Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 09:49

Un beau pied de nez aux propos de M. Guy Roulleau (Président de Samsic Facility) , qui "invitait le CNAPS à s'occuper des petites entreprises plutôt que les grands groupes ....:    CLIQUEZ-ICI

 

******************************************************

 

Le parquet de Lyon a ouvert fin février une enquête préliminaire pour escroquerie, faux et usage de faux visant la société Brink’s qui assure le contrôle des passagers et des bagages à l’aéroport de Lyon/Saint-Exupéry et qui emploie 350 à 400 salariés.

 

Selon le site M6 Info qui a révélé l’affaire, un récent contrôle des salariés de la société de sécurité a montré que ceux-ci ne possédaient pas l’agrément pour effectuer leurs tâches de sûreté à l’aéroport, ou auraient présenté aux autorités des certifications falsifiées.


Selon une source ayant requis l’anonymat, plusieurs enquêteurs de la gendarmerie des transports-aériens (GTA) chargée de l’enquête, ont procédé à des auditions de reponsables de la Brink’s. Des documents ont été placés sous scellés à Paris.


Selon une autre source, qui n’était pas en mesure de préciser le nombre de cas, de faux justificatifs de formation auraient été produits par la société, comme des attestations de formations.

Lyon aéroports a répondu ne disposer «d’aucune information sur une enquête préliminaire». La société gestionnaire de l’aéroport lyonnais a informé toutefois que des contrôles menés à son initiative en début d’année «ont permis de détecter des irrégularités en matière de sécurité» et qu’elle en avait «averti la Brink’s qui a mis en place un plan d’actions».
Ces irrégularités, a-t-on précisé, ont été relevées notamment «dans le domaine de la formation».


Des contrôles menés, de son côté, par la GTA ont également permis de constater des irrégularités», a encore affirmé Lyon aéroports, soulignant que la sécurité des aéroports était «un domaine très réglementé et extrêmement contrôlé».

Egalement contactée, la Brink’s n’avait pas donné suite dans l’immédiat.

 

http://www.leprogres.fr/rhone/2014/03/18/aeroport-lyon-saint-exupery-la-brink-s-visee

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

JL 20/03/2014 09:51


Bonjour,


Qu’en savons-nous des circonstances des embauches de ces agents aéroportuaires ? Est-ce Brinks qui les a fournis les faux diplômes, ou est-ce les agents qui sont arrivés munis des
diplômes ? Voilà peut être le revers de la professionnalisation et le coût de la formation qui l’accompagne.


Notre secteur est en plein transformation. Les agents de sécurité du 3ème millénaire doivent être formés et titulaires d’une carte professionnelle. Les chercheurs d’emplois sans les
moyens de s’offrir une formation, ou qui n’ont pas les papiers en ordre pour pouvoir profiter d’une assistance de l’Etat, ont peut être déjà commencés à se retourner vers le marché des faux
diplômes. Ce marché a toujours existé, mais aujourd’hui il se voit dans la même situation que la sécurité privée, c'est-à-dire en plein développement ! Et oui ! Entre le CQP-APS, puis
les formations sûreté aéroportuaire, il y en a pour un joli somme d’argent pour accéder aux postes du secteur… et si on doit assumer le coût soit même il y a de quoi à se faire tenter d’aller
voir au marché noir.


Les entreprises de sécurité n’emploient pas des agents qui ne possèdent pas de carte professionnelle. Pour avoir une carte professionnelle il faut une formation. Ces mêmes entreprises facturent
leurs clients le prix de la formation des agents, mais généralement elles ne l’offrent pas aux nouveaux embauchés ! Elles préfèrent embaucher un agent déjà formé et titulaire de sa carte
ainsi permettant l’entreprise d’empocher la formation facturée aux clients.


Quelles sont donc les questions à se poser ? Est-ce les entreprises qui se sont fait avoir par les faux diplômes, ou est-ce les entreprises qui font mal la vérification de ces derniers, ou
encore est-ce les entreprises qui fournissent les faux diplômes ? Devrait l’Etat insister d’avantage que les entreprises embauchent les agent s non formés pour que les entreprises forment
leurs agents avant de les exploiter ? Dans ce période de crise pourquoi doit l’Etat payer la formation des agents du secteur privé ? Si les entreprises ont besoin des agents elles n’ont qu’à
payer leurs formations elles mêmes ! Cette formation ne leurs coût rien puisqu’elle est facturée aux clients !


Je suis bien curieux de voir la suite de l’histoire en tous cas…


 


Cordialement,