Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 11:00

Vous découvrirez un petit article issu d'un rapport Voilà le type de "vision" qui m'exaspère !

 

Sous pretexte d'avoir passé deux, trois, voire cinq ans en tant qu'APJA (ADS), il faut à certaines personnes une reconversion "au minimum" à un poste d'encadrement en sécurité privée ... hors de question de faire du simple gardiennage au supermarché, par exemple ...

 

Entre la sécurité publique et la sécurité privée, il y a un véritable gouffre en matière de travail: l'un est répressif/régalien et l'autre est dissuasif/lucratif ... une phase d'adaptation est forcément nécessaire entre ces "deux" mondes !

 

De plus être ADS n'est pas du tout gage de qualité pour le monde de la sécurité privée ... dans mon cadre professionnel, je croise souvent d'anciens ADS et beaucoup de "vigiles" de supermarché  n'ont rien à envier aux anciens ADS ! en plus, les "vigiles" sont mieux payés ..

 

La condescendance des ADS vis à vis des employés de sécurité privée est pourtant très marquée, dans l'article ci-dessous.

 

Un passé policier ou militaire n'est pas forcément un gage de qualité dans "notre monde". C'est certain que cela a une forte valeur ajoutéz dans le milieu des SMP, mais dans la "vraie vie", à part pour se faire mousser auprès d'un client , pas de grand intérêt.

 

Difficulté d'adaptation au monde civil, aux contraintes du privé (l'absentéisme, le "respect" du client, la loi du "marché" etc.)...

 

J'ai dans ma structure une personne à la retraite de la PAF : 15 ans de bons et loyaux services ! Cette personne se retrouve "simple" agent. Ayant de gros besoin financiers, il a accepté cette condition,  même s'il a géré une équipe de quatre policiers dans sa carrière précédente. Cet agent à commencé à s'adapter correctement à la vie civile petit à petit ... Au bout de deux ans, il est devenu chef d'équipe.

Patatras, il s'est alors heurté de plein fouet à la vie civile : des agents pas forcément motivés, des "cas sociaux", du non-respect de la hiérarchie, une obligation de se "battre" pour faire respecter les consignes, etc ...

Le code du travail impose de lourdes contraintes. Il ne permet pas toujours une réaction "immédiate": un retard ? il faudra en attendre plusieurs avant de sanctionner - Une absence injustifiée ? cela ne permet pas un licenciement direct. - Un non respect des consignes ? encore faut-il que la réaction adoptée ne soit pas considérée comme du harcèlement moral. Les agents connaissent bien plus souvent leurs "droits" que leurs devoirs, et mon "ami" de la PAF en à fait une amère expérience ...

 

Bbref,

 

Je vous laisse découvrir un extrait de l'article:

 

 

Faute de postes, les adjoints de sécurité peinent à se faire une place dans la police

Après un échec au concours de gardien de la paix, la jeune femme devient ADS, dans la banlieue lyonnaise. "J'étais contente d'avoir un pied dedans", se souvient-elle. Aux contrôles routiers, elle s'épanouit : "C'était vraiment ce que je voulais faire. J'aime être en action, tous les jours en opération." Alors elle passe sur le faible salaire - autour de 1 150 euros -, le travail de nuit - sans aucune majoration de salaire -, les risques du métier - elle manque de se faire renverser lors d'un refus d'obtempérer.

 

L'âge, c'est bien le problème de Christian (le prénom a été modifié à sa demande), à Lyon : "J'ai 27 ans, je ne peux pas attendre un hypothétique concours." Il arrive au bout de sa cinquième année, et il a hâte de stabiliser sa situation. Alors il envisage de changer radicalement de voie. Mais il est trop vieux pour le contrat de professionnalisation en plomberie pour lequel il avait trouvé un employeur.

 

Aujourd'hui, il va bien tenter le concours de la police municipale - "par dépit" -, mais il n'est pas question de jouer les vigiles : "Aller faire la sécurité à Carrefour, je ne m'y vois pas. Je ne suis pas rentré dans la police pour ça." Une revendication portée par M. Darnis : "La sécurité privée, on n'est ni pour ni contre. Mais à un niveau d'encadrement ou de management. Après plusieurs années dans la police, les ADS ne peuvent pas se retrouver à faire du gardiennage."

Et puis beaucoup sont devenus ADS justement pour quitter le privé ou les polices municipales. "C'est tout le problème, reconnaît Marie-France Moneger, directrice adjointe des ressources et des compétences de la police nationale. L'objectif de base d'un ADS restera toujours de devenir policier."

 

source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/16/faute-de-postes-les-adjoints-de-securite-peinent-a-se-faire-une-place-dans-la-police_1619812_3224.html

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

yves 19/12/2011 17:52


Oui tout a fait je ne dis pas le contraire, j'ai tendance a faire souvent mon chafouin en commentaire....


Vous avez raison sur les formations intermédiaires .


Bon on demande quoi a un responsable secteur a votre avis?


Faire du chiffre et contenter le clients car le client est roicomme vous le savez.


Je me suis passioné par ce métier parceque j'ai été mené a passer des qualifications en tout genres pour eviter d'avoir a faire a ces derniers.


Sur mes 10 premières années ou j'ai connu 5 ou 6 chef de secteur, aucun d'entre eux m'ont apporté quoi que ce soit en matière d'envie de continuer ce métier.


J'ai fait des grand groupes et des moyens groupes de société de sécurité, mais l'humain n'a jamais été la préoccupation première de ces chef de secteur.


Les process de suivi de carrière sont inexistants, les recompenses pas mieux, par contre on sort la grosse artillerie des que MONSIEUR le client  vient se plaindre a votre chef de secteur.


C'est pas compliqué et j'aurais des tonnes d'exemples a vous donner mais il suffit de péter de travers pour vous voir convoquer ou vous prendre des courriers digne de la 'eme dimension.


Effectuer des mission d'ads et je parle pas des ssiap dont on bafoue volontairement les missions premières devient parfois trés complexe.


En gros ferme ta bouche et respecte les consignes.


Pas des consignes digne de ce nom, non non, des consignes allant dans le sens du client, sans oublier le verbal avec les pressions qui vont bien.


 


J'ai eu a faire en responsable secteur a 1 ex armée de terre, a un HEC (oui oui vous lisez bien) a 1 ancien policier municipal (qui s'etait fait virer pour tendance a la bouteille, faut y aller
pour ce faire virer en fonctionnaire quand même...)


2 anciens gendarmes.


Bref je n'ai rien appris avec ces personnes et je crois que ce n'est pas leurs anciennes fonctions qu'il peuvent etre bon ou pas en management.


Moi je parle de réalité de terrain.


J'ai été gerant pendant 4 ans d'une société de sécurité, et je peux juste vous dire que les brimades, les pressions, je n'ai pas voulu les reproduire.


Je ne comptait pas les horaires en présence avec les hommes et femmes que je salariait sur tout les sites.


cà me rapportait rien de plus que de savoir si çà fonctionnait bien.


Combien de clients ai je laissé tombé aussi car ingérable, au seuil de la légalité.


Je m'en foutais car ma société était reconnu  pour son savoir faire et la proximité que j'avais avec mes salariés (j'avais 47 salariés)


Je perdais des contrats avec des c...mais en gagnait avec des gens plus compréhensif.


Je couvrais mes gars et femmes si il faisait une petite erreur.je les enfoncait pas.


çà je l'ai pas appris dans une ecole mais avec mon passif ou j'en ai bavé, comme bcp de milliers d'ads en france....


La crise de fin 2008 aura eu raison de ma société.


Je le considere comme un echec financier car je me suis pas enrichi mais le considère comme une réussite en terme humain, de plus j'ai réussi a replacer bcp des mes employés.


Je tiens a préciser que je suis a ce jour en liberal et que je dispose de plusieurs casquettes dont celle de conseiller en sécurité, je monte des dossiers de sécurité entre autres pour des
grandes manifestations, et fatalement j'ai des rapports avec les forces de police (gendarmes, police nationale et municipal) et que cela reste toujours un plaisir de travailler sur des projets en
communs avec eux car on les sent a l'ecoute et parfois force de proposition .il est vrai que j'ai a faire souvent a des gradés et non a la base qui peuvent parfois porté un oeil mi moqueur mi
sadique sur la profession d'ads en sécu privé.


Je ne vie pas dans un monde utopique, car je sais que travailler autrement que reflechir avec sa bourse existe.


Ceci etant j'ai encore fait un gros pavé pour ecrire ce que j'ai sur le coeur à ce sujet aussi car a la lecture du papier sur les adjoints de sécurité , mon sang n'a fait qu'un tour.


Cordialement a vous.


Yves


 


 

83-629 27/12/2011 12:17



vous avez raisons! exprimez vous ;-)


 


mais en effet, pour un métier à 99% humain, on est loin du traitement "humain" des agents de sécurité.



Stylee 19/12/2011 15:36


Permettez moi Yves mais si les chefs de secteur de votre connaissance décrochent des contrats, c'est plutôt positif pour l'entreprise - sous réserve que le(s)
contrat(s) ne soi(en)t pas pris à n'importe quelles conditions et à n'importe quel prix - par contre, emmerder l'agent ne fait pas partie de leurs missions. Si ils le font, c'est que l'employeur
les a mal formé. C'est d'ailleurs un des travers de la professionnalisation actuellement : le paquet sur la formation des personnels sur le terrain (CQP APS, SSIAP, cyno...) mais rien pour
l'encadrement intermédiaire. Dans certaines ESP, les contrôleurs et chefs de secteur sont moins qualifiés que certains personnels sur le terrain.

yves 18/12/2011 12:15


Vous avez tellement raison.


J'en ai déja parlé dans une de mes réactions de ce sujet trés fun^^là je vous parle en plus des retraités jeunes....


Je connais tellement de chef de secteur de différentes sociétés qui sont des anciens policiers/gendarme/armée a la retraite.


Quand on voit que ces personnes n'ont aucun autre soucis que décrochez des contrats et faire chier l'agent de base..


 


i

chris 17/12/2011 18:00


Bsr,


Je suis d'accord avec toi...mais nos gouvernants ont tout prévu pour éviter que ces ADS aillent grossir le rang des fonctionnaires et s'engagent avec "leurs bienveillances' dans le privé...


 


C'est le même cas que pour les volontaires-réservites ceci au bout de4/5 ans ne sont pas contraints à passer les diplomes nécessaires ni à obtenir le CQP.


Seule la fonction d'agent cynophile nécessite à justifier telle réelle pratique.



@+

Stylee 17/12/2011 17:45


Avec la réduction des effectifs et le transfert de certaines tâches vers des sphères privées, la finalité des missions de la force régalienne étatique ne sera
plus que de faire de la PJ et du maintien de l'ordre. Quant aux ADS de la PN qui ont "atterris" dans la sécurité privée, j'en ai cotoyé quelques uns qui pensaient avoir la science infuse. La
réalité du terrain les a vite rattrapé !