Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:00

Résumé

 

Dans cette contribution, je me penche sur la manière dont Jean-Paul Brodeur aborde le sujet de la sécurité privée dans le huitième chapitre de son livre, The Policing Web. J’estime que ce livre représente la première tentative « sérieuse » par un chercheur spécialisé dans les questions policières de développer une « théorie du policing » qui intègre le phénomène moderne de la sécurité privée et « plurielle ».

 

Cet objectif n’est toutefois pas complètement atteint dans le livre, pour des raisons que Jean-Paul Brodeur expose lui-même à ses lecteurs. J’examine son argumentaire sur les difficultés d’obtenir une définition consensuelle de la « sécurité privée », l’importance qu’il accordait à l’étude de l’évolution des technologies de sécurité et leurs implications pour sa théorie du policing, ainsi que sur sa qualification de la sécurité privée comme une modalité de la haute police.

 

Selon moi, ses réflexions représentent une contribution significative à la littérature et nous incitent à combler le déficit de connaissances au sujet de la sécurité privée au XXIe siècle.

 

http://champpenal.revues.org/8314

Partager cet article

commentaires