Le blog de la sécurité privée

Quand une boite de nuit ferme ... à cause des agents de sécurité ! [Code de déontologie]

19 Mai 2018 , Rédigé par 83-629 Publié dans #Revue de Presse

La préfecture de la Gironde ordonne ce jeudi la fermeture pour deux semaines de La Plage, à Bordeaux, « en raison d’atteintes répétées à l’ordre public ».

Le préfet c'est basé notamment en grande partie sur le code de déontologie de la sécurité privée pour justifier de la fermeture administrative temporaire de cette discothèque !

Voici ce que le préfet reproche aux agents de sécurité de cette discothèque:

- Usage de bombes lacrymogène sans autorisation, et sans être en légitime défense

- De faire des "aller-retour" devant la discothèque - sur la voie publique - sans autorisation préfectorale d'exercice sur la voie publiqe (L613-1 du CSI)

- D'user de violence, même légère pour gérer un conflit (cf R631-10 du CSI)

- De ne pas avoir fait appel aux forces de l'ordre pour résoudre un différend  avec un tiers qui ne veut pas se soumettre aux vérifications et contrôles légalement effectués (cf R631-10)

- De ne s'être pas comporter de manière respectueuse et courtoise avec les clients (R631-27 du CSI)

54 plaintes pour des violences de videurs de la discothèque, dont 42 ayant entraîné des interruptions temporaires de travail.

Depuis le 1er janvier 2017, ses videurs sont mis en cause par 54 plaintes, contre 25 pour des faits similaires dans les 26 autres établissements de l’agglomération bordelaise sur la même période !

Dans 42 procédures, les plaignants ont présenté des interruptions temporaires de travail (ITT) :

- de 10 jours pour deux jeunes femmes évacuées de la boîte, jetées au sol et battues après avoir refusé « de réaliser un acte de nature sexuelle » à la demande du DJ ;

- de 21 jours pour un père frappé à coup de poing par les videurs alors qu’il voulait récupérer son fils « qui tournait mal » ;

- de 35 jours pour une personne assommée après qu’on lui ait refusé l’entrée au simple motif qu’elle protestait pacifiquement ;

- de 50 jours pour un client victime d’une fracture du poignet et du nez causées par les agents de sécurité, suite à un différend avec un autre client…

Quand une boite de nuit ferme ... à cause des agents de sécurité ! [Code de déontologie]

Mais qui assure cette sécurité privée ?

La société Plage Audit Conseil Sécurité : le choix de M. Patrick Lalanne de recourir exclusivement à cette société pour assurer la sécurité au sein de son établissement permet de craindre la réitération de faits similaires selon la préfecture.

Précisons ici que ce prestataire est géré par une certaine Pauline Lalanne (famille du propriétaire de la discothèque) ….

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yeo 20/05/2018 00:34

Fac