Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 12:43

Article de Jérôme Laurent,

Impossible d’y échapper. La semaine prochaine marquera le début de l’Euro 2016 qui se déroulera jusqu’au 10 juillet prochain. Depuis les attentats de novembre dernier et la mise en place de la procédure de l’état d’urgence, la sécurité liées aux fans-zones de l’événement sont omniprésentes dans les médias comme au sein de la classe politique avec la même question : faut-il les maintenir ou les supprimer ?

Chacun à son avis sur la question : les supprimer étant données l’environnement actuel, les maintenir afin de que cet événement sportif soit une réussite (malgré cet environnement… et aussi pour des raisons économiques !).

La sécurité de ces endroits, et ce quel que soit l’environnement auquel nous devons faire face (menace élevée liée au risque terroriste), est assez complexe puisque ces fans-zones sont en milieu urbain.

Prenons l’exemple de Paris : la fans-zone qui sera située au Champs-de-Mars sera d’une surface de l’ordre de 130 000m² (pour se donner une idée, cela représente environ 18 terrains de football) et sera composée de divers espaces : zone de retransmission de matchs et concerts, zone média, zone liées aux animations culturelles et sportives, village gastronomique... Bref, tout pour passer un bon moment en famille ou entre amis ! La capacité d’accueil maximum est estimée à environ 92 000 personnes. Cette capacité fera de Paris la plus grande fans-zone.

En ce qui concerne le dispositif de sécurité et plus spécifiquement celui lié à la sécurité privée (dont la mission ne sera que d’intervenir à l’intérieur de la zone, les forces de l’ordre étant elles situées à l’extérieur avec bien-sûr la possibilité d’intervenir à l’intérieur en cas de nécessité) les nombres d’agents de sécurité évoqués suivant les différents médias sont ainsi : jusqu’à 350 pour France-Soir et Le Monde, 400 pour Libération. Il est à noter que les coûts liés à la sécurité de ces fans-zones sont à la charge des villes accueillant les matchs, soit les dix villes-hôtes de la compétition (Paris, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nice, Lens, Saint-Denis et Saint-Etienne).

Comparons maintenant ce nombre avec le nombre d’agents de sécurité qui est déployé dans le cadre d’un match, prenons l’exemple du Stade de France, lieu bénéficiant de mesures, consignes, et équipements pour faire face à un incident ou trouble lié à la sécurité (comme ce fut le cas pour lors des attentats du 13 novembre) : on compte entre 1 200 et 1 300 agents de sécurité par événement…

On voit bien que les ratios capacité d’accueil/nombre d’agents de sécurité sont bien différents entre la fans-zone parisienne et un événement au Stade de France !

Délocaliser les fans-zones

Depuis quelques années, et ce dans la perspective de l’Euro 2016, la France a entrepris la construction et/ou rénovation de ces stades de football : Marseille avec la rénovation du stade Vélodrome en 2014, Lyon avec la construction du Parc OL cette année, Lille avec la construction du stade Pierre-Mauroy en 2012, Bordeaux avec la construction du stade Matmut-Atlantique en 2015…

Dès lors plusieurs stades, pour la plupart propriétés des villes, n’auraient-ils pas pu accueillir ces fans-zones dans de meilleures conditions de sécurité ? Je pense qu’il est légitime de se poser la question et de voir ce qui peut être aurait pu être fait.

Reprenons la liste de ces stades qui auraient pu avoir un rôle à jouer dans ces fameuses fans-zones étant donné l’environnement :

  • Le stade Gerland à Lyon (propriété de la ville) avec une capacité de 41 000 spectateurs (la fans-zone prévoie d’accueillir 20 000 personnes) ;
  • Le stade Chaban-Delmas à Bordeaux (propriété de la ville) avec une capacité de 34 000 spectateurs ;
  • Le stade Charléty à Paris (propriété de la ville) avec une capacité de 13 000 spectateurs ;
  • Le stade Ernest-Wallon à Toulouse (propriété de l’association des amis du Stade Toulousain) avec une capacité de 19 000 spectateurs (la fans-zone prévoie d’accueillir 12 000 personnes) ;
  • Le stade Lille Métropole à Villeneuve-d’Ascq (propriété de la ville de Lille) avec une capacité de 18 500 spectateurs ;
  • Le stade du Ray à Nice avec une capacité de 17 000 spectateurs (la fans-zone prévoie d’accueillir 10 000 personnes) ;

Je suis parfaitement conscient qu’entre une fans-zone sur le Champs-de-Mars et une fans-zone délocalisée au stade Charléty, l’ambiance n’aurait pas été la même : il n’y aurait peut-être pas pu y avoir de village gastronomique, de stands de partenaires, d’animations culturelles et sportives pour les enfants.

Mais posons-nous la bonne question : pourquoi allons-nous dans une fans-zone si ce n’est pas pour voir la retransmission des matchs ? C’est bien là l’essentiel. Les conditions de sécurité auraient été meilleures. Bref, de quoi contenter ceux qui voulaient coûte que coûte maintenir les fans-zones et ceux qui voulaient les supprimer à cause des risques liés à la sécurité.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

jean yves longueville 31/05/2016 17:32

Le stade du Ray n’accueilleras personne la Fan zone sera au jardin Albert premier