Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 09:00

INSECURITE – Les commerçants de la rue Jules-Guesde, à Lille-Wazemmes, constatent que l'insécurité se dégrade toujours plus. Déjà armés pour se défendre, ils ont l'intention de faire appel à des vigiles privés pour combattre l'insécurité qui gangrène leur chiffre d'affaires.

Les commerçants de la rue Jules-Guesde, près de l'emblématique marché de Wazemmes de Lille, sont à bout. Depuis des années, ils alertent les pouvoirs publics sur une insécurité devenue insupportable. A l'automne 2014, ils avaient menacé de ne plus payer leurs taxes locales et avaient déployé une banderole à l’entrée de l'artère commerçante.

Aujourd'hui, malgré la réaction des pouvoirs publics, ils menacent de monter d'un cran face à la recrudescence des trafics de drogue, agressions et autres vols. "Il faut avouer que la police et la mairie ont réagi avec plus d'arrestations et de projets d'éclairage, indique à metronews Thierry Wainstein, patron d'une boutique de chaussures. Le problème, c'est qu'il s'agit souvent de mineurs multirécidivistes, qui sont relâchés. Ils sont de plus en plus nombreux, violents et visibles."

Des vigiles privés

Après trois générations d'activité, cette figure du quartier pense sérieusement à fermer sa boutique de chaussures, "l'une des plus anciennes de Lille". Avant d'en arriver là, il expose des propositions validées par les autres commerçants excédés. "Nous envisageons d'engager des vigiles privés, comme cela a été fait par exemple à Toulouse, annonce-t-il. Nous réclamons aussi l'installation permanente de caméras de vidéosurveillance. Une mobilisation d'envergure, plus forte que les précédentes, est aussi prévue d’ici cet été."

Car il y a urgence. Certains commerces ont perdu plus de 30 % de leur chiffre d’affaires et un "incident" pourrait arriver si la situation ne change pas. "Nous nous sommes armés pour nous défendre, prévient Thierry Wainstein. Moi, j'ai un simple pistolet à grenailles, mais des collègues disent posséder un 357 Magnum ou encore d'un fusil à pompe !" Rappelons qu'en novembre 2013, des coups de feu avaient été tirés en l'air avec des armes de guerre et qu'en 2009, les commerçants avaient déjà sollicité les pouvoirs publics, après des coups de feu entre dealers.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

JL 03/05/2015 14:26

Bonjour,
C'est très intéressant tout ça, et bien beau de vouloir y mettre la sécurité privée (application du L613-1 avec autorisation Préfectorale), mais nous allons les mettre où ces malfaiteurs une fois interpellés par les agents privés? Le plus part sont les gamins! Sont les dispositifs de l'Etat en mesure d’accueillir ces jeunes délinquants? A quoi bon de mettre les agents pour les attraper si les forces de l'ordre les laissent partir tout de suite puisqu'elles n'ont pas les moyens de les détenir...?
Donc, "oui" pourquoi pas mettre des "vigiles" dans les rues de Lille, mais il faut qu'il y ait un suivie par l'Etat au niveau des centres correctionnels (juvéniles). Si l'Etat n'a pas les moyens d'assurer ces centres nous pouvons suivre l'exemple de nos voisins outre-manche et mettre en place les centres correctionnels privés...!
En tout cas nous ne pouvons pas nous permettre d'interpeller ces gamins juste pour les lâcher quelques heures plus tard. Ils vont vite comprendre que le système ne peut rien contre eux et ils ne feront que rire au nez des dispositifs de sécurité (privés ou publics).
Cordialement,