Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 22:07

Vous saviez que la protection rapprochée n'a pas de carte professionnelle ? que le CNAPS ne fait pas de différence entre la protection rapprochée et la surveillance ?  Que des entreprises "mafieuse" en profite pour vendre de la PR à la place des "professionnels de sécurité" ?

Bref le député Mr Blazy ne semble absolument pas au courant de la réglementation en sécurité privée ...   et cela fait peur ! Heureusement que c'est ce genre d'élu qui voterons demain l'évolution de la sécurité privée !

 

Question N° 99129 de M. Jean-Pierre Blazy (Socialiste, écologiste et républicain - Val-d'Oise )

Question publiée au JO le : 20/09/2016 page : 8309

Texte de la question

M. Jean-Pierre Blazy attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la situation des professionnels de la protection rapprochée. Ces professionnels manquent aujourd'hui d'un cadre d'emploi.

Le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) ne fait pas la différence entre la protection rapprochée et la surveillance. Ce flou laisse la place à des entreprises mafieuses qui font le travail à la place de ces professionnels de la sécurité.

Les fonctions du CNAPS ne sont pas clairement établies. Les professionnels de la protection rapprochée n'ont pas de cartes professionnelles.

Pourtant ce métier est stratégique car ils savent protéger tout en restant dans le cadre légal. Alors que le nombre de professionnels de la sécurité privée ne cesse d'augmenter dans le contexte de menace terroriste actuel et qu'il est nécessaire de normer la sécurité privée, les professionnels de la protection rapprochée sont mis à l'écart alors qu'ils ont beaucoup plus de savoir-faire que la plupart des nouvelles recrues de la sécurité privée.

Il lui demande donc quelles mesures il entend prendre pour leur donner un véritable cadre d'emploi et ainsi reconnaître leur utilité à part entière.

Texte de la réponse

 en attente

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires

Protection rapprochée Belgique 17/10/2016 17:16

Très bonne réflexion! Merci pour le partage

Oli 17/10/2016 13:41

Bien dit davidb le cnaps le premier ne connaît pas toutes les lois sorties depuis 1983 et ne respecte pas les acquis des pros qui ons exercer avant 2012

DavidB 17/10/2016 09:49

Facile de critiquer ce député... Mais vous ne publiez jamais rien lorsqu'il est question d'un député qui mélange sécurité incendie et sécurité privée !
Même l'actuel ministre de la Justice, ancien président de la Commission des lois avait alerté sur la mélange des genres te al transgression de la loi !
Question et Réponses sont encore sur le site de l'assemblée nationale:
http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-97646QE.htm

83-629 17/10/2016 17:05

Si j'en ai parlé ici
http://www.83-629.fr/article-la-liberalisation-d-un-secteur-de-la-securite-privee-est-ouverte-73125281.html

Ensuite une circulaire à autorisé cette activité connexe aux entreprises de securite privée.
Meme si celle ci na pas de valeur "juridique", cela reste une consigne donné par le ministere de l'intérieur aux administrations.

Apres, il faut donc attendre une decision de justice faisant "jurisprudence" qui casserais l'interpretation de cette circulaire ... qui fait , malgré ce que vous dite, actuellement foi.

galet 15/10/2016 15:26

dire que j'ai passé une formation de pr en 1989 et que le cnaps ne veut pas la reconnaitre; donc je ne peux faire de la PR .et que ces les étrangers qui le font ,ce monsieur devrait étudier la chose de prés avant de parler;

DavidB 17/10/2016 17:13

Il n'y a pas a attendre une jurisprudence pour "casser" une circulaire puisqu'une circulaire n'a pas valeur supérieur à la loi et n'est rien d'autre qu'une note de service.
Une circulaire ne peut pas autoriser ce que la loi interdit !

lolo 15/10/2016 08:38

et dire que ça nous gouverne

david 15/10/2016 08:47

BRAVO !!