Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 13:31

Sécurité des sites industriels: «Nous sommes face à un défi énorme, avec des moyens limités»

Des mesures d’urgence. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a demandé ce mercredi de renforcer la vigilance sur les sites industriels, au lendemain de la double explosion sur le site pétrochimique LyondelBasell de Berre-l’Etang (Bouches-du-Rhône). Les gendarmes « ont trouvé des éléments qui pourraient constituer une chaîne pyrotechnique », c’est-à-dire un système de mise à feu. « Un acte criminel », pour le ministre de l’Intérieur lui-même, « dont la motivation n’est pas établie ».

« Aujourd’hui, nous faisons le minimum »

Deux semaines après l’attentat perpétré à Saint-Quentin-Fallavier en Isère, ce nouvel « acte malveillant » contre une usine Seveso suscite crainte et… interrogations. La surveillance, préventive, est-elle suffisante, en France ? « Aujourd’hui, nous faisons le minimum de ce que l’on peut faire. Nous sommes face à un défi énorme, auquel nous essayons de faire face avec des moyens limités, en personnels et financiers », déplore Louis Caprioli, conseiller du groupe de sécurité privée Geos et ancien responsable de la lutte antiterroriste au contre-espionnage (DST).

« Le risque zéro n’existe pas. Si quelqu’un veut vraiment être nuisible, cela va être difficile de l’arrêter », estime Philippe Prudhon, directeur du département des affaires techniques à l’Union des industries chimiques.

« Personne n’imaginait cette attaque en Isère »

Le patron de la place Beauvau a de nouveau rehaussé le niveau de vigilance autour des sites sensibles, donc. Il réclame des préfets, de la police et de la gendarmerie qu’ils prennent l’attache des responsables de ces installations, dangereuses, pour procéder à des inspections minutieuses. Il leur demande « d’exercer une vigilance particulière » en interne : le ministre a décidé, lui, « le renforcement des rondes et patrouilles par les forces de sécurité à l’abord de ces sites »… qui représentent des cibles potentielles.

Pour la fédération d’associations France Nature Environnement, « durant les quinze dernières années, on s’est surtout posé la question des accidents qui peuvent se produire sur les sites industriels lorsque quelque chose dérape, beaucoup moins sur ce qui peut se passer si quelqu’un essaye d’y venir pour déposer une bombe », juge Maryse Arditi, membre du directoire sur les risques industriels. « Personne n’imaginait cette attaque en Isère. Nos adversaires - je pense aux djihadistes - ont toujours un coup d’avance, et l’avantage du moment, du lieu… de l’effet de surprise », rappelle encore Louis Caprioli. Comment lutter ?

La sécurité privée sous le feu de la demande

La France a recours à la sécurité privée pour protéger des sites recevant du public aussi exposés que palais de justice ou préfectures (lire les chiffres du ministère de l’Intérieur en cliquant ici). Depuis les attentats de Paris en janvier et l’annonce du coût de l’antiterrorisme, les entreprises de sécurité privée croulent sous les demandes et font face à une pénurie. La profession a même été moralisée et un Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps), créé.

Si le nombre de demandes d’agréments pour devenir agent de sécurité « n’a pas augmenté de manière significative », assure Mélanie Giroux, chargée de mission au Cnaps, les professionnels bénéficiant d’une carte exécutent, assurément, davantage d’heures de travail. « En matière de personnels, la défense n’a pas les capacités de sécuriser la multiplicité des sites. Ni humaines, ni techniques. Et, sauf dérogations, les sociétés de gardiennage, rappelons-le, ne sont pas armées », précise Louis Caprioli. En plus du bond humain (des employés à recruter, former et encadrer) et financier, se pose alors la question d’un renforcement législatif.

« La dispersion de nos forces arrange nos ennemis »

Fixées par le ministère de l’Ecologie et du développement durable, les mesures de sécurité des 1.171 sites classés Seveso en France imposent la mise en place de barrières de protection physique (bâtiments renforcés, clôtures systématiques) mais également la surveillance des accès (gardiennage, caméras). Pour Maryse Arditi, « on ne peut pas mettre des policiers devant tous les sites à risques. Quant à la vidéosurveillance, il faut voir l’étendue de certains sites. Même avec une caméra tous les cinquante mètres, si un type a décidé de passer, il sera difficile de l’en empêcher ».

« Aujourd’hui, ce sont les sites industriels qu’il faut sécuriser. Mais il existe d’autres secteurs d’importance vitale qu’il convient de protéger. La dispersion de nos forces arrange nos ennemis. » Louis Caprioli le regrette : « Ce n’est pas en une semaine que nous pourrons surmonter tous ces obstacles ».

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

JL 29/08/2015 20:46

Bonsoir,
Louis Caprioli nous rappel que les agents des EPS ne sont pas armés "sauf dérogation". Mais nous devons nous rappeler aussi que la possibilité d'armer les agents existe depuis plus au moins 30 ans (10/10/86).
Qu'attendons-nous pour le faire donc (avec les coef qui vont bien pour les agents, bien entendu...)? Les transporteur de fonds font du bon boulot déjà. Les agents formés et placés devant les sites SEVESO le feront aussi!
Cdt,

dolmen 21/07/2015 06:45

@Py94
Par contre je connais de très nombreux agents sérieux moralement "tués" par l’incompétence, le mépris et l'absurdité qui règnent au sein des entreprises de gardiennage, quelque soit leurs tailles.

steph35 21/07/2015 12:47

je suis tout à fait d'accord avec toi dolmen !!

steph35 21/07/2015 00:24

Py94 ça veut dire quoi ? je connais mon travaille donc agent de qualité j en suis un depuis l age de 20 Ans ? mais j ai oublié de dire que du boulot y en a mais en magasin ! et moi perso j ai donné et ce n'est pas mon truc sauf pour effectuer du ssiap sinon merci rk44

steph35 17/07/2015 17:54

On dit que les sociétés ont du mal à recruter ?? je rigole !! je suis sans emploi, je ne travaille que par petite période et tout ça en raison de mon age ( 45 ans) !! alors svp la crise a bon dos !!!

rk44 19/07/2015 13:08

L age n est pas en cause pour le recrutement , je suis entree ds la sécurité privee a 44 ans , j ai passé le panel ssiap , cyno, j ai ete recruté immediatement et depuis les offres pleuvent. Certaines régions sont plus favorables que d autres et la qualités des agents va de paire . Sur le secteur nantais il y a de gros besoins en agents , essayer cette région vous devriez trouver rapidement . Bon courage

Py94 19/07/2015 08:02

Oui, une correction s'impose : les societes de securite ont du mal a recruter des agents de qualite....