Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 11:16

our se faire de l’argent facile et profitable, quoi de plus malin que la création d’une société de gardiennage. Ici au Mali, il existe combien de sociétés de gardiennage ? Des centaines certainement, tantôt ‘’scorpion gardiennage’’, ‘’Bata Sécurité’’, ‘’Secury com’’, ‘’Puma’’, ‘’A.M.M sécurité’’, ‘’SOMAGES’’, entre autres.

Réputées pour le placement des gardiens auprès des structures telles les organisations, services, résidences entre autres. Nombreuses sont ces sociétés qui vivent au dépens de leurs employés, tout en les opprimant de leurs droits.

 

Au Mali, le taux de chômage a atteint une proportion qui ne dit pas son nom. Tentés par tous sauf de baisser les bras, les jeunes diplômés ou non, des chefs de famille, des femmes récemment en quête de leur quotient, se font recruter auprès de ces sociétés de gardiennage dans l’unique espoir de s’en sortir. Ils sont confrontés à d’innombrables  problèmes dans le fonctionnement de leur travail. Certains de ces agents ont même lancé un préavis de grève pour la fin de ce mois à travers leurs syndicats pour qu’il ait une amélioration.


Afin d’y voir plus clair, nous nous avons  approché plusieurs de ces agents sur place pour en savoir plus. Confiants, ceux-ci se sont prêtés à nos interrogations tout en mettant à notre disposition leurs doléances.


A comprendre le système, il y a un contrat entre les sociétés de gardiennage et les particuliers dont le montant de la garde varie en fonction des sociétés elles-mêmes. Soit 100.000  F voire 150.000 F par agent.

 

A leur tour, elles se chargent de la fixation et du paiement des gardiens.

Payé entre 35.000 et 40.000 F CFA par mois, toute charge incluse, Siaka Dembélé nous en dit plus : « c’est n’est pas seulement face à ce salaire bas que nous nous décourageons pour autant puisque, ce n’est pas le plus tracassant, mais le retard dans le payement. S’il faut attendre le 10 de chaque mois pour le payement, c’est encore plus pénible ».

 

A cela, il ne faut pas oublier tout le danger que nous courons au milieu des rues, ajoute Bourama, un autre gardien : «  pour notre propre sécurité, nous ne disposons de rien que de simples bâtons et une simple torche. Et pourtant  nous nous faisons agresser  surtout ceux en garde de nuit. Car pour atteindre les propriétaires de l’endroit protégé, il nous faut d’abord nous passer sur le corps. Ce qui est sûr, aussi souvent, nous sommes victimes de vols qui, même signalés à la compagnie, ne donnent lieu à rien. Nous  ne sommes pas du tout équipés. La durée de travail est excédante, de 6h à 18h, soit 12h de travail par jour sans relâche. Comparée à la normale qui est 8 h par jour. Peut-être que si le compte y était, cela allait passer même inaperçu.


Si pour certains, les difficultés résultent uniquement du retard dans le  payement des salaires, à son insuffisance liée à la charge de l’agent, ou encore de la durée du travail, à leur propre sécurité, d’autres se plaignent plutôt de leur système de recrutement et revendiquent des droits à l’INPS.


A ces propos, plus loin des 2 gardiens, Mamadou Keita de même que Sidy Coulibaly, dénoncent leur système de recrutement tout en exigeant qu’il y ait un test de bonne moralité en la matière puisque dans toute  chose, il y a des bons et des mauvais.  Le comportement de certains gardiens ternit l’image des autres. Il  s’agit des gardiens qui s’adonnent aux excitants de tout genre.

 

Par ailleurs, étant recrutés au niveau des sociétés légales, nous devons être souscrits à l’INPS. Or, tel n’est pas le cas. « Aussi, lorsqu’on nous envoie devant les résidences, certains résidents nous refusent l’accès aux toilettes mais comment travaillé  sans avoir l’accès aux simples toilettes, de même qu’ils nous associent à leur travaux domestiques. A savoir que si nous sommes devant les résidences, on a une mission spécifique et nous rendons compte, chaque déplacement est considéré comme un abandon de poste auprès de nos superviseurs, donnant lieu à des sanctions (mise en pieds, déduction de salaire). Face à tout ce calvaire et à la cherté de la vie, nous désirons qu’il y ait juste une petite amélioration notre condition ».


Etant sûrs de leurs propos, ils lancent un appel aux hautes autorités du pays de s’intéresser de près à la gérance de cette activité. Un appel aux résidences surveillées, de même qu’aux sociétés de gardiennage qui répondent aux critères ci-dessus et de s’impliquer davantage.


Certes, hormis les dépenses effectuées au compte d’une société (loyer, électricité et autres), elle est fondée dans le but de générer des bénéfices, quoi de plus normal, mais pas au détriment d’une poignée d’hommes en quête de quoi survivre.


Alimatou Djénépo

 

http://maliactu.net/arnaque-a-la-malienne-des-societes-de-gardiennage-comme-des-sangsues/

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

bestetti 25/09/2014 11:41

Payé le 10 de chaque c'est du retard ? En France c'est la date officielle dans toutes les sociétés de sécurité ainsi que dans beaucoup de sociétés de sous traitance