Le blog de la sécurité privée

Un policier refoulé par la sécurité privée lors d'un match du mondial de handball parce qu’il portait son arme de service

20 Janvier 2017 , Rédigé par 83-629 Publié dans #Revue de Presse

J'aimerais préciser tout d'abord que:

1: Ce n'est pas l'agent de sécurité qui effectue le contrôle qui choisi l'entrée ou non d'un policier hors service avec son arme. Il applique les décisions du responsable des lieux.

2: L'entrée d'un policier hors service avec son arme, si elle est bien autorisé par le ministère de l'intérieur, le propriétaire d'un lieu privée à malgré tout le choix d'accepter ou non cela chez lui.

extrait:

Depuis les attentats de novembre 2015, les policiers sont autorisés à porter leur arme hors service sur la voie publique sur l'ensemble du territoire. Le but est de pouvoir intervenir rapidement en cas d'attaque terroriste notamment.

Mais dans les lieux privés, c'est le propriétaire qui décide d'accepter ou non le port d'arme. Des décisions au cas par cas. Un policier parisien en a fait les frais lundi soir, alors qu’il s’apprêtait à assister à un match du mondial de handball à l’AccorHotel Arena de Paris.

"Au bout de trois responsables, on m’a dit qu’il était hors de question que je rentre"

Depuis un an, ce commandant de police ne quitte jamais son arme de service mais lundi au contrôle de sécurité d'un match du mondial de handball, impossible de passer. "J’ai montré ma carte en expliquant que j’avais mon arme de service. On m’a demandé de me ranger sur le côté. Au bout de trois responsables, on m’a dit qu’il était hors de question que je rentre, donc j’ai dû faire demi-tour avec ma femme et ma fille".

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gtotofe 04/02/2017 19:14

Le fait d'être autorisé en circonstance particulière de porter une arme par une autorité de force de police n'autorise pas à entrer dans un lieu privé même ouvert au public sans le consentement de son propriétaire ou de l'organisateur.Le seul responsable légal de l'établissement est le chef d'établissement ou l'organisateur

kilopaes 30/01/2017 19:42

Et oui le droit privée et de le droit public sont bien en opposable,la preuve et faite, mais bon on a fait toute un pata-caisse après les attentats de Paris, et un policier armé se présente et on le vire. Je pense qui faut rester cohérents par rapport aux forces de l'ordre.Il rentre armé c'est un plus pour la sécurité des lieux.

Mounir SMAILI 23/01/2017 15:14

bjr

suivant ma.modeste experience ; sachez premierement qu un agent d autorite et de surete natonale assermenté (Policier ou Gendarme) a le droit de rentrer a n importe que coin publique tant qu il est le premier responsable de la surete et la securite dans les voies publiques raison pour laquelle les agents de securite privee demeure une equipe de securite complementaire et il n ont en aucun cas ni le droit ni le pouvoir juridique de refuser l accès a un agent de police ou de gendarmerie suivant le pouvoir de la circonscription.

Vincent 26/01/2017 11:38

Bonjour Mounir,
Si vous pensez cela, il faut citer vos sources.
Faites bien la distinction entre voie publique et lieu privé. Un lieu privé qui accueille du public reste juridiquement un lieu privé et non une voie publique. Juridiquement c'est l'enceinte qui fait foi de limite stricte. Donc si contrôle par APS, il y a une enceinte, donc les forces de l'ordre n'ont pas les prérogatives de la voie publique.

Jean-Pax 22/01/2017 16:15

Réactions du service de sécurité affligeante et déroutante. Bien entendu un acteur privé garde toute latitude d'accepter ou de refuser l’accès à sa propriété. Mais si dorénavant les forces de l’ordre sont autorisés (sous conditions, carte pro, brassard immédiatement disponible) à porter leur arme hors service ce n'est pas pour le plaisir, mais pour contrer toute action terroriste d'un tueur de masse. Cela tombe sous le sens. Il faut vraiment être complétement déconnecté de la réalité et maladivement psychorigide pour réagir de la sorte. Ce manque de discernement démontre qu'il y a un gouffre entre les capacités, l'importance dont veut se prévaloir la "sécurité privée" et les forces de l'ordre régaliennes ou même avec la simple réalité du terrain. Qu'en aurait-il été si un fou furieux avait ouvert le feu pendant le match?

Vincent 26/01/2017 11:48

Bonjour Jean-Pax,
Le service sécurité est là pour appliquer les consignes du donneur d'ordre et rien d'autre. Si le donneur d'ordre interdit l'entrée d'une arme sur son site, c'est son droit le plus strict. Si un problème survient il en sera le seul responsable.
Pensez aussi que nous ne sommes pas obligés de tous croire en l'utilité d'une arme dans un lieu public. De nombreux exemples montrent que les armes n'empêchent quasi jamais un problème mais viennent plutôt en rajouter un peu. Que je sache les bobbies anglais ne sont pas armés et sont pourtant efficace dans leur travail et à contrario les USA ou encore Israël nous démontrent les massacres occasionnés malgré (et dans certains cas à cause) les armes. Le terrorisme ne se résoudra jamais autrement que par le sens de l'histoire et la prévention. Donnons plus de moyen à nos services spécialisés plutôt que de croire aux armes.
Dernière chose, si un fou furieux avait ouvert le feu, le massacre aurait eu lieu, policier armé ou non. Au milieu d'une foule en panique qui court je ne vois pas comment faire pour répliquer sauf pour bruce willis évidemment.

Hopopop 20/01/2017 10:41

Déjà qu'on les refoule pour faire partie de nos effectifs pour cause d'incompétences et de comportements erratiques ...

chris 20/01/2017 19:50

c'est débile de refouler un flic avec son arme de service. Le bataclan leur a pas servi de leçon ou quoi ? En quoi le fait qu'un flic rentre avec son arme de service en montrant sa carte peut les gêner ? La loi est à revoir, elle devrait être autorisée dans les lieux privés également.