Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 14:33

Alors que le gouvernement en appelle à la réserve opérationnelle, les sociétés de sécurité privée, déjà sollicitées pour l'Euro 2016, anticipent une nouvelle hausse de la demande. Pour mieux y répondre, elles misent sur la formation.

Après l'attentat de Nice, la sécurité est au centre des préoccupations. «Il faut que les Français sachent qu'il y a une mobilisation exceptionnelle de moyens, a déclaré ce lundi matin Bernard Cazeneuve au micro de RTL. Nous répondons par une mobilisation totale de nos forces, dont nous rehaussons les effectifs - 9000 emplois de policiers et de gendarmes recréés sur l'ensemble du quinquennat», a ajouté le ministre de l'Intérieur.

À ces forces d'État s'ajoutent les agents de sécurité privée, déjà présents lors de l'Euro 2016. Pendant cet événement sportif, plus de 10.000 emplois ont été créés, dont la moitié dans la sécurité, chiffrait Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, à la fin de la compétition sportive. Quelque 3400 formations d'agents de sécurité privée ont également été financées. «Les agents présents lors de l'événement, s'ils sont disponibles, pourront être de nouveau mobilisables», expliquent Serge Guyot, délégué général du syndicat national des entreprises de sécurité (Snes), et son président Jean-Pierre Tripet.

«Il y a une mobilisation de la sécurité privée là ou elle est déjà existante. Nous ne constatons pas d'accélération encore, mais nous nous y préparons»

S'il est encore trop tôt pour constater un boom de la demande, la filière se tient prête. «Après les événements de novembre, il y a eu un renforcement des effectifs dans les grandes villes, notamment Paris. On peut penser que cela sera étendu géographiquement. On le constate dans la région niçoise», note Serge Guyot. «Il y a une mobilisation de la sécurité privée là où elle est déjà existante, confirme Claude Tarlet, président de l'Union des entreprises de sécurité privée (USP), qui regroupe des dirigeants d'entreprise du secteur. Nous ne constatons pas d'accélération encore, mais nous nous y préparons. Il est possible que dans quelques semaines, on demande un renforcement des effectifs dans les médias ou les gares».

Alors que le secteur représente aujourd'hui plus de 150.000 emplois, il pourrait atteindre le nombre de 250.000 personnes d'ici 5 ans, chiffrait en février dernier l'Union des entreprises de sécurité privée (USP), et ainsi «dépasser en nombre le cumul des emplois de policiers et de gendarmes».

Un vivier de professionnels donc, qui, pour faire face aux nouveaux enjeux, cherche à évoluer. À commencer par la formation des agents. «Dans le certificat de qualification professionnel, les agents de surveillance des grands événements ont un module de prévention du risque terroriste, précise Serge Guyot. Ce module devrait être étendu à l'intégralité des formations». Claude Tarlet, plaide quant à lui pour la création d'une école de formation aux métiers de la sécurité privée. «Cela rendrait la filière plus attractive et offrirait un vrai parcours professionnel pour les personnes voulant exercer ce métier», justifie-t-il, assurant qu'il «ne s'agit pas d'être sur le terrain des policiers et gendarmes».

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

Dari 22/07/2016 12:44

la securité privée se tien prete pour ? en cas d'attaque LES MAINS VIDES ils von tenter d'ipnotiser un eventuel terrosriste ? pfff dites vous bien dans tout ca seul le patron est gagnant car il facture a prix d'or des centaines d'agents ! mais le client il est proteger concrètement est il proteger ? BIENSUR QUE NON ! sauf si par chance un policier en civil se trouve a proximité ! mais la securité privée ne servirait a rien :) :) :)

Chris 19/07/2016 11:05

Oui , en plus de n'avoir aucun moyen de defense , effectivement nous sommes souvent en premiere ligne .et les lauriers , s'il y a à les porter , vous inquietez pas, ce ne sera pas un petit agent de securite qui les porteront ce sera la force publique.


Combien d'ads en france se font tuer ou agresser ? On ke sait pas car ce n'est pzs mediatisé malheureusement. Les organimes qui nous representent devraient nous donner beaucoup plus de droits plutot que de nous bassiner avec des formations qui existent deja par dizaines.

On avance pas , on recule et tres vite. La personne qui disait qu une femme de nenage touchait plus que nous , c'est tristement la verité. Ca fait 14 ans que je suis dans ce metier , ssiap 2 , et ce metier me degoute jour apres jour . aucune avancee et je pense pour longtemps.

Demandez ne serait ce qu une gazeuse pour vous defendre et n'importe quelle prefecture vous le refusera, à croire qu'ils nous prennent tous pour des "neu neu" de base.

Oli 19/07/2016 09:43

J oubliais pour avoir testé cette façon de travailler(vosges gare)je peux vous assurer que celà fonctionne a condition que tout le monde joue le jeu(police gendarmes douanes ext...)mais c est souvent aux agents de faire le premier pas et d instaurer la confiance.

Oli 19/07/2016 09:37

Bonjour a tous moi aussi quand je vois ce genre de discours celà m enerve .celà fait une paire d années qu il existe des écoles .je penses effectivement qu aujourd'hui on peut largement améliorer celle-ci je sort un stage ajout de chien et quand je vois comment on juge les candidats je me poses certaines questions. J y reviendrai bientôt en detail.je penses que comme dans toutes les professions il y a des bons et des mauvais****mais le fond du problème est comme je l écris dans le précèdent article il faut une véritable coopération entre tous quand le cnaps et nos chers dirigeants auront ils cette volonté???? Et non plus du stat et concurence aux primes????

Chris 19/07/2016 09:28

Faudrait revoir notre statut avant d'embaucher tout et n'importe qui à plzine gueule , pour mieux les licencier plus tatd quand la tempete sera redescendue .

Pad de prime de risque , des salaires lamentables, aucun moyen de defense , voila ce qu'est en finalité notre metier. Les syndicats font quoi pour le faire avancer ä part le tourner en ridicule ? Ou sont ne serais-ce que les gilets par balle promis lors des attentats du bataclan ? Je crois surtout qu'on nous prend clairement pour des cons surtout......et des moins qie rien.