat national des entreprises de sécurité, concède que les agents privés déployés ne sont pas armés. "Ils peuvent se défendre, mais pas attaquer", résume-t-il.

L'autre difficulté pointée est la réponse à la demande de main d'oeuvre supplémentaire. "Il est parfois difficile d'augmenter les équipes en poste", déplore Olivier Duran avançant des raisons de formation (140 heures) et de coût, incombant au seul gestionnaire du centre commercial.

"On ne peut pas être en alerte 24h/24"

Après le niveau "alerte attentat" et la vidéo dominicale des shebab, les objectifs de sécurité sont désormais encore plus haut aux Quatre temps et au forum des Halles. "Il faut certes trouver des éléments de montée graduelle, mais il ne faut pas qu'ils deviennent la règle, analyse Franck Charton. On ne peut pas être en alerte 24h/24. Il faut que ça redescende à un moment." Reste à savoir quand.

Pour Unibail-Rodamco, "la sécurité de ses clients n'a pas de prix". A condition, bien sûr, qu'ils viennent consommer. Si Sophie refuse de céder à la psychose et ne compte pas changer ses habitudes, d'autres, à l'instar de son collègue Romain*, éviteront d'emprunter les allées des centres commerciaux visés, "surtout avec des enfants".

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires