Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 21:49

Le comité d’entreprise doit être consulté sur la mise en place d’un dispositif de vidéosurveillance. Les salariés sont également informés. Ces obligations concernent la mise en place de caméras destinées à la surveillance des salariés. Mais qu’en est-il lorsque la vidéosurveillance n'est pas utilisée pour contrôler le salarié dans l'exercice de ses fonctions ?

 

Le licenciement pour faute grave prononcé est justifié, car le comportement de ce salarié affecte l'obligation de l'employeur d'assurer la sécurité des clients et de leurs biens. Bien qu’un fait de la vie personnelle ne puisse pas en principe constituer une faute et justifier un licenciement disciplinaire, il en va différemment s'il caractérise un manquement du salarié à une obligation découlant de son contrat de travail ou s'il se rattache à la vie professionnelle de l'intéressé.

 

source: http://www.editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail-article.aspx?secteur=PME&id_art=5039&titre=Faut-il+consulter+le+comit%C3%A9+d%27entreprise+en+cas+d%E2%80%99installation+d%E2%80%99une+cam%C3%A9ra+non+destin%C3%A9e+au+contr%C3%B4le+des+salari%C3%A9s+%3F

 

Partager cet article

commentaires