Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:00

Un rapport publié mercredi estime que l'échéance prévue pour début 2015, qui doit aboutir à l'amélioration de l'accessibilité aux personnes handicapés, ne pourra pas être tenu. En cause, "l'ampleur des travaux à réaliser"... Et la crise.

 

L'accessibilité est une obligation nationale depuis 1975. La loi handicap de 2005 l'a renforcée et a rendu obligatoire la mise en accessibilité de tous les bâtiments recevant du public, au 1er janvier 2015 dernier délai, ne prévoyant que de rares dérogations.

 

Mais cette obligation ne pourra "en aucun cas être tenue", affirme ce rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), du Conseil général de l'environnement et du développement durable et du Contrôle général économique et financier. "Cette impossibilité résulte, au premier chef, de l'ampleur considérable des travaux à réaliser", ceci "dans un contexte de crise", écrivent les auteurs du rapport.

 

Le reste de l'article: http://lci.tf1.fr/economie/handicap-l-accessibilite-pas-pour-2015-7521084.html

 

 

Partager cet article

commentaires

monte escalier 25/09/2012 19:54


C'est tout de même triste de savoir que l'on prône partout l'égalité de droit pour tout le monde alors qu'on la refuse à certaines catégories de personnes comme les personnes en situation
d'handicap. La passivité des établissements recevant du public à ladite loi trouve peut-être son explication dans l'absence de sanctions vraiment palpables. En 7 ans, il n'y a que 15% des ERP qui
ont adopté la loi et qui ont entrepris des travaux de mise aux normes d'accessibilité. L'on ne pourra pas penser que le reste pourra le faire en 3 ans.