Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 10:08

INFO LE FIGARO - Un rapport remis ce mercredi au ministre de l'Intérieurrévèle que 26.282 manquements de toutes natures ont été relevés en trois ans.

Lancées dans une opération mains propres dans leurs propres rangs, les sociétés d'agents de surveillance, de maîtres-chiens ou encore de détectives privés sont désormais surveillées comme le lait sur le feu afin de ne plus connaître les dérapages ayant longtemps écorné leur image.

Le premier rapport de mandat du Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps)1 dévoile tout un volet de son activité consacré au contrôle, que Le Figaro a pu consulter. Selon ce document, remis mercredi au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, cette haute autorité, présidée par le criminologue Alain Bauer et dirigée par le préfet Alain Gardère, a passé au crible 3 607 entreprises en trois ans. À elles seules, elles représentent la moitié des organismes officiellement agréés par le Cnaps et sont composées, dans 69 % des cas, de petites structures de moins de vingt salariés.

Ces «descentes» inopinées sont menées par 70 contrôleurs, essentiellement des policiers et des gendarmes détachés, mais aussi des chefs d'entreprise ou encore d'anciens agents sous contrats. Vérifiant les contrats de travail, les cartes professionnelles, les plannings individuels du personnel, la situation fiscale ou encore les coordonnées des clients et des sous-traitants, ces inspecteurs pointent les défaillances et donnent un délai de quinze jours à l'employeur pour se mettre en conformité.

Un effort sur les agents de sécurité du secteur sportif

Depuis 2012, pas moins de 14.936 agentsde sécurité privée ont été contrôlés. Si la branche «surveillance gardiennage» concentre les trois quarts des procédures, le rapport du Cnaps observe en 2014 «une nette augmentation du nombre de contrôles de télésurveillance (+ 43 %), des agents de recherches privées (+ 62,5 %) et des agents de protection rapprochée (+ 63 %)».

Par ailleurs, «un effort important a été consacré au contrôle des agents de sécurité du secteur sportif, notamment dans le football», précise le rapport. «Lors des JO de Londres, les Anglais avaient dû faire appel à l'armée2 faute d'avoir pu recruter assez de personnel formé, note le préfet Alain Gardère. Nous faisons le nécessaire pour ne pas nous retrouver dans la même situation lors de l'Euro de football 2016.»

D'après diverses estimations, environ 30 000 personnes devraient être recrutées pour précéder aux fouilles et aux palpations des supporteurs qui se presseront lors des 51 matchs qui vont se dérouler dans une dizaine de villes. Sachant que les entreprises vont devoir former de nouvelles recrues, quitte à en faire venir de l'étranger, le nombre des inspections pourrait monter en puissance.

«L'analyse des manquements relevés lors des opérations de contrôle confirme la professionnalisation grandissante des agents du Cnaps», se félicite le rapport qui révèle que «depuis trois ans, 26 282 manquements ont été relevés, dont 11 826 en 2014». Soit un bond de 9 % en un an. Parmi les principaux «manquements», figure l'absence de cartes professionnelles pour lesquels 1 673 agents ont été épinglés. Soit une flambée de 59 % de ces supposées brebis «galeuses» en situation irrégulière ou travaillant sans le moindre agrément. Les contrôleurs ont, en outre, relevé 1 259 problèmes liés à la conformité des tenues, sachant que celles-ci ne doivent pas confusément ressembler à celles des policiers et des gendarmes.

Un marché de 5,3 milliards d'euros

Alors que 407 manquements «déontologiques» ont été relevés, notamment sur les problèmes liés à des problèmes de sobriété ou de loyauté, les sanctions visant les cas les plus épineux ont, quant à elles, grimpé de façon exponentielle. De 12 en 2012, elles sont passées à 345 en 2013 pour atteindre les 580 l'année dernière.

Ces mesures, prises par la Commission interrégionale d'agrément et de contrôle, s'accompagnent de lourdes pénalités financières. Entre janvier 2012 et le 31 décembre 2014, les entreprises prises en faute ont dû débourser 2,56 millions d'euros.

À l'heure où les besoins de surveillance sont exacerbés par les inquiétudes liées aux attentats de janvier dernier, les acteurs de la sécurité privée poursuivent leur métamorphose pour gagner en crédibilité. L'enjeu est de taille: le marché dépasse le chiffre d'affaires de 5,3 milliards d'euros.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans cnaps
commenter cet article

commentaires

Y 08/04/2015 11:18

On m'apprend a l'oreillette que SAMSIC à été pris en défaut par le cnaps en région Bretagne, çà fait riche pour des personnes faisant partie du collège du CNAPS. Apparemment on part pour les tribunaux et çà risque d’être long car çà pu le chantage a l'emploi aussi..... Sifflote...

ABLABLAhABLABLA 14/04/2015 15:50

Tu peux toujours siffloter, et persifler, celà ne mène à rien.
Les bruits de Ch.ottes sont légion dans cette profession.
Soyons plus "Pro" que "Pro", c'est long, mais les clients commencent à voir la différence (surtout sur leur ligne de budget sécurité !).
Beaucoup d'individu détenteurs de la carte pro, mais plus motivés pour autant, et parfois même limite dangeureux ...
Il n'y a pas de sot métier !!

83-629 08/04/2015 16:39

Sur quel fait ?