Le blog de la sécurité privée

Une première ! Sécurité des sites sensibles : Une PME française autorisée à faire voler son drone de surveillance 100% autonome

6 Février 2019 , Rédigé par 83-629

« Grâce à son intelligence artificielle [propriétaire], il peut décoller automatiquement, voler de manière sécurisée (calculs de trajectoire), puis atterrir avec précision sur sa base », explique Drone Azur. Aussi, son utilisation « ne ne requiert aucune formation des équipes de sécurité au télépilotage », ces dernières pouvant « suivre ou commander les missions du drone, de façon très simple, directement depuis le VMS [Video Management System] », poursuit le constructeur. Et cela, via des communications chiffrées.

Seulement, les scénarios prévus par la réglementation française en vigueur reposent tous sur un drone piloté à distance. D’où la décision « inédite » que vient de rendre la Direction générale de l’aviation civile [DGAC] en autorisant le Skeyetech à voler en France, au-dessus des sites privés, hors vue directe, de jour comme de nuit et en agglomération, pourvu que cela se fasse sous la supervision d’un téléopérateur.

« Ce téléopérateur étant dispensé des formations normalement exigées pour les télépilotes [arrêté DGAC du 18 mai 2018], le système Skeyetech peut être opéré directement par un agent de sécurité, pour déclencher des missions de levées de doutes ou des rondes préprogrammées », souligne Azur Drone.

« Azur Drones ouvre des marchés aujourd’hui freinés par la complexité du déploiement des drones standards. Contrairement aux solutions télépilotées, nos drones sont très simples à utiliser, disponibles 24h/24, précis et fiable », a fait valoir, dans un communiqué, Jean-Marc Crépin, le Pdg de l’entreprise girondine.

Pour convaincre la DGAC, le Skeyetech ne manquait pas d’arguments étant donné que ses composants essentiels [moteur, électronique, sources d’alimentation, etc] ont tous été doublés, voire triplés. Et il est en outre doté d’un parachute pyrotechnique et d’un système de geo-caging. Qui plus est, ce système, c’est à dire le drone et sa station d’accueil, est muni d’un logiciel de maintenance prédictive permettant de détecter le moindre risque de panne.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article