Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 10:00

Et si cet agent de sécurité n'avait pas utilisé une bombe lacrymogène, et avait seulement "obéi" aux braqueurs ?

 

----------------------------------------------

La juge chargée de l’instruction du vol à main armée de Woippy, qui a coûté la vie, le 20 février 2011, à un convoyeur, a terminé ses investigations. L’ordonnance de mise en accusation précise le rôle des sept accusés.

 

 

Pietro Lancellotti est mort durant un braquage aux allures de guet-apens. L’ordonnance de mise en accusation rendue, il y a quelques jours, par la juge d’instruction chargée de cette affaire sanglante met en avant le niveau de préparation de l’équipe qui s’est attaquée, le 20 février 2011 à Woippy, au convoyeur de la société Daco et à un vigile de l’entreprise Securiman . Le premier a succombé à un coup de feu reçu en pleine figure. Le second gardera des séquelles à vie.

Par l’intermédiaire de son avocat strasbourgeois, le rescapé de l’attaque, Hervé Corps, a indiqué être « trop meurtri » pour parler. Encore « trop choqué » pour revenir sur cette nuit d’hiver où des vies ont basculé.

 

23h28, parc d’activité de Berlange. Pietro Lancellotti, un Colmarien de 44 ans employé d’une société exploitant des distributeurs automatiques, termine sa tournée. Il a récupéré des sacs remplis de pièces. Hervé Corps est chargé d’assurer sa sécurité. Les deux hommes remontent dans leur véhicule respectif quand un individu encagoulé et ganté jaillit d’un bosquet. Il pointe d’abord son fusil à pompe au canon scié en direction du vigile. Celui-ci fait usage d’une bombe lacrymogène, la seule arme de défense en sa possession. L’autre tire et l’atteint à la fesse. Un complice du braqueur resté en retrait quitte alors les lieux sans se retourner. Le tireur poursuit son œuvre, se dirige ensuite vers le salarié de Daco . Une balle de calibre 12 brise la vitre côté passager. Pietro Lancelloti décède sur le coup. Hervé Corps reçoit un deuxième projectile qui lui arrache une partie de la mâchoire. Le tireur part sans emporter les seize sacs de pièces à portée de main, un butin frôlant les 15 000 €.

 

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/12/21/braquage-mortel-sept-personnes-aux-assises

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires