Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 08:00

Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, des sociétés militaires privées de défense et de sécurité sont devenues un acteur incontournable. Ces gardes armés sont utilisés pour protéger des acteurs civils ou diplomatiques dans les pays dangereux ou pour lutter contre les pirates.

 

Atlantico : Vous défendez l’idée que la France a besoin de mettre en place ses propres sociétés militaires privées (SMP) - des entreprise fournissant des services de sécurité et de défense aux Etats ou entreprises privées - comme le font les anglo-saxons. Quelle serait leur utilité ?

Christian Ménard : La principale motivation est liée à la piraterie maritime. J’ai effectué deux missions parlementaires sur ce sujet suite aux prises en otage du Ponant et du Carré d’As. Pour faire face à la menace pirate, nous avons proposé de mettre en place des Equipes de protection embarquées (EPE) composées de soldats de la Marine nationale à bord des navires de pêche qui passent à proximité du Golfe d’Aden. Les armateurs étaient au départ fermement opposés à cette idée. Ils ont totalement changé d’avis en constatant qu’aucun des bateaux sur lesquels étaient présentes des EPE n’ont été attaqués.

 

Les exactions des pirates perdurent. Elles se sont même étendues sur la totalité de l’Océan Indien, aux Maldives ou même aux Seychelles. Il y a aussi des attaques moins connues en mer de Chine ou en Amérique du Sud. Or nous n’avons pas assez de militaires pour protéger tous les navires français. Les soldats sont très pris par les opérations extérieures. Nous avons alors envisagé de déployer des réservistes fraîchement sortis des rangs de la Marine. Là aussi, leur nombre risque de ne pas être suffisant.

 

 

voir le reste de l'article: http://www.atlantico.fr/decryptage/societes-militaires-privees-francaises-proteger-interets-nationaux-etranger-christian-menard-319398.html

Partager cet article

commentaires