Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 07:00

Il est parfois difficile de voir les frontières des compétences et prérogatives entre le CNAPS et la DISP. Certains se demandent même pourquoi ne pas avoir "intégré" les missions de la DISP au sein du CNAPS directement.

 

Qui de mieux placé que le CNAPS - véritable entité qui se veut le plus opérationnelle possible, et proche des réalités du terrain -  pour coordonner l’action des services de l’Etat  et de proposer toute évolution utile de la réglementation en vue de favoriser la professionnalisation des métiers de la sécurité privée ?

 

Bref, il a été difficile de comprendre la position du rapport de l'IGA, ... si la création d'une sorte de conseil de l'ordre de la sécurité était absolument nécessaire ... pourquoi a-t-on "rajouté" l'utilité de la création d'une DISP ??

 

La genèse du Conseil National des Activités Privées de Sécurité de M. OCQUETEAU (CESDIP) nous éclaire un peu mieux, et montre par exemple que les rapports de l'IGA peuvent être "télécommandés" politiquement, ce qui enlève une partie de leur intérêt. Par ailleurs, la "super idée" de la création de la DISP ne serait pas issue du rapport Blot de l'IGA ... mais une idée "politique" déjà dans les tuyaux !:

 

 

Extrait (p48) : - texte en gras et mise en couleur par l'auteur du Blog


Outre la création du CNAPS, le rapport propose d’instituer un délégué interministériel à la sécurité privée, placé auprès du ministère de l'Intérieur, qui serait doté de compétences de réglementation et de missions d'audits, une proposition déjà politiquement actée que les rapporteurs n’auraient fait qu’entériner :
Le DISP… il était imposé au moment de la création de la mission. Il était déjà dans les tuyaux, si je puis dire. Le ministère avait déjà décidé de créer une DISP. On nous demandait de le reprendre en compte dans le rapport, et puis d’articuler ses fonctions avec celles du CNAPS. On nous avait demandé de travailler dans ce sens-là, ce qu’on a fait, donc (ibid.).

 

BILAN:

L'état demande un "Rapport sur les contrôles des entreprises de sécurité privée" ... mais en le téléguidant, en lui disant d'entrée : "bon faites ce que vous voulez, mais produisez des conclusions cohérentes avec notre idée de la création d'une DISP, parce que ce projet est déjà en cours".

 

Dans un contexte de réductions des dépenses publiques, ne serait-il pas judicieux de supprimer la DISP, pour faire du CNAPS un véritable interlocuteur - et unique, qui permettrait de supprimer la dualité entre le CNAPS et la DISP ... en optimisant le nouveau-né qu'est le CNAPS ? Car même sur le rapport de l'IGA, qui avait fait une analyse pertinente sur l'utilité d'un "organe" de contrôle central, la création de la DISP leur était imposée !

 

Alors si ce rapport de l'IGA elle-même ne voyait pas l'utilité  d'une telle création. Si les missions et objectifs de la DISP peuvent être "inclus" dans ceux du CNAPS - qui d'ailleurs serait beaucoup plus légitime à réfléchir sur l'évolution utile de la réglementation et à favoriser la professionnalisation des métiers de la sécurité privée ...

 

Car pour tous les acteurs de la sécurité, l'interlocuteur privilégié des problèmes de terrain et autres problèmes administratifs, c'est le CNAPS !

 

Alors arrêtons et réduisons nos dépenses, supprimons la DISP !

Partager cet article

commentaires