Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 09:00

Le film est présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2015.

 

Au chômage depuis vingt mois, Thierry, 51 ans, cherche désespérément un travail, quel qu’il soit. Il va de déceptions en humiliations, et finit par accepter un emploi de vigile dans un hypermarché, où il est chargé de la surveillance des clients et des employés, grâce à des caméras qui captent en permanence leurs moindres gestes.

 

Il découvre alors une cruauté qu’il n’avait fait qu’approcher : un retraité est remis à la police pour avoir "oublié" de payer un steak haché et une caissière est renvoyée parce qu’elle a négligé de détruire des bons d’achat.

 

Ce pourrait être sinistre. Or, le film de Stéphane Brizé ne l’est pas, porté par la maîtrise d’un cinéaste qui invente dans chaque scène avec une empathie et une énergie confondantes.

Et puis, il y a Vincent Lindon, seul acteur professionnel du film, qui livre une composition hallucinante de vérité et de précision. S’il ne dévoile pas tous les secrets de fabrication de "la Loi du marché", que Brizé a filmé comme un documentaire, le comédien livre ici les clés d’un rôle sans équivalent.

 

 

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

bertrand 19/05/2015 17:24

De Stéphane BRIZE, on se souvient de l'excellent "JE NE SUIS PAS LA POUR ETRE AIME" avec Patrick Chesnais et Anne Consigny, histoire d'amour improbable d'un huissier de justice (dont les ARP, et surtout les ENQUETEURS CIVILS peuvent s'imprégner pour découvrir l'éthique et la DEONTOLOGIE)...
Quant au procédé (film tourné avec un seul acteur professionnel), on se souvient, bien entendu d'ENTRE LES MURS de Laurent CANTET qui remporta il y a quelques années la palme d'Or...!

Mais pour ce qui nous intéresse le plus, le métier de "vigile", comment laisser sous silence en 2014 et en 2015, les deux EXCELLENTS FILMS :
L'un, en 2014, QUI VIVE de Marianne TARDIEU, avec Reda KATEB (aussi excellent second rôle dans UN PROPHETE et dans HIPPOCRATE) et Adele Exarchopoulos... une vision très "naturaliste" du métier de vigile dans un supermarché de banlieue...
L'autre, en 2015, JAMAIS DE LA VIE de Pierre JOLIVET, avec Olivier GOURMET (qui méritera surement un César ou un autre Prix...) pour son intérprétation d'un vigile de supermarché de banlieue, ancien délégué syndical à la dérive...

Certes ces deux films (je n'ai pas vu celui qui est sorti à Cannes hier...!), voire ses trois (car je ne doute pas des qualités ni de BRIZE, ni de LINDON...!) ne sont pas des "réclames" pour le métier d'agent de sécurité..., mais ils peuvent très bien inciter à une prise conscience éthique, citoyenne et responsable, tant des salariés, que des employeurs ou de l'administration...

Y 19/05/2015 10:20

J'ai failli t'envoyer un MP là dessus, çà m'a l'air intéressant en effet .A+ Mike!