Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 11:34

TÉMOIGNAGES – RMC a assisté aux Journées d'information des métiers en tenue, qui se sont terminées ce samedi sur ce constat: les métiers de sécurité et de défense ont des "besoins urgents" en matière de recrutement.

Les militaires patrouillent dans les rue, mais pour assurer notre sécurité dans les bureaux, les commerces et autres sites sensibles, ce sont les vigiles, physionomistes et agents de sécurité qui en sont chargés. Avec l'état d'urgence, alors que nous vivons au rythme du plan Vigipirate, de plus en plus d'enseignes et de sociétés emploient des vigiles.

Et ces personnels privés pourraient jouer un rôle de plus en plus important sur le territoire. Le ministère de l'Intérieur songe même à créer un nouveau statut d'agent de sécurité renforcée, pour faciliter les conditions du port d'arme des vigiles privés positionnés devant des sites sensibles, comme les salles de spectacles ou les usines classées à risques.

"Je suis en train de me reconvertir"

Les Journées d'information des métiers en tenue se sont terminées, samedi, sur un constat: les métiers de sécurité et de défense cherchent à recruter. Autant dans la fonction publique que dans le secteur privé, comme l'a constaté RMC, qui a arpenté les allées du salon. Et ce jour-là, Ludovic, 20 ans, a fait le tour des exposants privés, une pochette de CV sous le bras:

Un métier gratifiant et un secteur porteur. Après deux ans de chômage, Barthélémy veut, lui aussi, tenter sa chance.

"Des besoins urgents"

Jean-Michel Maître recrute chaque année 300 CDI et de nombreux temps partiels, pour la société privée Goron.

Mais le processus de recrutement n'est pas immédiat. Il faut compter au moins trois mois, dont 147 heures de formation pour devenir agent de sécurité.

Des recrutements de plus en plus exigeants

Olivier Ziegler, directeur de l'agence Paris Médias pour Securitas, gère la sécurité de plusieurs lieux sensibles de la capitale. Depuis quelques temps, le recrutement s'est intensifié et est de plus en plus exigeant.

Depuis les attentats de janvier dernier, le syndicat national des entreprises de la sécurité estime que les effectifs ont augmenté de 15 à 20 %.

Par C. P. avec Marion Dubreuil

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

Delphine 18/04/2016 13:06

Merci pour cet article qui montre bien que ce secteur longtemps décrié retrouve une certaine réputation auprès du public mais dont la nouvelle visibilité ne fait que souligner encore plus les problèmes structurels de ce milieu (notamment au niveau des réglementations) et la quasi précarité des agents. Ce secteur exponentiel a besoin d'être plus prometteur et généreux.

Kin 08/04/2016 11:21

et pour l'euro les boites vont faire croire a des promesses de CDI alors qu'ils les prendront en CDD maquillé

TienPranSSA 21/04/2016 13:29

Evidemment, on taxe encore plus les CDD... avec les marges dégagées, deux solutions pour s'en sortir : ne pas déclarer toutes les heures effectuées (risqué et cher payé en cas de contrôle), ou embaucher en CDI, et virer les p'tits gars avant la fin de la période d'essai ! Elle est pas belle la vie ? Sin on veux les ré-embaucher, faut attendre 18 mois. Vraiment, ces gouvernants ne comprennent rien au monde du travail comme nous le vivons chaque jour.