Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 11:58

TÉMOIGNAGES- Routine, sentiment d'inutilité, manque de reconnaissance, défaut d'entraînement : le plan Sentinelle a changé la vie des militaires. Nombre d'entre eux sont lassés d'un métier qui ne ressemble pas à ce dont ils avaient rêvé. Certains ont même claqué la porte de la grande muette.

 

Il n'y a pas de syndicats dans l'armée. La grande muette serre donc les dents, et peine à faire entendre sa douleur. Pourtant, depuis plus d'un an et demi que dure le plan Sentinelle, mis en place en janvier 2015 après les attentats de Charlie Hebdo, nombreux sont les soldats à être lassés d'un métier qui ne correspond pas à ce pourquoi ils s'étaient engagés. L'été 2016 a été celui de la surchauffe: après l'attentat de Nice, le plan Sentinelle a été prolongé tout l'été pour 10.000 hommes , ce qui a occasionné des suppressions des congés, des annulations de permissions. Certains soldats en ont tellement assez qu'ils décident de quitter l'armée.

 

Sentiment d'inutilité et manque de reconnaissance

 

C'est le cas de Benoît, 24 ans, qui avait signé pour cinq ans en tant qui militaire de rang. En septembre 2016, il a quitté l'armée. «J'ai été dans un lycée militaire, mon père est militaire, j'ai toujours voulu faire l'armée, pour servir mon pays, pour faire un métier qui sorte de la routine», explique-t-il. «Quand on regarde les spots de recrutement de l'armée de terre, on a l'impression d'un métier qui bouge, mais on déchante rapidement.» Au début de son contrat, le jeune homme trouvait son travail «intéressant». Il est parti en mission en Nouvelle-Calédonie, en Centrafrique. Après les attentats de janvier 2015 ,c'est devenu «l'enfer». «On a commencé à enchaîner les missions Vigipirate dans des conditions difficiles. Parfois, on s'est retrouvé à dormir à huit dans 8m2», raconte-t-il. Idem pour François*,26 ans, sergent, pour qui le plan Sentinelle a été «la goutte d'eau qui fait déborder le vase». Lui aussi n'a pas renouvelé son contrat, et s'est reconverti dans l'immobilier. «Quand j'ai signé, on m'avait fait croire que j'allais partir à l'extérieur si j'étais bon. J'ai fini major partout et ne suis parti qu'une seule fois en cinq ans. On m'a gardé pour former les troupes.» «Vigipirate pour nous, c'est l'horreur», résume-t-il. «Quand tu es en Opex loin de ta famille, tu tiens le coup parce que tu es éloigné, mais quand tu es seulement à deux cent bornes de chez toi et que tu ne peux pas bouger, c'est beaucoup plus dur moralement.» «Il y a un ras-le-bol général», assure le jeune homme, ajoutant: «Je connais des gens qui ont quinze ans d'armée, qui connaissent leur métier, mais qui pètent les plombs.» «Beaucoup voudraient partir, mais ils sont trop vieux, ou ont une famille à charge» confirme Benoît, qui s'est reconverti lui, dans l'hôtellerie.

 

«Quand on regarde les spots de recrutement de l'armée de terre, on a l'impression d'un métier qui bouge, mais on déchante rapidement»

Rémi*, 27 ans, a lui carrément rompu son contrat au bout de trois ans, ne pouvant plus supporter le quotidien d'un soldat du rang. «Je n'ai jamais sauvé la patrie, on fait de la figuration.» «On n'a pas signé pour ça, c'est du boulot de vigiles», dit-il, pestant contre l'inutilité du plan Sentinelle: «Si on nous agresse, on n'a même pas le droit de riposter, pas le droit de fouiller une voiture, d'arrêter des gens». Les militaires ont pour consigne de n'utiliser le feu qu'en dernière instance, privilégiant la neutralisation à mains nues. En cas de positionnement statique, ils n'ont même pas le droit de poursuivre leurs éventuels assaillants. La seule fois où un militaire en plan Vigipirate a utilisé son arme en deux ans, c'est à Valence, au début de l'année 2016, lorsqu'un un homme a foncé sur des soldats avec une voiture. Les Sentinelles étaient devenues des cibles.

 

Outre leur sentiment d'inutilité, les jeunes hommes pointent du doigt «le manque de reconnaissance». «Jamais un merci, des gens qui te crachent dessus», raconte François. «Les seuls remerciements que j'ai eu, ce sont des anciens militaires à la retraite ou des touristes étrangers pendant l'euro.»

 

Vers une baisse du niveau général de l'armée?

 

De nombreux experts militaires, comme Bénédicte Chéron, Florent de Saint Victor, Michel Goya, Elie

« On est en train, lentement, mais sûrement, de perdre tous les acquis tactiques accumulés au Mali et en Afghanistan »

Tenenbaum, ont critiqué la légitimité et l'efficacité dans la durée du plan Sentinelle. Elie Tenenbaum, auteur d'un rapport de l'IFRI très complet publié en juin 2016 et intituléLa Sentinelle égarée, pointait du doigt un «contexte de frustration lié à des missions peu valorisantes et à la montée des incivilités». «Les militaires n'ont pas le blues seulement parce qu'ils sont sur-sollicités, mais parce qu'ils pratiquent une mission contestée et contestable» rappelle aussi Benédicte Chéron.

Avant les militaires vivaient selon un rythme ternaire: entraînement /Opex (opérations extérieures) /repos. Avec la généralisation du plan Sentinelle, ils ont basculé sur un rythme quaternaire: entraînement /Opex /repos /sentinelle. Ils passent désormais 50 % de leur temps en opération intérieure et 15 % en opérations extérieures (contre 5 % en opération intérieure et 15 % en opérations extérieures avant 2015). L'entraînement en pâtit sévèrement. «Alors que l'objectif de la LPM 2014-2019 fixait à 90 le nombre de journées de préparation par an, cette moyenne est descendue à 59 en 2015 du fait des engagements intérieurs», écrit Tenenbaum. 70 % des rotations dans les centres d'entraînement spécifiques ont été annulés en 2015.

«On est en train, lentement, mais sûrement, de perdre tous les acquis tactiques accumulés au Mali et en Afghanistan» s'inquiète le général, Bruno Dary. «La condition physique a baissé. On ne fait plus de sport, les gens sont fatigués», confirme Benoît, qui a lâché l'armée. «Il n'y a plus de sélection au niveau du recrutement», déplore-t-il. «Avant, mon régiment n'acceptait que des E1 [NDLR: les militaires du rang sont classés en trois groupes selon leur niveau E1, E2, E3), aujourd'hui il accepte des E3. C'est la génération Bataclan», ricane-t-il. «Ils s'engagent sur le coup du ‘je suis Charlie', mais sur le terrain, il n'y a plus personne. On recrute 50 personnes, et à la fin il en reste 15.»

Le ministère conscient de la lassitude des troupes

La lassitude des soldats du rang est très bien comprise par nombre d'officiers. Ainsi le général Thonier, qui écrivait en février dernier : «Jamais sans doute depuis la professionnalisation des Armées une opération n'aura été aussi préjudiciable pour l'Armée de Terre» Il ajoutait: «Sentinelle est destructrice parce cette opération «consomme» des femmes et des hommes qui devraient se former, s'entraîner ou se reposer avant un nouvel engagement». Un constat que partage le général Bruno Dary, qui reconnaît une «usure des personnels dans des travaux monotones et peu valorisants. Mais le général temporise: «Il faut faire preuve de discernement, il est normal qu'un soldat protège la France. Ça n'a peut-être pas l'exaltation du Mali ou de l'Afghanistan, mais c'est la terre de nos pères, la sécurité de nos familles et l'avenir de nos enfants.»

«On est conscient de la lassitude occasionnée», nous répond une source proche du ministère de la Défense. précisant que«l'abandon du plan sentinelle n'a jamais été envisagé en haut lieu». «L'opération est plébiscitée par les Français, utile pour la dissuasion et la protection», ajoute-ton. La Défense évoque également les efforts consentis par l'état: le passage de l'indemnité journalière de 5 à 10 euros, le choix de privilégier la patrouille au statique. Le recrutement de 11.000 hommes, annoncé par le gouvernement en mars 2015, et leur formation, prennent du temps. Les militaires recrutés devraient entrer en service bientôt, ce qui devrait soulager les militaires saturés par le plan Sentinelle.

Jusqu'à quand?

* Les prénoms ont été changés

 

 

lien: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/26/01016-20160926ARTFIG00161-on-n-a-pas-signe-pour-jouer-les-vigiles-ces-militaires-lasses-du-plan-sentinelle.php​

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

Oli 03/10/2016 09:26

Bonjour pire encore vous sortez avec des diplômes(cynotechnie....)vous êtes instructeur au sein d unites sensibles et vous devez repasser une speudo formation dans le civil pour pouvoir travailler alors que vous êtes censé être un proffessionel tres qualifie alors que fait le ministère de la défense???merci pour l engagement de nos soldats et la reconnaissance deleurs compétences(tres serieuses) ancien engagé deception

MARCEL 27/09/2016 15:11

pourquoi ne pas donner ce role de sentinelle à la sécurité privée, moindre coût pour l'état français
et plus d'emploi dans la sécurité privée

Antoine 27/09/2016 22:36

Pourquoi ne pas donner ce rôle de sentinelle à la sécurité privée !? Et bien parce que quand c'est l'état qui paye ça ne coûte rien au propriétaire du "site surveillé" (gare, aéroport, marché ambulant, etc...). Par contre quand c'est de la sécurité privée, ça chiffre vite... Un agent ça coûte 18€ de l'heure minimum quand c'est fait dans les règles. Une ''patrouille'' de 3 agents en faction ça fait donc 18€ x 3 agents x le nombre d'heures. Pour une journée ''bureau'' (08h-17h) ça coûte déjà 500€ environ (18 x 3 x 11 = 486 €) la journée...

Fred 27/09/2016 15:51

A quand une revalorisation des métiers de la sécurité privée surtout... Quand je lis sentiments d'inutilité, pas signé pour être "vigile"... Ça me laisse perplexe quand à l'avenir du métier... Si le but est de créer des emplois de personnes "inutile" pas intéressant... Au contraire, revalorisons le métier aux yeux du "public" et rendons le attrayant... Et utile!