Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 10:14

On peut dire que les Belges sont beaucoup plus réactif et opérationnel que notre propre système législatif. Voici donc les prochaines prérogatives de la sécurité privée en Belgique:

 

Actions de "sweeping" autorisée

Les agents des sociétés de sécurité privée pourront effectuer des balayages préventifs ("sweepings") de certains sites pour le compte des autorités , à la recherche de matériel d'espionnage, d'armes, de drogues ou d'explosifs.

La fouille de biens mobiliers ou immobiliers (également appelée sweeping) vise la fouille préventive en vue de détecter des substances indésirables. Elle peut concerner la recherche de matériel d’espionnage, d’armes, de drogues, d’explosifs, de substances pouvant servir à confectionner des substances explosives ou d’autres objets dangereux. Il peut également être fait usage de chiens à cet effet.

 

Accompagnement par des agents de sécurité d'Huissiers de justice

Un protocole peut être conclu à cet effet en respectant le concept du système à trois échelons:

- sans accompagnement, si possible;

- avec un accompagnement privé, si nécessaire;

- avec un accompagnement policier, si cela est indispensable. Il est préférable de recourir le moins possible à cette dernière option

 

 

Coproduction de sécurité privée avec la police: Mettre à disposition les moyens

Les employés des entreprises de sécurité privée mettront leur expertise à la disposition de l’autorité, mais celle-ci en assurera la supervision.

 

 

En prévoyant l’utilisation de moyens techniques mis à la disposition de tiers en vue d’assurer la sécurité, nous répondons à une tendance en vertu de laquelle les services de police, notamment, mais aussi d’autres services publics (par exemple la douane et l’armée), n’acquièrent pas toujours eux-mêmes tous les moyens qu’ils utilisent, mais font appel aux connaissances spécialisées et aux possibilités techniques pouvant être proposées de manière rapide et ponctuelle par les entreprises privées.

Il s’agit par exemple de systèmes de caméras mobiles, de véhicules d’intervention et de drone.

L’interaction entre la police et la sécurité privée peut accroître le niveau de sécurité. Ces mécanismes trouvent essentiellement leur origine dans le problèmes de capacité au sein de la police. Il est possible de lutter avec succès contre la criminalité en procédant à une analyse poussée du problème de sécurité et à une concertation transparente entre les acteurs concernés, permettant de déboucher sur des accords clairs.

En dépit des différentes possibilités d’interaction entre la police et la sécurité privée, les acteurs de la sécurité privés ont été trop peu sollicités dans le passé par, pour et avec des personnes morales de droit public.

 

source: http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/54/0675/54K0675003.pdf

 

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans actusecu
commenter cet article

commentaires