Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 09:00

Le recrutement de trois agents de sécurité pour le palais du Luxembourg m'a permis de découvrir que les agents "internes" du Sénat font aussi bien de la sûreté que de la sécurité incendie.

 

senat.jpg

 

Or, sauf erreur de ma part, le palais du luxembourg (Senat) est bien un ERP ... cet établissement est donc soumis au réglement du 25 juin 1980. Après je ne sais pas si le réglement du 25/06/80  impose ou non la présence d'agents de sécurité incendie dédiés (cf MS 46) ... mais il n'empêche que la "fiche de poste" de l'agent de sécurité du Sénat est très explicite :

 

l'agent de sécurité du Sénat aura des missions de sûreté ... mais aussi de sécurité incendie ! ( et d'accueil accessoirement) 

 

Donc le Sénat (et indirectement l'Etat donc) ne trouve rien à redire au fait que ses agents de sécurité "internes" fassent de la sûreté, de l'accueil ou encore de la sécurité incendie. Pourtant, pour ce qui concerne le secteur privé, le ministère de l'intérieur veut absolument "cloisonner" les métiers ? Interdire le "cumul" d'activité  en sûreté/sécurité incendie en même temps ? Donc a priori, pour un site "ERP" aussi important que le Sénat, aucun problème "sécuritaire" n'est soulevé lorsque des agents de sécurité "incendie" interviennent aussi dans la sûreté (et même dans la fonction d'accueil ^^). 

 

Donc soit le Senat est "hors cadre légal", soit cette situation ne génère aucun risque supplémentaire : sur un site de type ERP, les agents SSIAP peuvent assurer aussi bien des missions de sécurité incendie, de sûreté ou encore d'accueil ! Cette situation pourrait intéresser de nombreux sites ERP/IGH : avec la crise actuelle, pour réduire les budgets "sécurité incendie", rien de tel que de rendre ces missions complémentaires à des missions de sûreté/accueil...

 

 

Pour concourir à ce recrutement d'agents de surveillance, le sénat impose (entre autres):

- Être titulaire de la qualification d’agent de sécurité incendie et d’assistance à personnes (SSIAP 1) ou d’un titre équivalent

- Être titulaire de l’unité d’enseignement « Premiers secours en équipe de niveau 2 » (PSE 2)

- Justifier, à la date de clôture des inscriptions et au cours des dix années précédant celle-ci:

             -  soit d’au moins trois années de services actifs comme sapeurs-pompiers militaires ou professionnels ;

             -  soit d’au moins trois années d’exercice professionnel dans un service de sécurité incendie.

 

Donc vous voyez bien que le "profil" de recrutement est clairement centré sur la sécurité incendie. Pourtant, les agents auront des missions de sûreté (filtrage des véhicules, contrôles de personnes etc.) et d'accueil (Standard etc.).

 

Après avoir lu cela, je vous invite à vous plonger dans les annales de ce concours 2010-2011 .. EN CLIQUANT ICI . Vous verrez les connaissances requises ... aussi bien en sécurité incendie qu'en sûreté (et en mathématiques accessoirement ^^) !

 

A quand une transposition de cet état de fait dans le privé, au profit des entreprises françaises ?  A quand une dérogation similaire pour les acteurs du secteur privé ?

 

NOTA: Il se pourrait aussi que le Sénat fasse "tourner" son équipe de surveillants, qui serait dans ce cas assignée à une mission exclusive de sécurité incendie (par exemple, les trois agents prendraient à tour de rôle la "casquette" SSIAP sur une journée/nuit). D'ailleurs, si quelqu'un pouvait infirmer ou confirmer cette hypothèse (conforme au MS 46), je l'en remercierais. En tout cas la fiche de poste ne laisse aucun indice prouvant le choix de cette option.


Ci-après la description du poste de l'agent de sécurité du Sénat :

 

 

STATUT
Les Surveillants du Palais sont des fonctionnaires du Sénat. Les fonctionnaires du Sénat sont régis par un statut particulier, établi par le Bureau du Sénat, qui leur assure la qualité de fonctionnaire de l'État, en vertu de l'article 8 de l'ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958 modifiée, relative au fonctionnement des assemblées parlementaires.
Recrutés par voie de concours spécifiques, les fonctionnaires du Sénat ont vocation à effectuer l’intégralité de leur carrière au Sénat.
Des possibilités de mobilités temporaires à l’extérieur du Sénat existent néanmoins, dans des conditions fixées par le Bureau du Sénat.

 

FONCTIONS
Le cadre des Surveillants du Palais est placé sous l'autorité du directeur de l’Accueil et de la Sécurité du Sénat.
Les Surveillants du Palais sont chargés de veiller de jour et de nuit à la protection des personnes et des biens dans les locaux du Sénat (Palais du Luxembourg et dépendances) et à y prévenir les sinistres.
Leur mission est triple :
- assurer la sûreté du Palais et de ses dépendances, grâce au contrôle des accès et à l’application de consignes de circulation des personnes et des véhicules (sur des postes tenus en intérieur et en extérieur, ce qui implique des stations debout prolongées) ;
- assurer la sécurité incendie du Palais et de ses dépendances et prévenir tout risque de sinistre
- assurer le secours aux personnes dans le Palais et ses dépendances.
En outre, les Surveillants du Palais répondent aux appels téléphoniques reçus au standard du Sénat la nuit (uniquement lorsqu’il n’y a pas de séance publique), les dimanches et jours fériés.
Ils doivent se conformer, en matière de recyclage, aux prescriptions de l’arrêté du 2 mai 2005 du ministère de l’Intérieur relatif aux missions, à l’emploi et à la qualification du personnel permanent des services de sécurité incendie des éta blissements recevant du public et des immeubles de grande hauteur.
Au cours de leur carrière, les Surveillants du Palais peuvent, en fonction des besoins, et à l’issue d’une procédure de sélection, exercer les fonctions de contrôleur de sécurité. Ils assurent alors principalement la permanence du poste central de sécurité.
Les Surveillants du Palais sont tenus au port d'un uniforme.
Leur service s'effectue par équipes travaillant de jour et de nuit, les dimanches et jours fériés compris.
source:
Voir aussi:

Partager cet article

commentaires

James LAWSON 16/09/2013 15:42


Bonjour Yves,


A mon interprétation, la « multiplication des critères » n’est ni plus, ni moins qu'une optimisation de l’exploitation de la prestation.


Il y a au fait très peut d'établissements où la présence des agents SSIAP, comme définis dans le 02/05/2005, est obligatoire (je pense notamment aux hôpitaux, aux salles d’expositions, centres
commerciaux, centres de doc, IGH…). Si nous reprenons les critères de l’annonce du Palais et nous les appliquons à un marché « privé » nous aurons le même résultat : les agents qui
font de la sûreté, la sécurité incendie, les premiers secours et même de l’accueille en tout cohérence avec la réglementation en vigueur.


ATTENTION ! Il n’est pas demandé aux agents au Palais de faire de l’accueille. Là,
je trouve, l’administrateur nous malmène légèrement. Ils ne font que répondre au standard, et ceci pendant les heures très spécifiques. « L’accueille », par contre,  est un geste
élémentaire et primordial d’un agent de sécurité. Au moment du filtrage les premières questions d’un agent doivent être « Qui est vous ? Où voulez-vous aller ? ». Sinon sa
mission (le contrôle des accès) devient un échec : à quoi bon de laisser accéder quelqu’un qui s’est trompé d’immeuble, ou ne sait pas où se trouve le bureau de l’hôte/esse qui va l’annoncer
auprès de son interlocuteur ?


Si une banque souhaite avoir la sécurité de son ERP de la première catégorie sous-traitée à une entreprise privée de sécurité, quels agents peut l’entreprise proposer à son client ?


Les agents de prévention et de sécurité (CQP-APS) !


Ces agents sont formés dans la sûreté, la sécurité incendie et l’assistance à personnes (voir le 03 aout 2007 mod). Il n’est pas si difficile de justifier qu’ils répondent au téléphone puisqu’ils
ne le feront que la nuit (« uniquement lorsqu’il n’y a pas de séance public »), les dimanches et jours fériés. Pendant ces heures là il n’y a personne au bureau, mais il
pourrait avoir une information que le client veut passer au prestataire immédiatement (arrivé du PDG à une heure inattendue, ou information d’une manifestation devant l’immeuble…). Tout appel des
clients de la banque (et c’est sure qu’il y aura toujours un client qui n’a rien autre à faire que d’appeler sa banque à trois heures du martin pour raller de quelque chose) recevront le même
traitement : « Rappelez pendant les heures de bureau, svp. »


Filtrer le transfère des appels est comme filtrer les accès des personnes. Alors pourquoi pas la sécurité du moment que cette tache reste secondaire ?


Puis, si le client insiste que les agents de prévention et de sécurité soient tous diplômés SSIAP, c’est son droit. L’obligation de SSIAP dans son ERP 1ère catégorie n’existe pas, mais
s’il le souhaite ça lui regarde (commentaire 15 de DavidB).


Très bien… nous mettons les agents carte pro avec un diplôme SSIAP et nous faisons payer le client plus cher ces agents pour cette lux. Ceci s’appel une « exploitation optimale » de la
prestation et non pas « un cumule d’activité ». Les taches confiées aux agents sont les taches pour lesquelles ils sont formés et habilités à accomplir (avec ou sans diplôme SSIAP).


Nous avons désormais les agents qualifiés (voir doublement qualifiés) à répondre, en tout cohérence avec la législation, aux exigences du client.


 


La banque, tout comme l’Etat, n’a pas à justifier cette utilisation des agents puisque la réglementation la lui permet.


Cdlt,

Yves GODIER 16/09/2013 01:02


je rajoute, james , que la question  mérite débat sur la base de l'admin du blog mais ne mérite pas le détournement d' incompréhension , voire de manipulation qu'elle à eu a subir.


Je me suis pas donné  la peine de répondre a cette question car je sais pertinement ce que nous devons tous penser. Ce qui est destetable, je ne l'accepte pas, vous l'aurez compris.


Vous, vous le faites  avec tac, classe, c'est toute la nuance....


 


 

Y 15/09/2013 06:58


Bonjour james, la multiplication des critères lors de la selection peut etre une bonne chose, mais elle peut etre aussi parfois etre discutable, voire suspicieuse sur le profil réel que l'on
recherche.


En gros il est peut être déja admis que ces postes a pourvoir ne le sont que "virtuellement" et que l'on sait pertinement qui on veut recruter.....


A mon avis pour ce type de place (certe prestige) çà va pas se pousser au portillon, ou justement on peut aussi multiplier les critères pour éviter un trop grand nombres de prétendants.


Enfin je pourrais douter de l'impartialité d'un ou de plusieurs membres du jury dans le cas ou un candidat se présenterais avec un "coup de pouce".


Qui peut dire que les critères à l'oral sont compréhensible pour le commun des mortels.


 

James Lawson 15/09/2013 00:50


Bonsoir,


Je suis surpris de voir la passion qu’a générée ce sujet (bien que les interlocuteurs ne soient pas nombreux). J’ai lu tous les postes avec beaucoup de soin pour être sure de bien comprendre les
propos de chacun. Bien que j’arrive dans le débat avec un peut de retard, je me permets de partager ce que je comprends d’être le sujet et les conclusions que j’en tire :


Le Senat veut embaucher trois agents pour s’occuper de la sécurité, la sûreté et l’accueille au Palais de Luxembourg. Le Senat doit donc clarifier le statu de ces agents par rapport à la
réglementation en rigueur. Nous sommes tous d’accord que ceci veut dire d’abord le 25/06/1980 (MS46) puisque le CSI, livre VI ne s’applique pas vu que les agents sont de droit public et non pas
de droit privé.



Alors regardons le MS46 du 25 juin 1980 :


 


« Composition et missions du service


§ 1. Pendant la présence du public, le service de sécurité incendie est composé selon le type, la catégorie et les
caractéristiques des établissements de l'une des façons suivantes :


a) Par des personnes désignées par l'exploitant et entraînées à la manœuvre des moyens de secours contre
l'incendie et à l'évacuation du public ;


b) Par des agents de sécurité-incendie dont la qualification est définie à l'article MS 48 ;


c) Par des sapeurs-pompiers d'un service public de secours et de lutte contre l'incendie ;


d) Par la combinaison de ces différentes possibilités, déterminée après avis de la commission
compétente. »


 


Tout de suite nous constatons qu’il n’y a aucune obligation d’agent de sécurité incendie « dont
la qualification est définie à l'article MS 48 ». Ceci reste une option, mais nullement une obligation. Il suffit que les personnes désignées soient
« entrainées » à un niveau jugé « acceptable » par l’exploitant de l’immeuble et validé par la commission compétant. Un coup d’œil sur les dispositions particulières (type
W : administrations…etc.) nous fera comprendre que les agents décrits dans le « MS46 §1. a) » feront l’affaire (W13). Aucune obligation d’agent de sécurité incendie (type
02/05/2005). Simplement des « personnes » « désignées » et « entrainées ».


Qu’est-ce que ceci implique ?


N’importe qui peut faire de la sécurité incendie au sein du Senat du moment qu’il a reçu l’entrainement nécessaire. Aucune obligation d’être dédié aux « missions spécifiques »  ou
aux « taches de maintenance technique », ni même de permanence au PC ! Le secrétaire du ministre, voir le ministre lui-même, ou le jardiner, peuvent être composants du service de
sécurité du palais.


Alors quel est le titre des fonctionnaires désignés à faire de la sécurité/sûreté/accueille ?


Je reprends l’annonce du site même du Senat : des « surveillants »


http://www.senat.fr/emploi/surveillant_palais_2013.html


Pas d’ « agents de sécurité », ni « agents de prévention et de sécurité », juste « surveillants »


Si le Senat décide que les agents d’accueille, ou ex-pompiers, ou ex-policiers doivent faire de la sécurité/sûreté, ça ne regard personne autre que le Senat. Le Palais du Luxembourg choisira
comme ça lui chante et la législation n’a rien à dire puisque la législation le permet.


 


Maintenant pour répondre à la question « pourquoi avoir demandé les candidats avec une expérience de SP ? », il faudra éventuellement voir qui est le directeur de la
sécurité/sûreté au Palais. Souvent ce genre de décision est un résultat direct du parcours de la personne qui la prise : si le directeur est ex flic il demandera les candidats ex flic, s’il
est ex militaire il cherchera les ex-militaires, s’il est ex pompier il recrutera les ex-pompiers…


Cordialement,

DavidB 13/09/2013 19:57


Allez Mr Godier!
Parlez nous encore de prévention incendie qu'on puisse continuer à rigoler !