Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 08:00

Cette décision donne une idée du fonctionnement des différents contrôles qui seront effectués début 2012... (je vous rappelle qu'il est prévu au moins un contrôle annuel pour chaque entreprise ou service  interne de sécurité)

 

BINOME "POLICE-GENDARMERIE" / "SECURITE PRIVEE"

Un fonctionnement par binôme (un fonctionnaire ou un « retraité » de la police ou de la gendarmerie et un « ancien » de la sécurité privée) serait envisagé.

 

L'un pour ses connaissances concernant la force publique et l'autre pour ses connaissances "pratiques" du milieu de la sécurité privée.

 

Je pense que ce type de binôme pourrait être très efficace ...

 

LIMITE DU CONTROLE

Les contrôleurs auront une mission de "constatation" , et ne pourront pas dresser de PV.

 

Ils auront en charge le respect de la loi 83-629 par les entreprises de sécurité privée ainsi que par les services internes. Malheureusement SEULEMENT du respect de cette loi ...

 

Donc les infractions QUOTIDIENNES et FREQUENTES  concernant:

 

- le défaut d'exclusivité des missions "SSIAP" en ERP ou IGH;

- les délits de marchandage et autres prêts de main d'oeuvre illicites.

 

Donc ces infractions ne pourraient pas, à priori, être constatées par les contrôleurs du CNAPS.

Partager cet article

commentaires

anatole 12/11/2011 19:28



et pourquoi pas rédiger un rapport en direction des instances concernées  constituant déjà un élèment de preuve permettant à celles-ci d'intervenir à leur tour?



83-629 14/11/2011 13:50



Ca, apparamment, ce sera le CNAPS qui choisira ou non de porter devant l'affaire devant le procureur, et non les CRAPS