Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 14:27

Sécurité. C'est un exercice de sécurité mal interprété par un employé qui est à l'origine de l'évacuation de plus d'un millier de visiteurs de la Dame de fer vendredi soir.

Une évacuation « par erreur » d'un « gros millier » de personnes. Un employé de la sécurité qui interprète de travers un exercice. Et la tour Eiffel fermée pendant quatre heures... Hier, la direction de la Dame de fer a lancé une enquête interne après l'évacuation en urgence du monument vendredi soir. Les dirigeants de la Sete (Société d'exploitation de la tour Eiffel, société d'économie mixte dont le capital est détenu à 60 % par la Ville de Paris) vont devoir se pencher sur cet énorme couac.

Ce vendredi, vers 19 heures, alors que la tour Eiffel accueillait ses quelque 25 000 visiteurs quotidiens, dont plus d'un millier encore avant sa fermeture à minuit, ses services de sécurité ont diligenté en interne un exercice grandeur nature intitulé « découverte d'un colis suspect ». « Comme nous en faisons tous les jours », explique Anne Yannic, directrice des lieux. « Ils ont effectivement des protocoles de sécurité très stricts », confirme une source policière. Sauf que la simulation a dérapé. Un employé de la sécurité chargé de surveiller les radiographies des bagages « qui en remplaçait un autre et parlait mal le français », s'agace une source proche du dossier, a pris la simulation pour un danger réel. Il a vu sur son écran l'image fictive du colis suspect et a déclenché l'évacuation d'urgence.

Résultat : les soldats de l'opération Sentinelle qui patrouillaient dans le secteur ont été mobilisés pour évacuer les visiteurs « dans une grande confusion », note un rapport de la mairie de Paris. D'importants renforts policiers ont également été appelés sur place. « On a un peu autre chose à faire, remarque un policier. Ce serait bien que la tour Eiffel s'occupe correctement de ses services de sécurité. »

Anne Yannic réfute tout « bug » mais reconnaît « un exercice qui a été mal compris par une personne en poste ». En revanche, le président de la Sete, Bernard Gaudillère, également conseiller de Paris, joint par l'AFP vendredi soir, évoquait un « colis piégé ».

« Il n'y a jamais eu de colis piégé », recadre Anne Yannic qui regrette « une réponse un peu rapide » d'un président « un peu loin des choses ». Les démineurs n'ont d'ailleurs jamais été appelés.

De son côté, la mairie du VIIe, compétente géographiquement, a reçu l'alerte en direct de cet « incident regrettable », note Philippe Valli. Le directeur de cabinet de Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement, regrette aussi ces « courriers de touristes se plaignant de difficultés avec certains agents de la tour Eiffel ne parlant pas français ». Sur ce point, Anne Yannic ne « veut pas stigmatiser une personne ». La directrice de la tour Eiffel estime qu'« une consigne mal comprise, ça peut arriver » et au final « préfère avoir évacué pour rien ».

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

bebel 21/08/2016 12:38

Moi je pense que la société qui emploi l'agent de sécurité, est d'autant plus responsable car l'ors du recrutement le responsable RH, à surement constaté qu'il avait des problèmes de longue française. Ainsi que le client qui je pense ne paie correctement la prestation.

KomanHondevienChefChef 09/08/2016 14:25

L'agent est certainement un bon agent, mais pas à ce poste... En effet la boite de sécurité est à blâmer, voire, à sanctionner et c'est peut-être prévu au contrat ... On a encore trop de clients qui ne veulent que de "la viande d'agent de sécurité", les plateformes d'appel en sont la preuve. ISO 9001 ne veut pas dire du bon travail, mais prestation "conforme". On peut faire des biscuits ISO 9001 avec de la graisse de Palme, du sirop de Glucose, et divers additifs pour un aller rapide vers de très gros soucis de santé. Donner du sens à nos métiers, voilà un crédo que se donnent pas mal de TPE, et pas à des marchands de prestations à bas coûts !

Loublanches 08/08/2016 21:09

Bonsoir, voici, encore, une belle image donnée par la sécurité privée, ce qui est navrant. A mon avis, plusieurs erreurs ont été commises: un agent de sécurité ne parlant pas bien le français, un chef de la sécurité, apparemment absent, n'ayant pas su expliquer l'exercice, une entreprise de sécurité employant ces personnels peu ou mal formés et la direction de la tour Eiffel qui décide d'un exercice (découverte d'un colis suspect) alors qu'il y a du monde et que les premiers intéressés ne sont pas bien informés. Bilan: énorme couac et un agent de sécurité certainement en chemin pour pôle emploi..... Navrant

Noyan 08/08/2016 15:38

Encore un agent mal formé et ne comprend pas les consignes en français.
Les sociétés emploie bien sans aucun critère de sélection .

Kaissekidi 08/08/2016 17:23

Combien de CQP délivré à des personnes qui ne savent pas rédiger une main courante (avec tous les motifs que vous pouvez imaginer...) , qui ne comprennent pas la différence entre une porte fermée et une porte verrouillée ; c'est ce qui peux faire, parfois, la différence entre un évènement et un drame ... et là, c'est pas un jeu, même si le chef ne sait pas "profiler" ses gars en fonction des missions et des postes stratégiques à tenir .... Désolant, non ?

christopheB 08/08/2016 16:03

désolé il avait les bon critère: carte pro, et CQP; l'erreur c'est le chef qui n'a pas su expliquer a son agent.... :-P