Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 09:25

Quand l'état imposera le port d'un gilet par-balle aux portiers et autres physionomistes dans les bars et discothèques ?

Il y à plus de mort d'agents de sécurité travaillant dans le monde de la nuit, que de convoyeurs de fond ... à qui on impose le port d'un gilet par-balle !

Selon les premiers éléments de l’enquête, un groupe à bord d’une grosse cylindrée aurait fait feu sur le bar avec une ou plusieurs armes de gros calibre, semble-t-il pour se venger à la suite d’une « dispute » qui avait éclaté un peu plus tôt dans la soirée entre des clients et un vigile du bar, a précisé Brice Robin, le procureur de Marseille.

Vers 6 heures, la voiture « a déboulé dans la rue, s’est arrêtée. Les passagers ne sont pas descendus et ont tiré », a relaté une source policière. Marseille était alors sous un puissant orage et un groupe de personnes avaient trouvé refuge sous l’auvent du bar O’Stop, près de l’Opéra, un quartier connu pour sa vie nocturne. Une personne a été tuée à l’extérieur du bar, et d’autres, qui se trouvaient à l’intérieur de l’établissement, ont été blessées par balle ou par des éclats de verre, a précisé une source policière.

PUBLICITÉ

« Dommages collatéraux »

« Les victimes qui étaient là sont ce qu’on appelle des “dommages collatéraux”, mais il y a aussi apparemment des victimes travaillant dans la sécurité, dont celle qui est décédée », a précisé André Ribes, l’adjoint du procureur de Marseille, qui se refusait pour l’instant à parler de règlement de comptes. « Une quinzaine ou une vingtaine de personnes étaient présentes », sous l’auvent de l’établissement, a-t-il expliqué. Une cellule psychologique a été ouverte à l’hôpital de la Timone, a-t-il ajouté.

Les enquêteurs ont retrouvé sur les lieux de la fusillade des douilles de 7.62 mm, pouvant correspondre à une kalachnikov, et des douilles de 9 mm. Ils cherchent à savoir si deux armes ont été utilisées par les agresseurs ou s’il y a eu des tirs de riposte. La police judiciaire de Marseille a été saisie de l’enquête. Le dernier homicide par balle à Marseille avait eu lieu le 6 août : un quinquagénaire lié au grand banditisme avait été abattu à l’arme de poing dans une rue commerçante par deux individus, dont un à moto.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

JL 17/09/2015 11:23

Bonjour,
Rien n'empêche les agents de mettre les gilets même sans qu'il y ait une législation l’obligeant. Par contre face aux balles de 7,62 mm il faudra un véritable gilet militaire avec plaques kevlar (pas forcement la tenue le mieux adaptée pour un portier...). La réponse à la question de "comment protéger ces agents" pourrait commencer, peut-être, avec une analyse de leurs capacités de gestion de conflit.
Cdt,