Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 08:00

Quelles décisions prendre après les attentats de Paris, dont l'une des attaques a été perpétrée dans l'enceinte du Bataclan ? Les salles de spectacle du département se penchent sur la question. Si les activités sur le temps scolaire sont annulées, les concerts restent maintenus. Et nombre d'organisateurs ont déjà pris des mesures.
Au moulin du Roc, jusqu'ici dépourvu de vigiles, « deux professionnels postés à chacune des entrées » gardent un œil vigilant jusqu'à dimanche. La Scène nationale avisera, ensuite, du maintien ou non du dispositif « afin de ne pas céder à la paranoïa ».
Ce renfort, Matthieu Noirtault l'espère au sein du Bocapole à Bressuire. Ce week-end, plus de 7.000 spectateurs sont attendus pour les Salons de l'habitat et du mariage. Le régisseur général fait part de son « inquiétude » et fait ses recommandations directement auprès des concernés.
Visiblement, le message a été reçu. Christophe Dupas, organisateur du Salon de l'habitat, rencontrait son homologue du mariage hier soir. Juste avant, il faisait part d'une « préréservation de deux agents supplémentaires. Cela représente 30 % de plus au niveau du budget sécurité », calcule-t-il. L'effort financier lui semble important pour ses vertus dissuasives. Sans directive, Nicolas Fredon préfère jouer la carte de la patience que prendre une décision hâtive. Selon le directeur de L'Acclameur, à Niort, « la vigilance des agents est déjà très renforcée depuis le plan Vigipirate ». La venue du groupe de rock Pink Floyd, le 27 novembre, pourrait néanmoins changer la donne.
A plus petite envergure, d'autres salles ont déjà tranché sur la question. Le Café du Boulevard à Melle mais aussi Le Camji à Niort, qui tient ses « Midis du Camji » demain et reçoit ensuite The Hillbilly Moon explosion, ne changeront rien.
D'un espace à l'autre, les organisateurs espèrent juste que le « no show », phénomène où les gens ne se déplacent pas malgré l'achat d'un billet, ne surviendra pas jusque dans notre département rural.

M.L.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans revuedepresse
commenter cet article

commentaires