Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 08:00

Un homme de 42 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Versailles à cinq mois de prison ferme. La justice reprochait à cet agent de sécurité d'avoir, mercredi soir à Beynes, lancé son berger hollandais sur un employé du site Gaz de France qu'il était chargé de surveiller.

Ce soir-là, un cadre était revenu sur le site car il y avait oublié un dossier. Le gardien est ivre et soutient à l'employé qu'il n'a pas le droit d'entrer avant d'ordonner à son animal de l'attaquer. Le chien mord le cadre à la cheville et à la cuisse avant que ce dernier ne puisse se réfugier derrière un sas. Le gardien a expliqué qu'il avait des problèmes conjugaux et qu'il avait bu un demi-litre de whisky avant de prendre son service. Il ne se souvient de rien mais pense avoir rappelé son chien avant de l'enfermer dans sa voiture. Le procureur avait requis une peine de 10 mois dont 5 ferme. La victime s'est dite traumatisée par cette expérience. Le chien a été saisi.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

MDR 02/03/2015 21:44

Merci de nous faire rire MDR LOL

HaiGlouHaiGlou 02/03/2015 19:16

En France, il est très difficile de "faire quitter l'entreprise" à un salarié qui a des problêmes chroniques avec les boissons alcoolisées. Hic !
Il est très prudent de lire la jurisprudence des tribunaux qui est édifiante dans ce domaine.
Si le besoin s'en fait sentir, il est très prudent de prendre les conseils d'un bon avocat pour savoir quand et comment entamer une éventuelle procédure.
Lors des contrôles sur poste, toujours se munir d'alcootest et faire constater par un témoin.
En cas de contrôle positif, lui faire signer la feuille de contrôle dans laquelle il reconnait son état, sremplacer immédiatement le salarié , et lui signifier une mise à pied en attendant votre décision.
Il est interdit de connaitre les problêmes de santé du salarié.
Il faut donc attendre une faute grave, qui peut être irréversible (!), pour s'occuper de ces cas là, en priant qu'entre temps le client ne résilie pas le contrat... et que le salarié n'ai fait de mal à personne (sur le trajet-travail, ou sur le site ...)
L'alcoolisme touche malheureusement tout le monde, il n'y a pas de tranche de population épargnée par ce fléau.

fpacs 02/03/2015 08:10

adieu la sécurité, faute impardonnable .... ..... .... mais je voudrais bien savoir s'il l employeur avait connaissance des problèmes d'alcool ... .....