Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 08:00

Voici un communiqué du SNES concernant la guerre interne entre l'USP et le SNES par rapport aux métiers repères, et la dénonciation puis à la redénonciation de la dénonciation de l'USP ...

 

***************************************************************************************************

***************************************************************************************************

 

 

Pour être constructif, le dialogue social de la branche exige un mutuel respect de tous les partenaires.

Pour se réunir autour de la table des négociations et échanger, il faut passer par la reconnaissance des oppositions. Il faut que ces oppositions puissent se confronter et s'affronter sereinement lorsqu'elles ne peuvent s'accorder.

Ces exigences sont d'autant plus sensibles aujourd'hui que la sécurité privée est désormais clairement inscrite au coeur des enjeux sécuritaires du pays.

C'est dans cet esprit que le SNES s'implique, s'engage au sein du dialogue social de la branche avec tous les partenaires sociaux présents. C'est la raison pour laquelle, le SNES dénonce et regrette que cette conception ne soit pas partagée par notre confrère patronal : l'U.S.P..

La démonstration de cette véritable dérive de la qualité du dialogue social a été assénée de manière brutale, jusqu'à l'absurde, tout particulièrement ces dernier mois.

La volonté évidente de retarder par tous les moyens et par toutes les postures, des plus contradictoires aux plus méprisantes se traduit par une véritable instrumentalisation du dialogue social. Le SNES se refuse de mettre en hibernation l'espace des négociations.

Mensonge et manipulation ont sapé le minimum de confiance et instauré un climat peu propice à la recherche nécessaire d'un consensus dans l'intérêt général.

Le résulat de toute évidence sciemment recherché et calculé est là : toujours pas de décision sur la NAO 2016 en cours, entamée en 2015 dans une branche dont le premier coefficient reste encore sous le SMIC !

Car ces comportements valent bien au-delà de la seule NAO et ce sont les nécessaires évolutions et adaptations de l'ensemble du métier qui sont ainsi prises en otage à un moment pourtant crucial du devenir du secteur.

Que des rapports de force s'expriment au sein du dialogue social quoi de plus naturel en démocratie.

Mais cela se traduit par une volonté de toute évidence hégémonique de bloquer, de déréguler, pour n'orienter que dans un seul sens avec le désir d'écarter coûte que coûte les propositions différentes.

Qu'une telle politique de gribouille ait même conduit le numéro un mondial, leader en France à quitter la table de négociation de la branche traduit un très profond malaise. cela doit retenir aussi l'attention des pouvoirs publics garants du partarisme. Et c'est la raison pour laquelle, cette prise de position du SNES sera affirmée ce matin même au Ministère du Travail en Commission Mixte Paritaire devant tous les partenaires sociaux présents.

Le SNES qui représente une part considérable du tissu économique du métier ce qui en fait sa force, dénonce un tel comportement. Et appelle, chacun des partenaires concernés à prendre leurs responsabilités pour réinstaurer d'urgence au sein de la branche, un climat minimum de confiance et de respect mutuel pour nous permettre ensemble d'assumer nos missions premières.

Puisse cette indispensable rappel à nos fondamentaux, contribuer à changer une orientation délétère qui est aujourd'hui devenue semble-t-il la norme imposée.

Bien cordialement

Jean-Pierre TRIPET
Président

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

ChssuiBienBravHaiJanty 18/03/2016 10:55

Le respect des requins, calmos, les gars, y'a un max de galette à prendre, faut pas rater ni gacher cela, on peut s'entendre, entre nous sur la concurrence, vu que les stades vont bien se remplir. On a même créé une certification pour faire coup double ! Allez, vite, on s'fait la bise, et un tour chez Maxim's, on va pas se faire la gueule pour ces quelques millions d'Euros !!

JaibonnKonScienceSSaVa 18/03/2016 10:51

Quand ces Messieurs payent leurs sous-traitants au même tarif pondéré de 17,50 € de l'heure (jour nuit week-end), donc au ras des pâquerettes, là, personne ne moufte... et pourtant ces sous-traitants perdent dans ce cas de l'argent.. ou obligé d'être "border-line" vis-à-vis du code du travail pour avoir un peu de rentabilité, mais cela ils s'en contrefoutent. C'est quand même bien pratique, ces petites boites, prêtes à tout pour vivre un peu de leur métier : OUI c'est un vrai métier, et nous donnons du sens à nos missions, ce qu'oublient ces "gens-là" qui n'ont jamais été au contact du terrain.

SSaipamoaSSaiLotre 17/03/2016 10:42

Comme d'habitude, chacun tire la couverture à soi... A quand un vrai syndicat regroupant, d'une part, les entreprises "8010Z" de moins de 50 salariés, et d'autre part, les salariés qui veulent réellement être entendu, afin d'organiser, pourquoi pas, un grève nationale, afin de donner un coup de poing sur la table ! Ras le bol des requins de la profession, qui ne cessent de dicter la création de telle ou telle certification de façon à protéger leurs besoins respectifs qui se chiffrent en millions d'Euros ! Notre métier a du sens ! Regroupons nous pour exprimer ce que nous subissons au jour le jour !

luc 17/03/2016 08:29

vous feriez mieux d'établir des accords de branche concertés dernier exemple l'accord de la mutuel pour les agents cynophiles, relisez votre accord et les dysfonctionnements mettant en péril l'activité, de plus dirigé vers AXA la seule identifiée ? votre "guéguerre " interne représente bien l'évolution de la filière, au détriment d'avancé réfléchie merci de penser aux agents avant de penser à vos intérêts , avez vous réellement des compétentes pour les acteurs ou comme tous vos propres intérêts , rien ne change.