Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 15:02

Le convoyage des détenus va être entièrement privatisé à Genève, a appris mardi la RTS. Dès le 1er novembre, la société Securitas assurera l’entier de cette mission en lieu et place des agents de l’Etat.

Le magistrat chargé de la sécurité, Pierre Maudet, poursuit ainsi dans la voie fixée il y a quelques mois, malgré le signal négatif d’une majorité du Parlement.

Dès le 1er novembre, la société de sécurité privée Securitas remplacera les agents de l’Etat pour toutes les missions d’accompagnement des prisonniers.

Combien de personnes seront engagées? Suffisamment pour remplacer la vingtaine d’agents publics qui, selon nos sources, vont être réaffectés à la surveillance des ambassades. Douze partiront déjà dès le 2 novembre.

Le matériel aussi

Une vingtaine de personnes sont nécessaires également, d’après un spécialiste, pour assurer le fonctionnement 24h sur 24 des trois fourgons de convoyage sécurisés et spécialement équipés.

Le matériel roulant de l'Etat pour le convoyage a aussi été cédé, ou vendu, à Securitas. Philippe Bertschy, directeur de l’Office cantonal de la détention se serait chargé de la transaction, bien que le Détachement de Convoyages et de Surveillance (DCS) ne dépende pas pour l’instant de ses services.

De son côté, le département rappelle via sa porte-parole Emmanuelle Lo Verso qu'il poursuit dans une voie fixée, il y a déjà quelques mois, de clarification des attributions entre les agents publics et les Securitas, "les répartitions des agents de sécurités publics (ASP) se faisant en fonction des besoins et des circonstances". Le département ajoute que si le nombre de détenus diminue dans les établissements pénitentiaires du canton, cela a une influence sur les prestations assurées par les ASP ou les Securitas.

Laetitia Guinand/lan

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans revuedepresse
commenter cet article

commentaires