Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:30

Discours aux forces de sécurité

30 septembre 2013

Allocution de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur du lundi 30 septembre 2013

 

Extraits:

 

****************************************************************************

La relation avec la sécurité privée


Il faut également davantage structurer au niveau territorial les relations des forces régaliennes avec le secteur de la sécurité privée, qui avoisine désormais 200 000 personnes.


Il s'agit d'un levier considérable d'action sur lequel on peut jouer sans verser dans la confusion des genres, ni la dilution du service public.


Avec un Conseil national des activités de sécurité privée (CNAPS) désormais pleinement opérationnel, de solides outils de contrôle et d'encadrement, l'Etat, et donc vous-même sur le terrain, n'a rien à craindre de ce secteur. Même durement touché par la crise et une forme de précarisation de l'emploi, le secteur demeure dans une dynamique de croissance à long terme.


Travaillons à des rapprochements et à des contacts opérationnels étroits, car la sécurité privée est très présente dans de nombreux secteurs de la vie quotidienne des citoyens : les ensembles d'habitat social, les centres commerciaux, les transports, de nombreux établissements ouverts au public.


Des initiatives originales ont été prises, je pense aux levées de doute effectuées par certains opérateurs, par exemple dans le cadre du dispositif de protection des femmes en très grand danger.


Là encore, après une réflexion approfondie, un projet de loi sera présenté en 2014 afin de revoir certaines dimensions de la loi de 1983 sur la sécurité privée.


L'essor maîtrisé et la complémentarité des différents acteurs de la sécurité correspondent, au fond, à une aspiration des Français. Il ne faut pas le redouter ; il s'agit, au contraire, de bien l'encadrer - notamment par la loi - et de définir la place de chacun. La réflexion ne se pose pas en termes de concurrence, mais de complémentarité. Dans ce domaine, beaucoup reste à construire.


Afin d'animer ce chantier, la Délégation à la sécurité privée dirigée par le préfet BLANCHOU est en cours d'élargissement pour devenir une Délégation aux coopérations de sécurité. Sous l'autorité du cabinet et en lien avec les directions générales de la police et de la gendarmerie, une politique transversale doit être conçue, conduite et évaluée. Son champ de compétence embrassera les polices municipales, la sécurité privée, les relations avec les professions exposées et la vidéoprotection.

Partager cet article

commentaires