Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 13:29

Pour votre culture général, voici comment a été "adopté" l'amendement intégrant les centres de formations en sécurité privée au sein du CSI livre VI ...

C'est assez incroyable ... voir comique !

1ère étape: Le ministre propose (et explique à cette assemblée) cet amendement qui intègrera la formation en sécurité privée ..

François Rebsamen, ministre:

L’objet de cet amendement est de certifier les organismes de formation qui délivrent des diplômes permettant l’exercice d’une activité de sécurité privée.

Aujourd’hui, en effet, 800 organismes de formation délivrent des diplômes de ce type, mais aucun dispositif de contrôle structuré de ce secteur n’existe.

Ces constats ont amené M. le ministre de l’intérieur à proposer que seuls les organismes de formation qui auront été autorisés – vous savez qu’il existe un Conseil national des activités privées de sécurité – puissent délivrer des diplômes permettant l’exercice d’une activité privée de sécurité.

La rationalisation de ce secteur est donc l’objet de cet amendement.

 

2ème étape: la présidente de la commission demande ce qu'en pense la commission de cet amendement ...

Jacqueline Gourault, présidente: Quel est l’avis de la commission ?

3ème étape: Les réponses de cette commission (véridique !)

Catherine Procaccia, rapporteur : Cet amendement n’a pas pu être examiné par la commission. À titre personnel – mais cet avis ne vous aidera guère, mes chers collègues, étant moi-même incompétente en matière de formation des agents de sécurité privée, des vigiles, des convoyeurs de fonds et des gardes du corps –, je m’en remets à la sagesse de la Haute Assemblée.
 
M. Gérard Longuet. : Je ne suis pas plus compétent que Mme le rapporteur sur ce sujet, mais si M. le ministre nous assure que l’adoption de cet amendement garantit la mixité dans ce secteur, je le soutiendrai.
 

"Sourires sur les travées du groupe Les Républicains. – Exclamations sur les travées du groupe socialiste et républicain et du groupe CRC. – Mme la rapporteur s’esclaffe."

 

 

BILAN

Et hop ils avouent qu'ils ne connaissent "rien" à ce métier de vigile, deux sourires, blague  , et voilà une refonte importante de la sécurité privée en France ...

 

Comme quoi la création de loi en france peut-être très rapide ! :-)

 

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

JL 01/07/2015 12:28

Bonjour,
Effectivement, on a presque envie de rire (ou pleurer...). Mais l'ignorance de l'Etat concernant la nature de notre activité est manifeste, et ceci depuis un certain temps.
Prenons la carte pro comme exemple (2009). C'était bien des grands intellectuels dans les préfectures qui ont créé la polémique autour des agents SSIAP. Si ce n'était pas pour leurs ignorance nous n'aurons pas eu autant de difficulté à expliquer aux autres intellectuels à deux balles (comme certains que nous avons pu croiser sur ce site) que les agents de sécurité incendie effectuant les missions de surveillance humaine (c'est-à-dire "humainement présent" pour effectuer la mission) et de la surveillance par des systèmes électroniques de sécurité (comme un SSI, par exemple) sont les mêmes agents effectuent la mission de surveillance évoquée dans le MS46: "la surveillance est assurée par un service de sécurité incendie".
Ce qui perturbe dans l'histoire est la facilité avec laquelle ils laissent passer quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Personnellement, si je nage dans la mer et un poisson de 3 mettre de long me passe à côté, je ne me dis pas "oh, je m'y connais pas en poisson, alors je vais continuer à nager". Je sort de l'eau et je demande l'avis d'un "expert" (le maître nageur, par exemple...) mais je n'attends surement pas à me faire bouffer la jambe par la belle sirène!
Maintenant si l'Etat veut se faire mordre les fesses pas la grosse bête qui peut devenir la sécurité privée (vu les projets de l'inclure davantage dans la sécurité nationale) ça le regarde, mais vu que nous serons tous impacté par les fortunes de l'Etat, et vu que je suis un de ceux qui doivent manager les agents que la bête va nous mettre au monde, je commence à avoir un peu peur pour mes fesses aussi!
Maintenant, nous pouvons nous dire que l'assemblé a écouté l'avis d'un expert (Mr. Rebsamen) avant de passer à l'action. Mais Mr. Rebsamen, est-il bien l'expert, ou n'est-il pas plutôt le poisson? Je ne vois rien dans son parcours qui l'identifie comme expert de la sécurité. Il est un politicien de carrière, donc il ne connait forcement rien et ne fait qu'écouter l'avis des autres. Voilà donc comment quelque qui écoute l'avis de quelqu'un qui écoute l'avis de quelqu'un qui a vu l'ours, peut nous faire passer les amendements qui ne correspondent pas à nos besoins...
Cordialement,

sécurité-formation 30/06/2015 18:09

Et quelle victoire donc voila un très grand syndicat qui évoque une grande victoire , les adhérents sont heureux donc hi hih hi