Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 11:00

« J'ai été recruté grâce à ma carrure [Thomas est porteur en cirque, ndlr], et parce que je parle couramment quatre langues dont l'arabe. Mon job consiste à accompagner des clients dans leurs déplacements, à contrôler et neutraliser leurs espaces professionnels et privés. Et assez souvent, à les rassurer. Selon les services, je gagne entre 40 et 80 dollars [30 et 60 euros] de l'heure après prélèvement de l'entreprise. Plus pourboires. »

La peur depuis la marche des millionnaires

En 2008, au pic de la crise économique, Thomas avait constaté une forte augmentation de sa clientèle. Il observe depuis quelques semaines le même phénomène :

« Avec la persistance d'“Occupy Wall Street”, on m'assigne de nouveaux clients, patrons dans la banque et la finance. En ce moment, je fais face à des demandes nouvelles : superviser le transport de biens comme des lingots d'or ou des œuvres d'art vers un aérodrome privé, ou accompagner les enfants et leurs nourrices à l'école par peur du kidnapping. »

Contacté par téléphone, le patron de Thomas, qui souhaite rester anonyme, confirme :

« Depuis la marche des millionnaires du 11 octobre [une manifestation organisée par “Occupy Wall Street” qui défilait devant les domiciles de dirigeants, ndlr], je reçois de nombreux appels paniqués de nos clients, qui demandent des devis pour renforcer la sécurité de leur portail, ou faire appel à un garde du corps 24 heures sur 24 en plus de leur gardien. »

 

Thomas passe la plupart de son temps de travail en tête à tête avec ses clients :

« Mais on ne se parle pas beaucoup. Certains me sollicitent très souvent, même durant leurs “ vacances ” familiales dans les Hamptons. Je ne vois pas trop la différence : ils restent pendus à leurs Blackberrys et ne s'offrent pas de temps de loisirs. »

 

http://www.rue89.com/rue89-eco/2011/11/23/ils-travaillent-pour-les-1-qui-ont-peur-d-occupy-wall-street-226743

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires