Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 10:00

Question N° : 99 de M. Rémi Delatte ( Union pour un Mouvement Populaire - Côte-d'Or )

 

Question publiée au JO le : 22/01/2013 page : 649

Texte de la question

M. Rémi Delatte attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la formation des jeunes sapeurs-pompiers volontaires.
Alors que l'organisation française des services d'incendie et de secours repose sur un équilibre entre personnels professionnels et pompiers volontaires, il est important que les vocations des jeunes qui souhaitent s'engager dans les centres de secours et dans les centres de première intervention , ne soient pas découragées par le cursus de formation qui est peu incitatif, d'une part, et trop éloigné de la réalité des interventions, d'autre part.
Le contenu des formations fait une part trop importante à la théorie au détriment de la pratique. Aussi, pour certains jeunes, pourtant motivés par les missions de secours et un sens aigu de la solidarité, se trouvent souvent découragés par une pédagogie trop scolaire.
Il serait souhaitable que le scénario pédagogique valorise davantage la pratique, telle que l'utilisation des appareillages notamment. Ainsi l'unité de valeurs « culture-administration » développe un programme sur les institutions républicaines beaucoup trop approfondi qui ne constitue pas un élément fondamental de l'organisation pratique des secours sur le terrain. De la même façon, la répartition des modules de formation est peu cohérente avec la réalité de la pratique ; pour exemple, le développement de trois heures de cours théoriques sur la connaissance des animaux apparaît disproportionné au regard d'une seule heure pour aborder la problématique des fuites de gaz pour laquelle les interventions sont beaucoup plus nombreuses.
Promouvoir l'engagement des jeunes dans les SDIS passe par une réforme du contenu de la formation qui leur est imposée et une nouvelle approche de la pédagogie. Il demande s'il ne pense pas que mettre en adéquation la formation avec l'activité réelle à laquelle les candidats jeunes sapeurs-pompiers seront confrontés, et surtout les former dans un cadre moins scolaire, leur permettrait de s'épanouir et ainsi de mettre leur énergie et leur intelligence pratique au service des autres.

Texte de la réponse

Partager cet article

commentaires

lol 05/02/2013 13:10


Il ne faut pas 3h pour parler de la façon de traiter une fuite de gaz! Seule solution couper la vanne, aérer, mesurer les L.I.E et L.S.E.
Par contre la capture d'animaux, y compris et surtout les chiens ainsi que les NAC (serpents, scorpions, araignées,etc, c'est une paire de manches.
De plus, le cursus de formation des pompiers dur tout au long de l'enagement!
Encore un type qui traite d'une chose qu'il ne maitrise pas.

83-629 09/02/2013 00:20



en effet !