Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 07:00

Ils auraient entraîné la chute d’un vacancier. Depuis dix jours, ce dernier est placé en coma artificiel à Bordeaux.

 

Deux hommes, âgés de 36 et 26 ans, ont été mis en examen hier matin pour violence volontaire en réunion avec une ITT (1) supérieure à huit jours. Il s’agit de deux vigiles travaillant comme saisonniers à la discothèque L’Oyat (2) et qui auraient entraîné la chute d’un vacancier de 40 ans, aujourd’hui placé dans un coma artificiel à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. Sous contrôle judiciaire, ils ont également l’interdiction de se présenter à Saint- Julien-en-Born, commune où est située la boîte de nuit.

 

Propos incohérents

 

Les faits se sont produits il y a dix jours, dans la nuit du 4 au 5 août, sur le parking de la discothèque. Alors que les deux vigiles filtrent l’entrée, un homme de 40 ans, manifestement ivre, veut entrer dans la discothèque de Contis-plage.

Ce vacancier tient des propos incohérents, comme l’ont précisé lors de leur garde à vue les deux saisonniers. Toujours selon eux, il serait revenu à la charge pour entrer dans l’établissement après plusieurs refus. Le voyant arriver d’un pas décidé et pensant qu’il allait forcer le passage, l’un des vigiles oppose ses mains. L’homme tombe et sa tête heurte le sol. Les témoins parlent d’un bruit impressionnant. Inanimé, l’homme est pris en charge par les secours. Plongé dans un coma artificiel, il présente déjà une ITT supérieure à trois mois. Les deux vigiles estiment qu’il a voulu forcer le passage et affirment qu’ils ne l’ont pas frappé et que la blessure est involontaire. Ce que confirment les témoins sur place. Même si deux autres personnes décrivent une attitude menaçante des deux vigiles.

 

Accident malheureux et fruit du hasard ? « Je prends tout avec beaucoup de circonvolutions, que cela soit de la part des vigiles ou des autres témoins », avance le procureur de la République, Frédérique Porterie, qui remarque une augmentation de mises en cause des agents de sécurité depuis trois ans. « Le phénomène est inexpliqué et peut-être simplement dû au hasard. Mais je trouve curieuse tout de même cette augmentation. Comme s’ils se sentaient tout puissants face à une population pourtant connue d’avance. Il y a des ripostes à tenir, face à certaines agressions. L’exemple, ici, est mal choisi car aucun témoignage ne dit qu’ils ont porté des coups. Mais j’en ai d’autres sous le coude dans d’autres lieux. Il va y avoir un drame un jour. Cela serait bien que les propriétaires des boîtes de nuit s’assurent de recruter des gens correctement formés pour ce genre de travail. »

 

 

http://www.sudouest.fr/2013/08/14/contis-plage-deux-vigiles-mis-en-examen-1140969-3523.php

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

Y 29/08/2013 16:09


Faut pas se leurrer cher ami, tant que notre métier sera si mal accompagné  > Entité d'état incapable > patron pour tjr plus de fric, aucune déontologie contrairement à ce qu'on essaie
de faire croire > personnel trés peu qualifié et proche de l'illetrisme > syndicat suceur de boules, la plèbe continuera à nous appeller vigile, moi çà me dérange pas car historiquement un
vigile ç'est la classe....


 

batier 27/08/2013 08:43


Vigile?


Mais quel est donc ce terme employé au siècle diernier et synonyme d'amateurisme, je croyais que le titre officiel était  Agent de Prévention et Sécurité...