Le blog de la sécurité privée

La sécurité interne de la SNCF se vend 84,34€/h ! Pourquoi ne pas imposer un prix minimum à toute la sécurité privée ?

26 Mars 2018 , Rédigé par 83-629 Publié dans #actusecu

On le sait tous, les prix est le nerf de la guerre de la sécurité privée, et c'est un axe majeur pour améliorer les prestations de sécurité - et ainsi faire en sorte d'améliorer la sécurité intérieure de la France et une meilleure co-production ... et ainsi l'objectif fixé par le ministre de l'intérieur Mr Collomb et son "continuum de la sécurité".

Chacun tire vers le bas pour gagner des marchés, aux détriments des agents de sécurité, du public, et de la sécurité des concitoyens en générale.

On dit que c'est impossible. Que c'est un marché "libre"... Oui mais la sécurité n'est pas la même chose que du vendre du pain dans une boulangerie. Et la SNCF peut vendre sa sécurité interne ... avec un prix planché.

LA SUGE de la SNCF

Conformément à  l’article L. 2251-1-1 du code des transports et du décret n° 2015-845
relatif aux prestations de sûreté fournies par le service interne de la SNCF du 10 juillet 2015,  le service interne de sécurité de la SNCF peut vendre sa sécurité interne au profit de SNCF Réseau, de SNCF Mobilités et de l'ensemble des autres entreprises ferroviaires utilisatrices du réseau ferré national ainsi que de leurs personnels, à leur demande et dans un cadre formalisé. 

En bref, la SNCF peut vendre de la sûreté à d'autres entreprises privées utilisant le réseau ferré.

 

AUTORITE DE REGULATION DE CES VENTES DE PRESTATIONS DE SURETE

Une Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières émet un avis conforme
sur la tarification de ces prestations (Ce qu'elle a fait pour 2018).

L'exécution de ces prestations s'effectue dans des conditions transparentes, équitables et sans discrimination entre les entreprises ferroviaires.

PRIX DE VENTE DE LA SECURITE INTERNE DE LA SNCF POUR 2018

Le taux horaire d’intervention pour l’horaire de service 2018 (du 10 décembre 2017 au 8
décembre 2018) est de : 84,34 €.

Prix planché, conforme à l'autorité de régulation donc ...

 

Télécharger le document imposant ce prix à toutes  les entreprises privées qui achèteraient des heures de sécurité interne de la SNCF ...

TRANSPOSITION DE CE CONCEPT A TOUTES LES ENTREPRISES DE SECURITE PRIVEE

Pourquoi ne pas créer, au sein du CNAPS, une autorité de régulation sur la tarification des prestations ? Comme pour la SNCF ?

Bien sûr l'agent de sécurité privée dans un magasin ne serais pas vendu à 80€/h, mais en fonction des besoins du client !

Et si, comme cela ce fait en Espagne, chaque contrat de prestation en sécurité privée de plus de XX milliers d'Euros soit déclarés au CNAPS ? Mais en France, il y aurait  en plus de cette déclaration, un contrôle de la tarification. Cette vérification serait faite par une  "autorité de régulation"; qui prendrais en compte les besoins du client, les contraintes réelles pour l'entreprise de sécurité.

Cela permettrais un véritable "contrat de confiance" avec l'état et la sécurité privée. Un contrôle de TOUS les contrats en sécurité privée dépassant un seuil: Missions demandés, nombre, tarification, modalités  de contrôle, etc ...

Du coup le CNAPS aurait une vision très "opérationnelle" , et pourrait mettre son véto sur certains contrats vendu à un prix trop bas, ou avec des missions inadaptés ou carrément illégales par rapport au CSI ou à notre code de déontologie.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dams 22/06/2018 00:05

Comprenez bien que le service historique de la suge (1930 environ) est balancé de lois en lois afin de trouver un cadre légal qui n'existait pas à sa création.
Il fut un temps, ce service fut sous la 83-629.
Il ne s'agit en rien d'un métier de sécurité privée mais un métier de cheminots armés avec des pouvoirs de police judiciaire. (15.3 cpp).
Ce sont des spécialistes de l' intervention en milieu ferroviaire et restreint.
Chaque agent est formé en droit pénal,surveillance, pour le travail en civil armé tir, techniques intervention tout au long de l'année et interviennent jours et nuits en train, véhicules (dispositif sonore et lumineux bleu).
Missions de police interne, de surveillance économique, de pose de dispos pour vols métaux, tags...utilisations de drones de surveillance....
Voilà pourquoi ce service coûte 85 euros de l' heure....
Ce service ne disparaîtra pas avec les nouvelles lois, comme je peux le lire dans un commentaire, il n 'a d' équivalent qu' en police, police qui ne connait pas spécifiquement le monde ferroviaire.
Sachez que la suge va former des agents de sécurité (sncf)non armés dans son université de la sureté, ceci afin de manger des parts de marché prises par des boîtes qui ne paient même pas un blouson à leurs gars.

anon 31/03/2018 23:47

déjà ce serait bien que les heures de nuit soient payées comme pour les autres métiers parce que moi je me tape uniquement de la nuit parce que sinon mon salaire est insuffisant et même comme ça c'est trop juste
les heures de nuit payées 10% plus seulement sont quasiment une insulte à ceux qui comme moi sacrifient leur vie sociale pour la société

SEB 28/03/2018 22:51

La SUGE est en péril avec la réforme de la SNCF.

chris 27/03/2018 13:16

Bjr,
Je reprends:"Du coup le CNAPS aurait une vision très "opérationnelle" , et pourrait mettre son véto sur certains contrats vendu à un prix trop bas,"

D'après vous qui impose le prix le plus bas avec ses appels d'offres?

L'Etat-voyou & ses institutions locales!

Je vois mal le cnaps prendre position contre l'Etat son patron!

anonimus 27/03/2018 10:31

On doit simplifier: une tenue unique pour l'ensemble des métiers de la sécurité, un salaire unique pour les agents quelque soit son métier, une formation générale unique et complète et un contrôle des activités plus sévères. On retrouve des agents à travailler comme SSIAP et faire du Control d'accé, des maître chien faire de l'arriéré caisse, en cherchant bien on trouve pleins d'exemples. regardons ce que gagne un agent en net: 8 euros de l'heure un scandale. les citoyens veulent de la sécurité alors payons ceux qui font le travail!

SMICARDISME 27/03/2018 11:10

Il est vraiment temps que ce métier cesse d'être perçu comme un domaine de cassos, en lui donnant les attraits socio-économiques qu'il mérite étant donné les risques qui lui sont lié surtout en cette période.

SMICARDISME 27/03/2018 00:16

Merci pour votre article, votre réflexion est très pertinente, néanmoins, l'Agent sera toujours payé au SMIC et cela quel que soit le montant de sa facturation pour le client.

Thomas 07/06/2020 09:28

Totalement d'accord !

Michel 27/03/2018 08:03

Petit à petit, la sécurité privée se professionnalise, les entreprises sont contrôlées, les centres de formations également. Le socle de base est conforté d'année en année, restons positif et continuons dans ce sens. La sécurité privée est encore un métier "jeune", le cadre législatif et réglementaire évolue sans cesse pour le bien de tous. Cette réflexion fait avancer l'idée, les prix planché et la discussion sérieuse des salaires finira bien par arriver.

83-629 27/03/2018 00:24

Justement, qui dit prix planché, dit responsabilité sociale derrière