Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 23:41

Après le déploiement d'effectifs constant depuis les attentats de janvier, les marges de manœuvre semblent de plus en plus réduites pour sécuriser davantage le pays et rassurer la population. Depuis les attentats de janvier, plusieurs dizaines de milliers de militaires et policiers sont déployés pour sécuriser de nombreux espaces publics. Avec ces nouvelles attaques du vendredi 13 novembre se pose la question de l'opération sentinelle, "on est quasiment arrivé à un point de rupture s'agissant des forces de Police et de l'armée", estime Jean-Charles Brisard, président du Centre d'Analyse du Terrorisme.

"Désormais, la question qui se pose, c'est le recours à d'autre ressources. En particulier aux réservistes pour faire face à des situations d'urgence afin de renforcer les effectifs actuels".

Une situation d'autant plus préoccupante alors que la France s'apprête à accueillir la COP21, un événement international qui va focaliser l'attention sur Paris. Selon le spécialiste, l'enjeu sera de "dégager des policiers dits "statiques" pour les remettre sur des missions de prévention. car il est trop tôt pour dire ce qui va se passer. Le problème c'est qu'il n'y a pas de situations idéales pour commettre un attentat". Et Jean-Charles Brisard de poursuivre, "avec son engagement à lutter contre l'organisation Etat Islamique et 2000 Français impliqués dans les réseaux djihadistes, il faudra s'habituer à vivre avec cette menace à tout instant. Nous sommes dans une situation à la fois critique et inédite".

Afin de sécuriser cet évènement, mais aussi assurer la déroulement des élections régionales dans la sérénité, le gouvernement pourrait être tenté de faire appel, une fois la ressource des réservistes épuisés, à des compagnies privée. "Il n'est pas impossible que l'Etat fasse appel à des sociétés privées afin de déléguer un certain nombre de tâches moins prioritaires pour dégager des effectifs de police", estime Jean-Charles Brisard.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

charles 17/11/2015 20:16

Bonsoir je suis ancien de la BA 126 solenzara si y as besoin je peu être disponible pour une Protection des populations civiles. Je me tien a votre disposition pour tout renseignement contact: leonidas79@hotmail.fr

jc 17/11/2015 07:53

bonsoir je suis ancien du 8 RPIMA a castres , j en est fait des campagne en temps de guerre et autre .... , si y as besoin je peu être dispo .
comme disais la devise de ma compagnie ( bien faire et laisser dire )
soyons fort

jan 17/11/2015 04:10

J ai fini caporal chef dans l armée de l air pendant VSL alors si aujourd'hui je pouvais remettre un treillis, rangers, béret et insigne afin de protéger a nouveau mon pays et bien oui je re signe

mayeux 16/11/2015 21:57

bonsoir je suis un ancien militaire de carrière au 8 rpima de castres actuellement je réside en Vendée si besoin pas de problème et je suis pas le seul du régiment qui me suis nous sommes aux niveaux ancien le valeur d' une cie si il faut voici mon e-mail mayeux.dominique@sfr.fr

telo 16/11/2015 21:31

bonjour je suis ancien militare du 1er regiment d'infanterie a sarrebourg (57)