Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 21:38

Bilan, c'est un non "logique"

 

Questions orales sans débat 

Séance en hémicycle du 14 juin 2016 à 9h30

Accès aux fiches S par les entreprises de sécurité

 

Marc Le Fur, président

La parole est à M. Vincent Ledoux, pour exposer sa question, no 1492, relative à l’accès aux « fiches S » par les entreprises de sécurité.

 

Vincent Ledoux (député LR )

Madame la secrétaire d’État chargée de la formation professionnelle et de l’apprentissage, ma question s’adresse à M. le ministre de l’intérieur, absent ce matin pour des raisons que nous comprenons tous. Elle porte sur les conditions de sécurité de l’Euro 2016 s’agissant des agents privés de sécurité. On en compte environ 12 000 qui sont répartis sur tous les sites, notamment les « fans zones », dont 20 % d’agents SSIAP – service de sécurité incendie et d’assistance à personnes.

Je souhaite vous interroger sur les conditions de validation des certificats professionnels et d’aptitude de ces personnes, sachant qu’il y a plusieurs situations différentes. Je veux ainsi appeler l’attention du Gouvernement sur les personnes qui sont en formation. Au cours de cette formation, qui se déroule sur six mois, il n’est procédé à aucune enquête de moralité : celle-ci n’est effectuée que lorsque le stagiaire a réussi et va obtenir sa carte professionnelle. On peut donc s’interroger sur ce « temps mort ».

Il y a encore un autre degré de vérification : les agents de sécurité incendie et d’assistance à personnes n’ont pas de carte professionnelle, et ne sont pas non plus soumis à une enquête de moralité. Aussi, sur un même site sensible, ou confidentiel, je pense à l’Imprimerie nationale par exemple, peuvent coexister des agents qui ont un agrément professionnel et d’autres qui n’ont pas le même degré d’agrément. C’est ma première interrogation.

Deuxième interrogation : on sait combien l’Euro 2016 a pu faire « turbiner » les métiers de la sécurité. Dans ma propre métropole, nous nous sommes interrogés sur la façon dont nous devions nous mettre en marche afin de permettre l’accès aux métiers de la sécurité. Tout a été très vite. Le Gouvernement a pris toutes les mesures de prudence nécessaires, ce dont nous lui savons gré. Pour autant, une centaine de personnes ont été « criblées » dans les enquêtes postérieures réalisées par le ministère de l’intérieur, et c’est tant mieux.

Mais cela prouve peut-être que les dispositifs doivent encore être approfondis. Le Conseil national des activités privées de sécurité a été renforcé de huit agents. Peut-être, dans les agences régionales, les effectifs ne sont-ils pas suffisants et faudrait-il les compléter.

Troisième interrogation : pensez-vous que pendant la durée de validité de la carte professionnelle, soit cinq ans, les contrôles sont suffisants ? En effet, une personne peut changer de comportement, en cinq ans !

 

Marc Le Fur, président

La parole est à Mme la secrétaire d’État chargée de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

 

 

Clotilde Valter, secrétaire d’état chargée de la formation professionnelle et de l’apprentissage

Monsieur le député, vous avez très significativement modifié le contenu de votre question. Dans la mesure où je réponds au nom du ministre de l’intérieur et étant mandatée par lui, permettez-moi de rester dans le cadre de votre question initiale.

Votre question initiale évoquait l’ouverture aux entreprises de sécurité privée d’un accès au fichier des personnes recherchées, afin que ces entreprises puissent vérifier si les agents qu’elles recrutent font l’objet d’une « fiche S ». La question du contrôle de la moralité des agents de sécurité privée a paru parfaitement fondée au ministre, mais sa réponse ne peut être celle que vous suggérez. Il n’est en effet pas possible que des acteurs privés puissent accéder librement aux fichiers de police, dont l’utilisation est encadrée par la loi, avec l’intervention préalable et postérieure de la Commission nationale de l’informatique et des libertés – soit un régime extrêmement protégé et encadré.

Par ailleurs, le critère de contrôle ne peut pas être celui de l’existence ou non d’une « fiche S ».

D’une part, l’existence d’une « fiche S » constitue, le ministre a eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises, un signalement destiné à approfondir le renseignement sur une personne : ce sont les faits reprochés à cette personne, et non la simple existence de la fiche, qui peuvent justifier que des conséquences soient tirées – autrement dit, l’infraction, et non la présomption. D’autre part, d’autres motifs peuvent justifier qu’une personne ne soit pas agréée comme agent de sécurité privée, alors même que ces motifs ne sont pas susceptibles de conduire à l’émission d’une fiche S.

Le contrôle sur le recrutement est exercé par le Conseil national des activités privées de sécurité – CNAPS. Nul ne peut exercer des missions de sécurité privée sans disposer d’une carte professionnelle délivrée par cet établissement public, placé sous la tutelle du ministère de l’intérieur. Cette carte professionnelle est délivrée après une vérification de l’aptitude professionnelle des personnes concernées, mais aussi au terme d’une enquête administrative poussée.

Pour la réalisation de ces enquêtes, les agents du CNAPS sont habilités à consulter des traitements de données à caractère personnel gérés par les services de police et de gendarmerie nationales, et notamment le traitement des antécédents judiciaires ou encore le fichier des personnes recherchées.

Vous le voyez, monsieur le député, la vigilance est de mise.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

ERJMA 16/06/2016 13:43

Cette question parlementaire révèle de petites incompréhensions de la part de son auteur. En effet, il mentionne:
- des "certificats professionnels et d'aptitude" qui n'existent pas,
- une durée de formation de 6 mois qui, à ma connaissance, ne correspond à aucune formation pour devenir Agent de sécurité,
- une absence d'enquête de moralité avant le début de la formation, mais seulement au moment de la demande de la carte pro... Ce qui correspond aux formations dispensées par l'Éducation Nationale.

Il me semble que ce parlementaire fait référence au Certificat d'Aptitude Professionnelle et, en particulier, dans sa version dispensée aux adultes inscrits dans les GRETA. Cette version du CAP dure 8 mois au lieu de 2 ans, comme pour les élèves mineurs.

C'est tout à l'honneur de ce parlementaire de faire la publicité de cette version du CAP:
4 semaines de formation obligatoire ne sauraient suffire à revaloriser cette profession. L'avenir repose sur des agents ayant acquis un vrai bagage professionnel. Je forme le vœu que le CAP devienne obligatoire pour exercer comme Agent de sécurité. Et sans doute verrons-nous les problèmes exposés à l'article précédent (marchandage / prêt de main d'œuvre) disparaître rapidement.

JHdiDaiKonneri 15/06/2016 08:20

Et ... le test de la tranche de Jambon à l'embauche ?