Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 07:00

« Revaloriser un métier qui en a bien besoin »

Les Nouvelles calédoniennes : quel est l’intérêt de cette réglementation ?

Didier Josse : Le but, c’est de professionnaliser et de moraliser le milieu. Elle présente plusieurs avantages pour les agents de sécurité : avec leur carte professionnelle, ils vont pouvoir exercer dans tout le territoire français.

Elle va aussi permettre de les fixer dans leur profession, notamment ceux qui ont investi du temps et de l’argent dans une formation. Même par dépit, on ne pourra plus devenir agent de sécurité. Cela va contribuer à revaloriser un métier qui en a bien besoin.

Où en est le travail du Cnaps ?

Depuis la création de la délégation territoriale du Cnaps [en septembre 2013, NDLR], nous avons procédé au recensement des sociétés et des agents de sécurité. Aujourd’hui, environ vingt sociétés ont obtenu leur agrément. Il y en a presque autant dont le dossier est en cours de traitement. Les autres ne semblent pas prendre cette réglementation au sérieux. Elles ont tout intérêt pourtant car il y aura des contrôles. Quant aux agents de sécurité, tous ceux qui ont pu valider leurs acquis - il y en a plus de 900 - ont obtenu leur carte professionnelle. Nous avons aussi une centaine d’agents en stand-by : ils doivent suivre la formation, mais avant, leur enquête de moralité doit être positive pour accéder à la formation.

Quels sont les délais pour se mettre dans les clous ?

Tout le monde aurait dû l’être au 1er mars dernier ! Mais il y a un problème, puisque les formations ne sont pas encore accessibles. Cela ne devrait pas tarder et dès que le contenu sera prêt et les centres de formation agréés, il faudra que les professionnels se régularisent rapidement. Sinon, il y aura des sanctions pécuniaires, autant pour l’agent de sécurité que la société qui l’emploie. Pourquoi prendre ce risque alors qu’il est plutôt simple de se conformer ?

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans cnaps
commenter cet article

commentaires