Le blog de la sécurité privée

Securitas va surveiller un bureau de police à Anvers, une première en Belgique

5 Septembre 2018 , Rédigé par 83-629 Publié dans #Revue de Presse

Securitas sera responsable du contrôle des visiteurs, les agents contrôleront par exemple si les personnes sont en possession d'objets dangereux. Pour ce faire, des scanners de rayons X et de portes de détection pour métaux seront installés. Ils s'occuperont également de l'accueil de la réception des visiteurs et de les guider vers le service adéquat.

L'objectif de cette mesure est de laisser les policiers s'occuper des "tâches principales". Le contrat-cadre sera valable pour d'autres postes de police, comme le nouveau bureau de police en construction Post X. D'autres institutions communales pourront également faire appel à cette société privée pour assurer la surveillance de manière temporaire ou permanente.

Pas une première
Il n'y a pas que la police qui est fait l'objet d'un appel d'offres à Anvers, le secteur social aussi. Fin mai 2016, le conseil communal d’Anvers a par exemple donné son feu vert à la mise sur le marché des services sociaux. Deux organisations avaient présenté leur candidature : le CAW (actuel gestionnaire) et G4S care, coentreprise de l’agence de sécurité G4S et du groupe hôtelier Corsendonk.

Pendant 18 ans, l’organisation CAW a géré ce centre, mais, fin septembre 2016, la société G4S Care en collaboration avec De Wooncompagnie a remporté l’appel à projets lancé par le CPAS. La société civile et l’opposition ont alors protesté contre cette décision.

Deux mois plus tard, l’attribution du projet De Vaart à G4S a été suspendue par la gouverneure d’Anvers parce que la procédure légale n’avait pas été correctement appliquée. Tout devait repartir de zéro. La majorité du conseil du CPAS a ensuite de nouveau voté: selon elle, le projet de G4S était meilleur que celui déposé par le CAW.

G4S avait signalé collaborer avec la fondation néerlandaise Nico Adriaans Stichting et le centre scientifique Impuls. Or, début juin, les deux organisations ont nié avoir signé un accord de partenariat avec G4S. Au final, G4S s'est retiré de l'appel et l’exploitation du centre d’accueil pour sans-abri De Vaart reste dans le giron du CAW.

Depuis le début de la législature, une dizaine de projets à caractère social ont été ouverts au secteur privé dans la métropole flamande.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Savin 06/09/2018 09:10

Bonjour, savez-vous si ces agents seront armés?