Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 09:00

Dépêche n°9233 Paris, jeudi 20 juin 2013, 15:24:34

Sécurité privée : Frédéric Ocqueteau regrette un manque d’information des parlementaires

Les parlementaires sont sous informés des enjeux liés à la sécurité privée, accaparés par « des aspects symboliques et anecdotiques ». Tel est le constat du sociologue Frédéric Ocqueteau, auteur de la première étude universitaire sur la « Genèse et premiers pas du Cnaps », interrogé par AEF Sécurité globale mercredi 19 juin 2013 (AEF Sécurité globale n° 9170). « Je considère qu’un trop petit cercle d’experts agissants connaît bien ce monde et influe au meilleur de la défense de ses intérêts sur l’exécutif, dans l’indifférence du Parlement », déclare-t-il.

« Les débats de fond autour de la naissance de la délégation interministérielle à la sécurité privée [en 2010] et du Cnaps ont été sous-estimés, à la différence de ceux qui eurent lieu au Parlement il y a 30 ans sur le même sujet », poursuit Frédéric Ocqueteau, auteur de la première étude universitaire sur la « Genèse et premiers pas du Cnaps ». « Je le regrette infiniment, car nous sommes désormais en présence d’un dispositif qui fera peut-être ses preuves à court terme, mais qui avec le temps, pourrait s’avérer porteur de nouvelles dérives sur lesquelles il sera impossible de revenir, faute d’en avoir discuté à temps collectivement les anticipations. »

 

 

le reste de l'article: http://www.cesdip.fr/spip.php?article734

Partager cet article

commentaires