Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 09:00

En tous cas dans le domaine de la sécurité des personnes ...

 

Un plan national sera mis en place pour lutter contre les cambriolages et les vols à main armée. Il introduira une meilleure coopération entre sécurité privée et publique (mesure n°16). En outre, dans ce même cadre, le Ministère de l'Intérieur veut développer et autoriser des solutions techniques d’alerte directe en temps réel des services de police ou de gendarmerie en cas d’agression physique violente (« bouton d’alerte 17 »).

 

Les commerçants d’un secteur géographique ou d’une profession particulièrement exposée seront autorisés à se doter d’un dispositif d’alerte aboutissant directement au centre opérationnel départemental de la police ou de la gendarmerie.

 

Un tel dispositif permettra de raccourcir les délais d’intervention en flagrant délit des services de police dans la mesure où les circonstances de déroulement d’un VMA ne permettent pas l’appel immédiat du 17. L’envoi d’un message pré-enregistré comportant les coordonnées nécessaires à l’intervention permettrait de gagner plusieurs minutes.

 

Ce plan précise néanmoins que :

Ce dispositif sera strictement limité aux cas d’agression contre les personnes, les dispositifs de surveillance électronique à distance des biens relevant, de par la loi, de la sécurité privée. Sauf cas de flagrant délit avéré ou partenariat spécifique local, ils doivent faire l’objet d’une levée de doute par un acteur privé.

 

Le bouton "d'alerte" ou d'urgence, déjà mis en place par de nombreuses sociétés de télésurveillance, va-t-il disparaitre ?

Comment éviter les alarmes intempestives ? Comment vérifier le fonctionnement de la liaison avec ce dispositif d'alerte (tests cycliques) ?

Partager cet article

commentaires

DavidB 16/10/2013 21:25


Me suis trompé de sujet
Désolé

DavidB 16/10/2013 20:14


Perso j'ai vu:


Ile de France.... De nuit alarme dans le bâtiment d'en face.
La personne est arrivée 4h15 plus tard! Une jeune femme travaillant pour "Sécuritos".... le cheveux en bataille, pantalon F1, basket et au niveau du buste.... un genre de djellaba bkeu qui lui
arrivait au dessus des genoux!

Elle a juste regardé le portail d'entrée, à rempli une  fiche, l'a désposé dans la boite aux lettres et est repartie!

chris 16/10/2013 14:03


Bjr, 


Le manquement d'effectif et de moyens techniques de la PN amènera des problèmes et autres retards...


La délégation au privé dans le cadre de vols et autres cambriolages aurait été plus judicieux.


Chez nous, sans vouloir incriminer la PN, c'est 45 mns de délai pour une intervention.


@+

DavidB 16/10/2013 11:12


Ne vous inquiétez pas pour les zooms des caméras utilisées pour la surveillance de la V.P

83-629 16/10/2013 11:34



Elles ne serons jamais aussi efficace qu'une caméra à l'intérieur même du local .. avec pourquoi pas un petit micro "d'ambiance" pour écouter les échanges verbales entre le clients/buraliste.
Pour effectuer une levée de doute efficace... même si le braquage est discret (arme dissimulé dans une poche, etc.)



DavidB 16/10/2013 10:49


La police n'a pas attendu la sécurité privée pour avoir des PC de vidéosurveillances afin de surveiller les zones sensibles, des rues, des quartiers ou même toute la commune! Conformément à la
loi, des panneaux l'indiquent même à l'enttrée des zones concernées ou même carrément aux entrées de la communes! Il n'y a rien de nouveau!

Mais vous le découvrez peut-être!


 

83-629 16/10/2013 11:01



La vidéoprotection sur la voie publique est du ressort de la sécurité publique.


Mais là n'es pas la question, car on parle de la télésurveillance.


Enfin, faire une levée de doute, à l'intérieur d'un commerce, avec une caméra sur la voie publique .... c'est quasiment infaissable. Et l'opérateur prendra t'il le risque de ne pas déclencher
l'intervention des FO car à travers la vitrine (propre ?), si il ne voit rien de spéciale ?  Une attaque à main armé peut être discrète (arme dissimulé dans une poche, etc.).


De plus les CSU de communes/villes sont majoritairement tenue par la municipalité elle-même (police municipale ou autres). Donc le délai de réactions serais encore plus long !


Alarme agression du buraliste > Alerte le commissariat > Le commissariat appel le CSU > le CSU contrôle via les caméras - si elle donne bien sur ce bureau de tabac > confirme ou non
l'alarme à la police > la police intervient.