Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 10:34

Petite retrospective:

Le 12 octobre 2015,l'USP dénonce l'accord sur les métiers repères: Coup de tonnerre dans la profession, même au sein des adhérents de l'USP !

 

Le 18 décembre 2015,Securitas quitte l'USP ....

 

Le 17 février 2016, l'USP renonce à sa dénonciation des métiers repères du 12 octobre 2015

 

Après que l'USP ai dénoncé les métiers repères (version 2006),

Avec par la suite le départ du numéro un français de l’USP, et après la démission de la FEDESFI de l’ANAPS ... revoici le SNES gonflé à bloc, qui est en passe d'imposer une nouvelle version des métiers repères " tout en restant dans sa continuité" ...

 

ANECDOTE: Le SNES avais à l'origine refusé la mise en place des métiers repères (en 2006), puis l'USP dénonce ces métiers repères (qui la lui-même imposé aux entreprises de sécurité) en 2015 .... et enfin le SNES à tout fait pour maintenir les métiers repères qu'il avais lui-même refusé de signer en 2006, avec une nouvelle version en 2016 mais qui reste dans la "continuité" des métiers repères de 2006 ....

Il y à de quoi s'arracher les cheveux ! ;-)

 

 

 

La nouvelle version des métiers repères version "SNES": 3 signatures majoritaires qui permettra son extension à toutes les entreprises de sécurité privée !

La proposition SNES d’accord de branche de substitution à celui des métiers repères a obtenu depuis le vendredi 15 avril les signatures de 3 organisations syndicales : la CGT, la CFTC et l’UNSA. Ces trois organisations totalisent 54,11% de la représentation des salariés de la branche et font de cet accord un accord majoritaire.

Le SNES a notifié cet accord, en date de lundi 18 avril, à l’ensemble des partenaires sociaux de la branche afin qu’il puisse être proposé à l’extension dès l’issue du délai légal d’opposition.

L’arrêté d’extension rendant l’accord obligatoire pour l’ensemble des entreprises ne pourra cependant intervenir qu’à l’issue des délais et procédures habituels.

 

 

Nouveau socle social : les spécialités et les compétences dans la version 2 des métiers repères


D’un point de vue plus technique pour résumer l’accord majoritaire obtenu par le SNES se caractérise par 4 axes majeurs :

1 - Il s’inscrit tout d’abord dans une continuité par rapport à l’accord condamné de 2006 mais avec une réorientation majeure : le passage des métiers repères à des spécialités correspondant à l’indispensable professionnalisation de l’offre et sa valorisation auprès du marché.

2 - Il adapte l’ensemble des dispositifs de formation de la branche aux nouvelles contraintes imposées par la réforme de la formation professionnelle (Loi du 5 mars 2014). Il ouvre ainsi, après une phase très délicate pour les entreprises concernant le financement de leur formation continue , une véritable opportunité d’instaurer enfin un nouveau socle de compétences. Celui-ci va reposer sur des "Certificats de Compétence Professionnelle-CCP" pour chacune des spécialités (substituées aux métiers). Cela va se traduire par des modules de formation courts
( +/- 35 h), réalistes, opérationnels et, c’est essentiel, répondant à tous les nouveaux critères de financement.

3 - Il sécurise juridiquement de manière solide, ce qui était loin d’être le cas de l’accord de 2006, la notion opérationnelle de polycompétence permettant une réelle avancée en matière de flexibilité/adaptabilité aux besoins marché, tout en prenant soin de mettre en place un dispositif gagnant/gagnant pour les salariés comme leurs employeurs. Au passage, il accorde à l’ancienne filière distribution un alignement au coefficient 140.

4 - Enfin, et coeur de la nouvelle ingénierie sociale de branche proposée par le SNES, il met fin au écarts fixes entre les différents coefficients de salaire et donc à leurs effets pervers (maintien du premier coefficient sous le SMIC) tout en prenant soin de préserver les effets structurants de l’ensemble du dispositif en instaurant des écarts planchers préservant les garanties acquises.

L’architecture de l’accord, lorsqu’il sera étendu, va donc constituer le nouveau socle social d’une refondation du métier marquée par deux notions majeures : les compétences et les spécialités.

Restera à entamer sans plus tarder pour consolider durablement le tout, un travail important d’élaboration des fiches référentiels de formation pour les spécialités. Un travail que le SNES s’est d’ores et déjà donné les moyens d’engager avec les partenaires sociaux de la branche et les experts utiles.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

DURAN 25/04/2016 13:46

A propos de votre savoureuse façon de traiter de manière "anecdotique" le feuilleton du dossier des "métiers repères" dans la branche , je me suis permis de relever et de tenter de corriger une légère inexactitude concernant le fait que d'après votre rédaction le SNES "aurait tout fait pour maintenir les métiers repères....".A moins que vous aillez voulu écrire...... USP en lieu et place du SNES , c'est une erreur d'interprétation que je détaille ci dessous . Merci de bien noter cette utile précision.
Pour le SNES ,O Duran directeur Communication

DURAN 25/04/2016 13:38

Nous respections pleinement votre droit d’analyse et de commentaire, le plus souvent pertinente, mais concernant votre point de vue , certes caustique,dans un encadré intitulé "ANECDOTE « permettez nous pour la précision historique de revenir sur votre saille : "le SNES à tout fait pour maintenir les métiers repères « ?!

Cela n’est pas exact:
le SNES, c’est dur d’avoir raison avant tout le monde..mais c’est toujours bienvenu…., a refusé de signer l’accord en 2006 car il avait justement perçu deux problèmes fondamentaux dans le texte d’alors sur lequel était arcbouté l’équipe usp-sécuritas :
-le manque de clarification en termes de polyvalence
-la rigidité des écarts entre coefficients qui des années durant a contribué à bloquer le 120 sous le Smic !

A l’époque, le Président de Sécuritas dont c’est l’argument favori lorsqu’il ne parvient pas à imposer ses vues en France ...avait rejeté le SNES dans le camps « du passé" et son président d’alors "dans celui des autistes »! Oui , il faut s’en souvenir..Alors, lorsqu’il nous a permis par sa décision de dénonciation des métiers repères ( conjointement signée avec le Président de l’USP ,C Tarlet) de revenir dessus , oui le SNES a saisi l’occasion d’adapter un texte ( dépassé en effet) aux enjeux d’aujourd’hui et de demain pour le bien commun . Mais, le SNES n’a jamais " tout fait pour maintenir les métiers repères ».C’est par contre ce que fait l’USP ces jours çi! Et le SNES a été surpris par la dénonciation et par la renonciation à la dénonciation... comme beaucoup au sein de la branche !
Nous vous remercions donc d’apporter cette modeste précision à la connaissance de vos lecteurs .Ils n’auront pas manqué … parce qu’ils sont avertis , d’avoir noté que démissionnaire de la branche , le toujours Président de Sécuritas,Michel Mathieu, renouvelle ses invectives favorites à la branche : « hommes du passé…... » .Mais, y inclus cette fois ci ses anciens camarades de l’USP qui l’ont mis en minorité semble-t-il ……
Comme quoi tout est possible lorsque l’on travaille comme le SNES dans l’intérêt général de la profession et non de quelques uns !


Olivier Duran, Directeur de la Communication du SNES

Luc 22/04/2016 14:43

J ai passé une formation a l AFPA et elle était découpée en CCP, donc ça resemble à un terme générique. J'ai lu que si on passe 910 heures dans la spécialité on a le coef, vu que je suis en contrat SSIAP 1 et que je remplace depuis deux ans un mois sûr deux avec un collègue le poste de ssiap 2, si j ai bien compris fini la prime de régulation et mon colègue et moi on passe coef 150 am ?

murmure 27/04/2016 13:10

Bonjour,

A condition de justifier l’exercice de 910 heures de travail de manière continue ou discontinue dans la nouvelle spécialité. L’attribution du nouveau coefficient ne sera effective que le 1er jour du mois suivant la demande écrite du salarié auprès de son employeur.

Marc 22/04/2016 18:19

Bonjour Luc, J’ai vu dans un papier de la CGT, que le payement de la vacation ne peut être inférieur à 4 heures mais je ne le trouve pas dans l’accord SNES, vous savez si c’est vrai, car je suis obligé de faire des vacations de deux heures les samedis pour compléter mes heures donc je voudrais avoir confirmation. Merci

Natalie 22/04/2016 14:46

L'AFPA fait justement passer les titres professionnels découpés en CCP (on parle d'ailleurs abusivement de "titres AFPA" , au lieu de "titres ministère de l'emploi"!)

Natalie 22/04/2016 14:04

L'article mentionne l'appellation de CCP (certificat de compétence professionnelle); est ce l'appellation qui va être retenue ou juste celle de l'auteur de l'article? l'appellation CCP est réservée au découpage des titres professionnels du ministère de l'emploi . Ne s'agit il pas plutôt de "certificat de compétences " ( déjà utilisée, certes, mais par plusieurs certificateurs) ou de "blocs de compétences".?

pascal 22/04/2016 13:35

Une chance au vu que la renonciation a la dénonciation de l'USP été bidon car hors délai, résultat on aller se retrouver sans métier repaire…
le SNES redeviendrai t’il un grand syndicat, la CGT c’est enfin mi au travail, on est le 1er avril ?