Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 08:47

Cette étude de l’IAU Île-de-France apporte un éclairage inédit sur ce dispositif unique en son genre. À partir d’une enquête de terrain, elle invite à découvrir le GPIS de l’intérieur, au plus près des acteurs concernés. Elle permet d’en saisir la genèse, l’organisation actuelle, l’activité concrète et le positionnement dans la ville, face au public et vis-à-vis des partenaires.

 

Créé en 2004, le Groupement parisien inter-bailleurs de surveillance (GPIS) est constitué d’équipes mobiles qui patrouillent la nuit dans les parties communes de certaines résidences HLM. (...)

En l’espace d’une décennie, il s’est imposé comme un acteur de premier plan dans le paysage parisien de la prévention/sécurité. À ce titre, il traduit l’acuité des enjeux de préservation du cadre de vie dans les quartiers d’habitat social et témoigne de l’implication croissante des bailleurs en matière de sécurité quotidienne.

 

Le GPIS, maillon important du policing parisien

 

Politiquement et financièrement soutenu par la ville de Paris, le GPIS est un groupement d’intérêt économique (GIE) qui associe douze organismes HLM, emploie plus de 200 salariés et relève du cadre réglementaire des activités privées de sécurité. Dégagée de toute pression commerciale, c’est une structure hybride qui comporte une dimension parapublique et se donne les moyens pour promouvoir un modèle de service fondé sur une exigence de qualité professionnelle. Ni policiers, ni médiateurs, ni même vigiles au sens classique du terme, (...)

 

L’avenir du GPIS n’est peut-être pas seulement parisien

 

En Île-de-France en particulier, avec la mise en place de la métropole du Grand Paris à l’horizon 2016, la question se pose de l’extension ou de la duplication d’un tel service au-delà du périphérique, il en va de l’égalité de traitement des habitants du parc social. En pratique, cette éventualité se heurte cependant à de nombreux obstacles d’ordre opérationnel et financier. Si légitime puisse-t-elle paraître, elle semble donc encore très hypothétique.

 

A TELECHARGER

Télécharger le rapport intégral, IAU îdF, 2015.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires