Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 10:42
Grève des agents de sécurité aujourd'hui à 14h (devant les préfectures)

Travaillant dans un secteur caractérisé par une certaine atomisation de l’emploi, les agents de Sécurité en sont pourtant désormais à se mobiliser fortement. C’est ce qu’exprime Franck Delaroque, à l’initiative, avec d’autres collègues, de la création, dans la Nièvre, d’une section adhérente au mouvement national Agent de sécurité en colère (*).

« Notre métier doit évoluer. Tout doit être reconsidéré : salaires, conditions de travail. Après tout, même dans le cadre du secteur privé, nous aussi, nous travaillons à la sécurité des personnes, des biens, pour alerter ou pour porter secours… »

Revalorisations...et droit du travail

Les revendications sont concrètes : augmentation de 5 % des salaires?; suppression du coefficient 120 en dessous du Smic?; obtention du 13e mois?; prime de panier à 5 € création d’une prime de risque?; prime de chien revalorisée et création d’un fonds spécifique pour les chiens mis en retraite à 9 ans et prise en compte financière de certains aspects comme les déplacements à plus de 50 km du domicile, du travail de nuit…

« Sur différents points, nous demandons que le droit du travail nous soit appliqué. Et que l’Inspection du Travail exerce certains contrôles, pour lutter notamment contre l’embauche de personnels non titulaires », conclut Franck Delaroque.

+ d'infos:

https://www.facebook.com/groups/790068341067914/?fref=nf

https://www.facebook.com/profile.php?id=100008947008378&fref=nf

Grève des agents de sécurité aujourd'hui à 14h (devant les préfectures)

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

kit vidéo surveillance cisveo 13/04/2015 14:38

C'est un métier difficile, il est donc normal d'avoir des droits et je pense que ce qu'ils demandent est légitime.
http://cisveo.com/

Chimera 10/04/2015 13:42

On doit aussi imposer aux employeurs respecter la Loi, notamment les droits de ses agents et le temps de repos, fixer les jours max pour les plannings, pour les versements, fournir des uniformes, avoir accès à une information transparente sur les démarches administratives et les niveaux hiérarchiques dans les entreprises, c'est-à-dire simplifier les relations de travail pour diminuer le stress... ! (entre bcp autres)...

Roro. 10/04/2015 12:40

Il est temps que les mentalités changent à notre égard. La revalorisation de notre métier est un passage obligatoire si les employeurs, veulent que les prestations continuent à être effectuées avec envies, et de manières professionnels...

TienssaiPaFo 12/04/2015 19:44

Un mouvement de grêve mobilisant les entreprises de moins de 50 salariés, voilà une des démarches à faire pour se faire remarquer !
Ces énarques du porte-monnaie pensent qu'il n'y aura plus que de grosses entreprises sur le marché d'ici quelques années. C'est faux, on aura toujours besoin des "petites mains" qui représentent quand même 700 Millions d'euros de chiffre d'affaire...
En fait, une vraie représentation syndicale pour le bien de la profession et des clients (certains croient encore que le juste prix c'est àpascher, oui, des clients, car la qualité, cela se paie, et il faut mériter notre métier et nos statuts si l'on veut se démarquer ! N'oubliez pas que les grosses entreprises ont des coûts de structure énorme (pour certains, un cadre ou agent de maîtrise pour un Ads ...) qui font bien rire les petites entreprises. Un loyer de siège social à 35.000 Euros par mois, faut le digérer dans un compte d'exploitation ... et ça roule carrosse en belle berline et déplacements en avion. On parle également de salaires avoisinant les 35.000 Euros pour les patrons des plus grandes boites...
Devenons encore plus professionnels, et regroupons nous pour devenir plus efficaces sur ce marché !

TienssaiPaFo 12/04/2015 19:44

Un mouvement de grêve mobilisant les entreprises de moins de 50 salariés, voilà une des démarches à faire pour se faire remarquer !
Ces énarques du porte-monnaie pensent qu'il n'y aura plus que de grosses entreprises sur le marché d'ici quelques années. C'est faux, on aura toujours besoin des "petites mains" qui représentent quand même 700 Millions d'euros de chiffre d'affaire...
En fait, une vraie représentation syndicale pour le bien de la profession et des clients (certains croient encore que le juste prix c'est àpascher, oui, des clients, car la qualité, cela se paie, et il faut mériter notre métier et nos statuts si l'on veut se démarquer ! N'oubliez pas que les grosses entreprises ont des coûts de structure énorme (pour certains, un cadre ou agent de maîtrise pour un Ads ...) qui font bien rire les petites entreprises. Un loyer de siège social à 35.000 Euros par mois, faut le digérer dans un compte d'exploitation ... et ça roule carrosse en belle berline et déplacements en avion. On parle également de salaires avoisinant les 35.000 Euros pour les patrons des plus grandes boites...
Devenons encore plus professionnels, et regroupons nous pour devenir plus efficaces sur ce marché !

Ex gérant 12/04/2015 17:29

Bonjour, C'est vrai. Cependant il persiste une vérité ou plutôt une réalité. Si certains desiderata peuvent être légitimes, il n'en reste pas moins que le soucis reste les "donneurs d'ordre" : en premier lieu, sur les AO publics, les prix sont négociés à la baisse encore et encore. Les entreprises "non fiables" résistent encore et ne sont pas toujours contrôlées. Retenez que certains employeurs souhaitent un changement réel et qui se pérennise !!! Les sociétés qui souhaitent respecter les règles sont minoritaires et payent charges sur charges ... Et en respectant les choses, se voient contraintes à accumuler des retards. Certaines vont même jusqu'à fermer. Tant que les clients mettront à terre les entreprises en les contraignant sur les tarifs, il sera difficiles pur celles qui ont la volonté de voir perdurer ce métiers, accompagner les AdS qui sont aussi la valeur ajoutée des entreprises de gardiennage, dont certains ont une volonté de marcher en avant avec l'envie de faire valoir cette profession, nous serons encore et toujours bloqué.