Le blog de la sécurité privée

Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...

11 Septembre 2018 , Rédigé par 83-629 Publié dans #actusecu

Un rapport datant de 2016 indique plusieurs points quasiment identique et certains -en mieux- ... En effet les propositions du préfet Marc Burg étaient beaucoup plus visionnaires et pertinentes, et allais bien plus loin que ce rapport sur le "continuum de la sécurité" 2018 ...

Du coup, on peut légitimement se demander sur l'opportunité de tels rapports, et sur la masturbation intellectuelle de notre profession pour voir enfin une évolution du monde de la sécurité privée ...

Mais au faite, es-ce que l'état veut vraiment une montée en compétence de la sécurité privée (et donc de son prix), ou ne préfère t'elle pas, comme des milliers de donneurs d'ordres, rester dans un statu quo "discount" de la sécurité privée. Avec un fort turn-over et une main-d'oeuvre exploité jusqu'à la moelle ..

Ce rapport des député(e)s Jean-Michel Fauvergue et Alice Thourot mettent en avant "l'exemple" de la sécurité aéroportuaire et des convoyeurs de fond et qui indique que " Ces exemples de réussites ont néanmoins des caractéristiques communes : plus grande exigence dans le recrutement, meilleure formation et meilleure rémunération pour ces agents (...)"

Le pouvoir de nuisance des grèves sur l'état et la patronat: Cas typique des convoyeurs de fond et l'aéroportuaire !

 

Mais pourquoi une telle différence entre le monde des convoyeurs de fond, la sûreté aéroportuaire et les autres métiers de la sécurité privée? Grâce à l'état ? ou .... N'es-ce pas le fait qu'il y a eu des immenses grèves paralysant le pays, et poussant les donneurs d'ordres à payer mieux les prestataires, à une meilleure reconnaissance de l'état (uniforme national, protection juridique, etc ....) et de meilleurs conditions de travail ?

Comme lors de cette grève, celle-ci ou encore celle-ci ??

Je pense que c'est la raison PRINCIPALE d'une telle différence de "qualité" de travail. 

Finalement, la revalorisation de notre profession, ne devrait-elle pas venir de la "base" , en l'imposant "de force" que d'attendre d’hypothétique projets X fois rabâcher ici ou là ? Une grève nationale pourrait imposer une revalorisation, un middle management présent et obligatoire, une tenue nationale, une protection juridique, ...

RAPPORT CONTINUUM (2018) sur la sécurité privée

 

Rapport continuum de la sécurité 2018

A. Mesures concernant le rétablissement de la confiance dans ce secteur

• S’assurer de la qualité des recrutements dans le secteur de la sécurité privée.
o Préciser les condamnations incompatibles avec l’exercice d’une activité professionnelle dans le secteur de la sécurité privée.
o Réaliser des enquêtes de moralité plus approfondies.
o S’assurer de la maîtrise de la langue française avant toute délivrance de carte.
o S’assurer que le candidat est résident français depuis un nombre minimal d’années (5 ans de préférence).


• Refonder la formation aux métiers de la sécurité privée.
o Poursuivre le travail de rationalisation et de contrôle des organismes de formation.
o Etendre le travail de contrôle aux personnels qui dispensent des formations.
o S’assurer que les formateurs bénéficient d’une habilitation.
o S’assurer que les formations intègrent pleinement les enjeux de déontologie des métiers de la
sécurité.
o Proposer des formations par bloc de compétences ouvrant l’accès à l’exercice de professions qui y correspondent.
o Faire de la prévention des cybermenaces une spécialité dans le domaine de la sécurité privée.
o Proposer un dispositif de formation adapté pour les unités cynotechniques privées intervenant
en matière de recherche d’explosifs.
o Intégrer des agents du CNAPS ou des forces de sécurité de l’État dans les jurys délivrant les titres professionnels. 

• Encourager le développement de vrais parcours de carrière pour les personnels qui intègrent l’univers de la sécurité privée.
o Mettre en place des dispositifs de formation continue adaptés.
• Proposer dans le secteur de la sécurité privée des contrats à durée déterminée relatifs à la durée d’une mission et non plus à un temps délimité à titre expérimental pour une durée de 2 ans.
• Elaborer un référentiel de doctrine d’emploi concernant les activités de surveillance.
• Renforcer le management intermédiaire dans les métiers de la sécurité privée.
• Imposer une condition de garantie financière aux sociétés privées de sécurité.
• Encadrer fortement les règles de sous-traitance.
• Faire évoluer le paradigme en matière de passation de marchés publics en passant de la logique du moins-disant à celle du mieux-disant.
• Introduire un régime de responsabilisation solidaire des donneurs d’ordre.

o Selon les cas, ouvrir la possibilité de sanctionner les donneurs d’ordre en fonction des infractions commises.
o Ne pas traiter de manière différente les donneurs d’ordre publics et privés.

• Instaurer une logique de certification des professionnels et des sociétés qui ouvre des droits d’exercice différenciés.
o Délivrer des accréditations de différents niveaux pour les agents privés de sécurité et instaurer
une démarche de certification.
o Mettre en place des cartes professionnelles sécurisées qui feront mention des compétences
des agents.
o Introduire une révision périodique des habilitations et des cartes délivrées.
o Introduire un régime de classification des sites à sécuriser qui conditionne les droits et les devoirs d’exercice.
o Introduire dans les cahiers des charges des marchés de sécurité des clauses relatives à la
certification des personnels et des structures.

B. Mesures concernant la valorisation et la protection des agents de sécurité privée


Le secteur de la sécurité privée pâtit d’une image souvent médiocre. Il doit devenir attractif. La profession doit donc être valorisée et davantage protégée.
• Lancer une campagne de valorisation des activités privées de sécurité.
• Instaurer une agrafe « activités privées de sécurité » à la médaille de la sécurité intérieure.

• Assurer une protection renforcée pour les agents privés de sécurité.
o Sanctionner les outrages, agressions et injures prononcées à l’encontre des agents privés de
sécurité.

C. Mesures concernant les conditions d’exercice de la profession


La mission propose d’adapter certaines conditions de travail des personnels privés de sécurité sur trois points : l’armement, l’uniforme et l’équipement en moyens électroniques.


• Faire évoluer les conditions d’armement et de recours à une arme pour les agents privés de sécurité.
o Faciliter les modalités d’équipement des agents de sécurité privée en taser.
o Ne pas obliger les personnels concernés à porter leur arme de manière apparente.
• Rendre obligatoire le port d’un uniforme spécifique pour les agents privés de sécurité identique à toute la profession.
o Imposer un uniforme distinct de ceux portés par les policiers et gendarmes nationaux ainsi que les policiers municipaux.
o Sanctionner aussi bien le non-respect du port de l’uniforme que le port illégal d’un uniforme.
o Inciter à doter les agents privés de sécurité de moyens techniques modernes et connectés.
o Suggérer de doter les agents privés de sécurité de téléphones portables ou tablettes dotés de
moyens de géolocalisation.
o Ouvrir la possibilité de doter les agents privés de sécurité de caméras piétons.

D. Mesures concernant l’exercice de nouvelles compétences

• Inviter à associer les sociétés privées de sécurité ainsi que les donneurs d’ordre aux comités locaux de sécurité coordonnés par les services de l’État.
• Encourager l’utilisation des dispositifs privés de vidéoprotection pour les forces publiques.

o Porter à la connaissance des services de police et de gendarmerie l’installation de dispositifs
vidéo dans les établissements recevant du public afin d’encourager les synergies possibles.
o Favoriser l’installation de réseaux interconnectables.
o Prendre en compte les caméras des bailleurs sociaux dans les centres de surveillance urbaine.

• Envisager de confier à des sociétés privées des missions actuellement exercées par les forces de sécurité de l’État.
o Renforcer la collaboration en matière de gardes statiques, de garde et de transferts de détenus hospitalisés non dangereux, d’activités non régaliennes se déroulant dans les centres de rétention administratifs ou d’ivresses publiques et manifestes.
o Associer les sociétés privées de sécurité au transfert et au gardiennage des scellés.
• Renforcer la capacité des sociétés privées à intervenir dans le cas de levées de doutes.
• Associer davantage les sociétés privées de sécurité aux activités de protection de certaines personnalités.
• Conforter l’association de sociétés privées aux activités de sécurité routière.
• Examiner le renforcement des possibilités d’action des agents privés de sécurité en lisière des espaces publics.

o Renforcer les capacités d’intervention aux abords immédiats des espaces dont les agents privés assurent  la sécurisation.
o Permettre aux agents privés de sécurité d’intervenir sur la terrasse des restaurants.
o Favoriser les démarches de mutualisation et de coordination dans les centres commerciaux, les zones commerciales ou les zones industrielles.
• Ouvrir la possibilité pour les agents privés et les personnels assermentés de participer à des procédures simplifiées pour des petits délits qui entraînent un préjudice pouvant s’élever jusqu’à 200 €.
• Encourager, sur la base d’une expérimentation, la mutualisation des fonctions entre agents de sécurité incendie et agents exerçant des missions de sûreté dans les établissements publics de santé.

 

 

Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...
Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...
Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...
Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...Rapport sur le continuum de la sécurité 2018 : Bien moins visionnaire qu'un rapport de 2016 pour la sécurité privée ...

RAPPORT 2018 CONTINUUM DE LA SECURITE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Herodote 20/09/2018 21:42

Je vous envoie une copie d’un article qui reprend l’interview d’un des collaborateurs de Mr Benalla. Cet article est particulièrement pertinent dans le contexte des auditions au Sénat.

Il s’agit d’une interview de Mr Makao faite par la journaliste Évelyne BELLANGER et publiée le 22 mars 2018 dans La Nouvelle République. Le Témoignage de Mr. Makao contredit la version de Benalla !

Makao parle sans équivoque. Il dit avoir été engagé comme Garde du Corps du Président Macron. Avoir été « contacté » et engagé par Mr. Benalla qu’il désigne comme le Directeur de Sécurité du Président. La journaliste utilise les mêmes termes et le cite comme Agent de Sécurité du Président Macron.
On ne peut plus clair.

De plus, elle souligne que Mr. Makao est l’Un DES Agents Chargés de la Sécurité Rapprochée du Président.

Donc, Makao engagé comme Agent de Sécurité auprès du Président Macron travaillait sous l’autorité de Mr. Benalla. Alexandre Benalla étant le Directeur de Sécurité du Président, il dirigeait une équipe d’Agents de Sécurité à la Protection Rapprochée du Président.

Si jusqu’à présent Benalla nie avoir été Agent de Sécurité ou Garde du Corps du Président, ce n’est pas sans raison, car il craint bien les conséquences judiciaires et pénales pour son rôle de Directeur d’agents de sécurité en dehors de tous cadre légal, comme le dévoile Mr. Makao. Les conséquences pénales que vous mettez bien évidence dans votre article :
http://www.83-629.fr/2018/07/lrem-en-infraction-penale-securite-privee-et-alexandre-benalla.html

Qui de Makao ou Benalla est le menteur ? L’interview a eu lieu au mois de mars 2018, soit 1 mois avant les évènements de la Contrescarpe. A cette date, Mr. Makao ne pouvait pas prévoir le comportement impétueux de Benalla lors de la manifestation du 1er mai et ses répercussions médiatiques et judiciaires. Aussi c’est librement et en toute innocence qu’il s’exprime devant la journaliste, ne connaissant pas le degré d’incohérence juridique de son statut lorsqu’il travaillait pour Benalla et de l’inconséquence de ses employeurs.

Donc, il ne fait plus aucun doute que Benalla ne dit pas la vérité !

Si le Sénat souhaite éclaircir le rôle de Mr. Benalla, il serait utile que cette commission entende le témoignage de Mr. Makao.


88888888888888888888888888888888888888888888888888888888

MAKAO, L’EX-GARDE DU CORPS de MACRON, vit à Tours
Publié le 22/03/2018 dans La Nouvelle République.

L’EX-GARDE DU CORPS DU PRÉSIDENT, qui a aussi participé à Secret Story, est tourangeau. Rencontre avec ce géant impressionnant et désarmant de gentillesse.

Mesurant 2,13 m, pesant 146 kg, coiffé comme un rappeur et doux comme un agneau, Makao, l’UN DES AGENTS DE SÉCURITÉ QUI ENTOURAIENT LE PRÉSIDENT MACRON lors de sa visite à Tours, le jeudi 15 mars, est repérable à plus d’un titre.
....

Makao est également connu des amateurs de téléréalité puisqu’il a fait partie de la dernière saison de Secret Story, débutée en septembre, son secret étant justement d’avoir été le GARDE DU CORPS DU PRÉSIDENT.
...

« Je ne travaille plus auprès du PRÉSIDENT car il faudrait que j’intègre la police. C’EST SON DIRECTEUR DE SÉCURITÉ, ALEXANDRE BENALLA, qui sait que j’habite à Tours, qui avait voulu faire une surprise au chef qui m’a fait la bise sur le front, tellement il était content de me revoir. »

COMMENT DEVIENT-ON GARDE DU CORPS d’un candidat à la présidentielle lorsque l’on est né à Kinshasa ?

« A la base je suis rugbyman. J’ai joué dans l’équipe nationale du Congo. Je viens d’avoir 27 ans et je suis venu en France en 2013 pour jouer à l’AS Roanne puis à Compiègne. C’est en me promenant dans Paris que j’ai été repéré par quelqu’un de la BAC (NDLR : Brigade anticriminalité). J’ai alors été agent de sécurité dans de nombreuses boites de nuit parisiennes. J’ai aussi fait les concerts Booba et la tournée de French Montana (NDLR : deux rappeurs français). Comme j’étais trop grand, ce dernier a dû louer une grosse voiture pour que je puisse suivre la tournée. C’est après qu’ALEXANDRE BENALLA M’A CONTACTÉ. »

Quels ont été les moments les plus chauds de la campagne d’Emmanuel Macron ?
« A Amiens, avec les syndicalistes de Whirpool car Marine Le Pen était passée avant. Aussi à Albi, où l’ON A ARRÊTÉ TROIS FICHÉS S. »

https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/makao-l-ex-garde-du-corps-de-macron-vit-a-tours

Oliv 13/09/2018 10:59

Putain, c'est blindé de fautes de français (conjugaison, syntaxe, orthographe,..) !! On va encore passé pour des analphabètes... Merci les gars.

bel 12/09/2018 07:31

Ok pour professionnaliser notre métier mais si c'est pour faire le guignol NON . Je me répète il faut avant tout s'occuper une bonne fois pour toute aux clients qui imposent exemples : Ranger des caddies dans hypermarché , faire le standardiste dans un poste de garde etc.. : A quoi sert toutes ses mesures pour faire le larbin ? Sinon évidemment tout ceci est intéressant mais ils faut s'occuper des problèmes sur le terrain car nous devons faire notre travail d'agent de sécurité et rien d'autre. Vous imaginez genre un mécanicien va faire de la maçonnerie pour son patron allons il faut être sérieux ..

bel 12/09/2018 07:22

Bonjour tout ceci pour pouvoir ranger des caddies dans les hypermarché , faire le standardiste dans un poste de gare etc...Allons il faut avant tout régler les problèmes sur le terrain avec les clients qui imposent de faire des prestations autres que celle d'un agent de sécurité . Bordel quand vous aller faire le nécessaire à ce sujet car professionnaliser notre profession ok mais si c'est pour faire sur le terrain le larbin à quoi sa sert ?

un ADS 12/09/2018 06:18

On nois demande toujours plus en gagnant le SMIC.
Le personnel commencent à déserter le secteur et donc difficulté de recrutement. Il faudrait augmenter les salaires de 10% minimum !